Histoire vécue Grossesse - Bébé > Adoption      (2580 témoignages)

Préc.

Suiv.

Recherche ses origines desesperement

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 220 lectures | ratingStar_267073_1ratingStar_267073_2ratingStar_267073_3ratingStar_267073_4
En réponse à Darth Nihilus, je citerai un extrait de Nancy Verrier dans son livre "Renouer avec soi": Quote. Nous sommes tous capables de faire du bien ou du mal. Nous avons tous un côté de nous-mêmes plein de compassion et d'amour, et nous avons également un côté d'ombre. Nous devons reconnaître ces divers aspects de notre nature, afin d'éviter d'être contrôlé par certains d'entre eux que nous ne voulons pas aux commandes. Dans son livre Being Peace, Thich Nhat Hanh a écrit un poème intitulé "S'il vous plaît, appelez-moi par mes vrais noms" , où il décrit le paradoxe qui habite nos natures en termes de lumière et d'obscurité. En voici quelques strophes : Je suis la grenouille qui nage avec bonheur. Dans l'eau claire d'un étang, Et je suis aussi la couleuvre qui. S'approche en silence. Et mange la grenouille. Je suis la fillette de 12 ans, réfugiée. Sur un petit bateau. Qui se jette dans l'océan. Après avoir été violée par un pirate de la mer. Et je suis le pirate, mon coeur pas encore capable. De voir et d'aimer. Ma joie est comme le printemps, si chaud. Qu'il fait s'ouvrir les fleurs sur tous les chemins de la vie. Ma peine est comme une rivière de larmes, si grande. Qu'elle remplit les quatre océans. S'il te plaît, appelle-moi par mes vrais noms. Que je puisse entendre tous mes pleurs et mes rires. En même temps, Que je puisse voir que ma joie et ma peine ne font qu'une. S'il te plaît appelle-moi par mes vrais noms. Que je puisse m'éveiller. Et que la porte de mon coeur reste ouverte, La porte de ma compassion. Thich Nhat Hanh, 1987. Nous ne pouvons pas avoir de compassion pour les autres ou pour nous-mêmes tant que nous ne comprenons pas que nous sommes à la fois victime et bourreau ; que nous éprouvons de la joie et du chagrin et que nous devons admettre nos projections afin de pouvoir nous métamorphoser – pour nous transformer en papillon. Nous devons arrêter de blâmer – blâmer notre mère de naissance, ses parents, nos parents adoptifs, les travailleurs sociaux, la société. Bien qu'il puisse être vrai que chacun est partiellement responsable de ce qui est arrivé, nous ne pouvons rien faire pour le passé. La seule influence que nous avons est sur le futur. Qu'est-ce que nous voulons faire pour ce qui est à venir ? Unquote.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


267073
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Adopter apres un enfant biologique - adoption

image

Bonjour, Je me permets de me joindre à la discussion. Notre "cas" va sans doute vous sembler très bizarre, mais je l'expose quand même. Nous sommes mariés depuis 6 ans, en couple depuis 10 ans et nous souhaiterions adopter. Les "hic" sont les...Lire la suite

Adoptee et maman a mon tour - adoption

image

Bonjour. Je suis une jeune maman d'un petit loup de 2 ans. J'ai été adoptée quand j'étais toute petite (3 mois) et je l'ai toujours très bien vécue ! Seulement depuis que je suis devenue maman je le vis différemment. Je veux dire que l'idée...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
J'ai envie de rendre un enfant heureux
Sur le même thème
Adoption internationale chine
Adoption en Chine
Voir tous les  autres témoignages