Histoire vécue Grossesse - Bébé > Adoption      (2580 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les dérives de l'adoption au cambodge

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 425 lectures | ratingStar_30273_1ratingStar_30273_2ratingStar_30273_3ratingStar_30273_4

Adelant, je te rassure, moi aussi, tous les matins je me regarde dans un miroir sans avoir l'impression d'être allée piquer mes enfants au Cambodge. Ils sont là, heureux, leur histoire est leur histoire, leur parcours est notre parcours.

Je suis tout comme toi en colère contre les gens qui jugent sans s'être vraiment intéressés au coeur du problème et sans avoir mis les pieds dans ce pays.

On sait que des dérives se font dans tous les pays… malheureusement, c'est la triste réalité de l'adoption.

Maintenant chacun adopte en fonction de sa morale, de son éthique, de ses convictions, de ses croyances.

Marous, je n'ai peut-être pas attendu sur mon canapé, mais moi aussi je dors sur mes deux oreilles. Lorsque nous avons adopté Tom (oh il y a des milliards d'années, en 2000) , nous avons nous aussi refusé sur place une adoption qui ne nous semblait pas clean. C'était pourtant la première de nos adoptions et il aurait été facile de tomber dans le panneau et de ne pas attendre des mois l'attribution de notre fils… mais nous aussi, nous avons un peu de morale…

Cathouna : en ce qui concerne les collectifs, si tout avait été clair et défini du côté administratif français, jamais ils n'auraient existé. On ne fait pas rentrer en France des enfants sans papiers et sans l'aval de ce pays. Ce qui veut dire effectivement comme le fait remarquer Adelant que si ces collectifs se sont crées c'était pour exprimer aussi la colère des adoptants face à un système qui se voulait on en peut plus flou. A l'époque ou Adelant a adopté, lorsqu'on appelait la MAI, elle répondait le cambodge est fermé à l'adoption lorsqu'on appelait au bureau des adoptions au Cambodge on répondait les adoptions sont ouvertespour les français… je pense que dans tous les pays, si une telle faille juridique existait, il faudrait s'y engouffrer…

Les collectifs en tant que tel n'ont pas eu vocation à faire accroître la corruption au Cambodge (Lou est rentrée en France par un des dits collectifs). Pour moi ça a été le moyen de rentrer en contact directe avec l'Ambassade et de me battre sans relâche pour les enfants qui attendaient (et les adoptants aussi bien entendu…). Puis, l'équipe a changée (c'est bien là le drame du cambodge) , l'AFA… vous connaissez la suite…

Lorsque je dis que les autorités khmères en ont marre des autorités françaises, je le pense vraiment. Les américains ont suspendus (mais vont certainement reprendre grace à leur nouvel ambassadeur) , mais bon nombre de fonctionnaires cambodgiens vous diront (en français dans le texte !!! ) que les liens unissant nos deux pays sont particuliers et que la france se permet de critiquer ouvertement leur manque d'état civil, leur manière d'apparenter des enfants…

Peut-être que si les adoptants des autres pays étaient un peu plus en révolte, l'adoption internationale aurait aujourd'hui un tout autre visage…

Je ne porterais pas de jugement sur les journalistes, mais en 2004, à l'époque de la sortie de Holy Lola, Le MAE a convoqué des journalistes afin que ceux-ci cassent le film dés sa sortie (réunion très bien huilée… soucis, il y a toujours une taupe prête à tout raconter !!! ) … Est alors sortie une série d'articles sur des enfants vendus, volés… Ayant pris contact avec la redac chef d'un de ces journaux, j'ai finalement appris que l'article en question avait été écrit… de Bangkok !!!!!!!!

Et puis pour faire un article objectif, il faut prendre le témoignage de toutes les parties ? Or la LICADHO est épinglée anti adoption depuis des lustres, ayant même effectuée des démarches pas très légales pour prouver… ce qu'elle voulait prouver… !

Je me souviens de mon dernier voyage au Cambodge en mars 2007, un directeur d'orphelinat m'expliquant que la semaine avant mon passage, une dame s'était présentée pour abandonner son enfant. Elle n'avait pas les moyens de le nourrir. Elle l'avait gardé tant qu'elle avait du lait maternel. Ce directeur l'a éconduite, car l'orphelinat était déjà à 150% de sa capacité d'accueil. Il lui a indiqué deux autres orphelinats ou la dame s'est certainement rendue et a certainement entendu la même réponse. La nuit, elle a abandonné son enfant devant la porte du premier orphelinat. Le directeur l'a retrouvé décédé au petit matin, un article est paru dans la presse locale. Et la LICADHO, elle en pense quoi de ça ?
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


30273
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Adopter apres un enfant biologique - adoption

image

Bonjour, Je me permets de me joindre à la discussion. Notre "cas" va sans doute vous sembler très bizarre, mais je l'expose quand même. Nous sommes mariés depuis 6 ans, en couple depuis 10 ans et nous souhaiterions adopter. Les "hic" sont les...Lire la suite

Adoptee et maman a mon tour - adoption

image

Bonjour. Je suis une jeune maman d'un petit loup de 2 ans. J'ai été adoptée quand j'étais toute petite (3 mois) et je l'ai toujours très bien vécue ! Seulement depuis que je suis devenue maman je le vis différemment. Je veux dire que l'idée...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
J'ai envie de rendre un enfant heureux
Sur le même thème
Adoption internationale chine
Adoption en Chine
Voir tous les  autres témoignages