Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Péridurale      (2638 témoignages)

Préc.

Suiv.

Tout s'est bien passé malgré mes craintes

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 447 lectures | ratingStar_221599_1ratingStar_221599_2ratingStar_221599_3ratingStar_221599_4
Naissance de M. Jour du terme. La consultation de contrôle à la maternité s?est bien passée, la sage-femme pense que toutes les conditions pour un déclenchement spontané du travail sont réunies. Le soir, j?ai des contractions, comme j?en ai depuis plusieurs jours. Mon fils aîné, A., est perturbé, a beaucoup de mal à s?endormir, on passe du temps à le rassurer. Il s?endort finalement vers 22h30, suivi de près par sa maman, puis par son papa. 3h du matin : des contractions fortes et régulières signent la fin de la nuit ? 3h30 : contractions toutes les 5 mn, intenses, c?est l?heure du bain. Entre deux contractions, petite relecture d?un passage sur l?accouchement du livre d?Isabelle Brabant, « Une naissance heureuse ». Je me centre sur les contractions, je m?aide par la visualisation, de Bébé qui descend et appuie sur le col, du col qui s ou de la mer, « les vagues des contractions ». J?essaie de toujours garder en tête que chaque contraction a une fin, qu?elle est utile? Je place le jet d?eau chaude sur mon ventre à chaque contraction, ça soulage un peu, mais je meurs de chaud et j?ai aussi les contractions dans les reins. 4h45 : S., mon mari, me rejoint dans la salle de bains. Il ouvre la fenêtre et m?apporte une bouteille d?eau froide. Je m?asperge régulièrement d?eau froide. Il me soulage lors des contractions en me massant le bas du dos. Les contractions sont espacées de 2 à 4 mn, il est temps de penser à bouger. Ce qui me fait hésiter, c?est de réveiller A. (et la nounou). Compte-tenu de la longueur de mon premier accouchement (23h), je ne pense pas non plus être dans l?urgence. Finalement, S. me quitte pour préparer les affaires d?A., le réveiller et l?emmener. Un petit bisou à Maman, un geste de la main « A bientôt Maman », et ils partent chez la nounou. 5h45 : A. est chez la nounou. Je suis toujours dans la baignoire. Je suis heureuse de voir que je vis le travail différemment de mon premier accouchement. Lorsque les contractions étaient devenues insoutenables, je m?étais crispée de douleur, ce qui empirait les choses. Cette fois-ci, j?arrive à trouver de petites trucs pour atténuer la douleur et surtout à rester positive, à me laisser porter. Je suis dans ma bulle. Mais je pense quand même à la péridurale. En me disant que ça va être dur de tenir ! S. rentre. Il appelle le taxi, prépare les affaires, je lui demande de me faire chauffer une bouillotte pour le trajet et de préparer des bouteilles d?eau. L?idée de sortir du bain, de prendre l?ascenseur, de monter dans le taxi, d?arriver à la maternité, de devoir m?allonger pour subir un monitoring pendant ½ h me fait paniquer, je me dis que je ne vais jamais y arriver, j?ai trop mal? Et je voudrais déjà être dans la baignoire de la salle nature de la maternité ! Pour cet accouchement, je voulais surtout éviter de me déplacer en pleine douleur, comme ça avait été le cas pour A., mais ça semble raté. S. m?aide à sortir du bain et à m?habiller. « Ploc »? Je perds les eaux ? Là, j?ai un bref moment de panique car pour mon aîné, les contractions avaient décuplé en intensité et en fréquence à ce moment-là. Mais cette fois-ci, je suis déjà vers la fin (même si je ne le sais pas), et les contractions ne changent pas. Le taxi arrive, on va pour partir, j?hésite « on devrait peut-être appeler le 15 ». Mon mari me rassure, le taxi est là, on va partir, ça va aller.? Mais ?. « euh, faut que j?aille aux toilettes ». S. descend les affaires. Je vais sur les toilettes mais ? Euh, en fait, ce n?est pas ça ! ça pousse ! Il avait eu la présence d?esprit de laisser le téléphone à côté de moi. J?appelle le 15, une femme me pose toute une série de questions puis me passe un médecin qui me repose exactement les mêmes questions. Je commence à hausser le ton « j?ai peur, j?accouche » (et je pense « putain mais il me fait chier avec ses questions, est-ce qu?il va m?envoyer qqn !!! »). Le médecin me rassure « les secours sont partis, mes questions ne retardent rien ». S. arrive, la contraction vient, je lui file le téléphone, il termine de répondre aux questions puis raccroche. « Bon on ne prend pas le taxi alors, je vais reprendre les affaires ». Il redescend. Je me dis que je ne vais quand même pas accoucher sur les toilettes, je me mets à 4 pattes devant les toilettes. S. revient, je lui demande de m?aider à enlever complètement ma culotte et mon pantalon, il voit la tête du bébé et comprend ce qui se passe. L?interphone sonne, les pompiers arrivent ? mais se trompent d?étage. S s'énerve et va les chercher dans les escaliers. Les pompiers sont relax. Beaucoup moins quand ils comprennent que la tête du bébé est là? Ils entrent, coachent mon mari sur le plan pratique, lui disent d?installer des couvertures et des serviettes, de faire chauffer une serviette dans le micro-ondes, me demandent d?avancer de qq pas (je suis devant la porte des toilettes). L?un d?eux me demande de me mettre sur le dos, je refuse, il insiste, je refuse, un autre lui dit de me laisser. Quelqu?un me propose de m?appuyer sur une petite table. Je suis donc presqu?à genoux. Ça pousse de nouveau, je hurle, S. me dit que la tête du bébé est sortie. En trois poussées, le bébé sort. J?ai le temps de penser aux témoignages disant que l?expulsion est moins douloureuse que les contractions et je ne comprends pas comment on peut ressentir ça puisqu?il y a la douleur des contractions ET l?atroce douleur de la sortie du bébé. (Mais c?est vrai que ça sent la fin !). S. attrape le bébé. Il est 6h25. Je me dis que je m?étais imaginée le faire moi-même mais que j?en suis bien incapable, je suis épuisée, je me sens faible. Je vois le bébé, je le trouve magnifique, couvert de vernix, de sang ? et il n?a pas la tête déformée, contrairement à A. à la naissance (l'expulsion avait été laborieuse et avait duré 1h). Les pompiers lui disent de mettre le bébé sur moi, je ne me sens pas capable de le prendre, je m?allonge sur le dos et on le pose sur moi. Les pompiers ont donné des ciseaux à mon mari pour couper le cordon. Lui demandent d?aller chercher d?autres serviettes pour me recouvrir. J?ai très mal : contractions brûlure au niveau du vagin. Je suis épuisée. J?ai l?impression de « craquer » un peu, de faire ma chochotte (je répète plusieurs fois que j?ai mal). Comme pour A, je me sens un peu abrutie, à l?ouest. Les pompiers me mettent un masque à oxygène, le protocole j?imagine, car je ne vois pas trop pourquoi. Du coup, je ferai mes premiers bisous à M seulement à la maternité. Les pompiers attendent avec visiblement un peu de stress l?arrivée de l?équipe médicale : un médecin, une infirmière et une 3e personne au rôle indéterminé arrivent ½ h après la naissance. Le placenta n?est toujours pas sorti. Ça les inquiète un peu. Le médecin me masse un peu le ventre mais sans trop insister, il ne veut pas trop me faire mal. Il examine le bébé et me le remet sur le ventre. L?infirmière me met une perf de paracétamol et de sérum physiologique. Un peu plus tard, mais le temps me semble long, on se prépare à partir pour la maternité. Il y a un changement d?équipe, seul le médecin reste. Sébastien monte à l?avant et moi à l?arrière avec bébé, le médecin et l?infirmière. On arrive à la maternité à 8h20. On nous installe dans la salle de naissance où est né A, la seule de libre. L?urgence, c?est la délivrance. Une sage-femme vient appuyer de nouveau sur mon ventre, rien ne sort, elle me parle d?aller chercher le placenta sous AG? de retenter une dernière fois. Elle me fait super mal, mais cette fois-ci, ça marche, le placenta sort, il est complet. M est pesé, mesuré, 50,5cm et 3,840 kg, soit le même gabarit qu?A. Il est examiné de nouveau. La sage-femme nous dit qu?il doit subir un prélèvement gastrique, c?est le protocole en cas d?antécédent de streptocoque B et en cas d?accouchement à la maison. C?est désagréable, mais heureusement rapide. A 10h25, on vient enfin nous dire qu?on peut monter dans la chambre? M n?a toujours pas tété, ça inquiète la fille qui est là (je ne sais pas ce qu?elle était) et qui veut lui donner un complément à la pipette, je refuse et je m?énerve un peu. Finalement, elle fait une glycémie, sa glycémie est excellente et elle change de discours ? Même s?il ne veut pas téter pendant encore 2 ou 3h, ce n?est pas grave? Il prendra sa première tétée à 13h, après qu?une auxiliaire de puériculture nous ait conseillé de se mettre en peau à peau. Et ensuite, il tète souvent. Petit stress en fin de journée: la pédiatre craint une infection à cause de mon atcd de strepto B et des signes cliniques à mon avis imaginaires et fait un prélèvement sanguin: M. tétouille sa compresse de glucose et ne bronche pas. Les premiers résultats sont bons, aussi je peux sortir le lendemain matin, comme je l'avais demandé dans mon projet de naissance. La sage-femme appelle celle qui va me suivre à domicile pour transmettre les consignes (notamment un nouveau prélèvement samedi en même temps que le guthrie) et on nous dit de surveiller le bébé (respiration, température, comportement). En-dehors de ces inquiétudes liées au strepto B, j'ai eu un accouchement de rêve, naturel, rapide, où nous avons été acteurs, mon mari et moi... il m'a soulagée pendant les contractions, il était présent pendant l'expulsion, c'est lui qui a attrapé le bébé (les pompiers étaient en retrait) et il en a gardé beaucoup d'émotion. Moi aussi. Notre bébé est pour l'instant un bébé zen, paisible, qui pleure très peu.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


221599
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Un bebe pour 2014...debut des essais cet ete! - desir d'enfant - les clubs

image

Oui j'ai allaité ma puce 1 an, que du bonheur ! Malgré des débuts difficiles (préma) … Je vais te faire un copier coller de mon récit d'accouchement, j'espere que tu pourras accouché par voie basse pour le deuxieme ! Lundi 1 er novembre à 36...Lire la suite

Ca me tenterai bien mais.... - accouchement naturel

image

Merci ! Voilà donc mon récit : Le 10/02/2013. Je commence à perdre le bouchon muqueux mais aucun autre signe avant-coureur…. Le 14/02/2013. Nous sommes jeudi je sais pas ce qu'il me prend de faire le ménage à fond puisque le jour du ménage...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages