Histoire vécue Grossesse - Bébé > Allaitement      (23416 témoignages)

Préc.

Suiv.

Allaitement au tire-lait

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 238 lectures | ratingStar_50839_1ratingStar_50839_2ratingStar_50839_3ratingStar_50839_4

Après avoir allaité mon bébé pendant plus de 3 mois par le biais d'un tire-lait, je souhaitais faire part de mon expérience, pour encourager les mamans qui auraient peur de cette drôle de machine : je l'ai parfaitement apprivoisée et j'ai pu en tirer tous les avantages !  

Au départ, ce mode d'allaitement semble barbare. On croit que c'est très astreignant mais ça ne l'est en fait pas tant que cela et la satisfaction de donner le meilleur à son bébé surpasse de loin les petits désagréments.

 

Dès les premières mises au sein, n'ayant pas de bouts de seins, Léon avait beaucoup de mal à téter. Les premiers jours à la maternité n'ont été que galère, essais multiples avec des puéricultrices différentes, sans réel succès. Léon tétait 3 ou 4 coups puis s'arrêtait, le nez enfoui dans un sein trop volumineux…

 

Mais, sans avoir pourtant une profonde envie d'allaiter (je  

M'étais dit "j'allaiterai si ça marche, sinon tant pis") , dès le deuxième jour, les puéricultrices m'ont donné un tire-lait en me disant qu'il fallait que la montée de lait se fasse, pour le moment où bébé arriverait enfin à téter. J'ai donc commencé à  

"brancher" mes seins, 10 minutes sur l'un, puis sur l'autre,  

Environ toutes les 4 heures. Les quelques gouttes de colostrum qui sortaient étaient récupérées dans une seringue et données à Léon aussitôt. Je ressentais déjà la satisfaction de voir qu'il bénéficiait de ce lait qui venait de moi.

 

Les jours passaient, les essais de tétée restaient infructueux. Alors, au 3e jour, Léon a eu son premier biberon de lait infantile. Il avait faim le pauvre, et j'ai eu la satisfaction de le voir enfin repu, calme, s'endormant jusqu'à la prochaine tétée… J'ai alors décidé d'arrêter "l'acharnement" au sein. Mais j'ai quand même continué à tirer mon lait et à lui donner chaque millilitre exprimé ! Quand je suis sortie de la maternité, avec une ordonnance pour louer un tire-lait électrique à la pharmacie (remboursement partiel) , j'étais quand même sceptique sur le fait de fonctionner ainsi : combien de temps allais-je tenir, une semaine, un mois ? Je n'aurais pas cru que je puisse tirer mon lait pendant 3 mois et demi sans en avoir marre !

 

En sortant de la maternité, Léon avait 4 jours et je tirais déjà presque suffisamment de lait pour ses besoins : un ou deux biberons de lait en poudre ont suffi à combler le manque. J'ai aussitôt pris un rythme de quatre "tirages" par jour : vers 9 h,  

14 h, 19 h et 23 h. Cela me prenait environ une demi-heure,  

10 à 15 minutes sur chaque sein, jusqu'à ce que plus rien ne coule. J'en profitais pour faire une pause lecture ou télé. Je  

Rangeais ensuite ce lait au frais car je ne nourrissais pas Léon "en direct" : il y avait toujours deux ou trois biberons d'avance au réfrigérateur, en veillant à ne pas prendre une avance de plus de 24 h pour lui donner du lait le plus frais possible. Quand je voyais que j'avais trop d'avance, je mettais de petits sachets de lait au congélateur et ceux-ci m'ont servi plus tard, au moment où j'ai ralenti les tirages en vue d'arrêter.

 

J'ai pu constater que les quantités de lait tirées n'ont cessé d'augmenter au fur et à mesure que les besoins de Léon  

Grandissaient. C'est magique ! Environ 500 à 600 ml par jour au début, 700 ml à 1 mois, 850 à 2 mois… J'ai alors décidé de ralentir les tirages pour m'accorder un peu plus de temps : trois fois par jour suffisaient alors pour exprimer 750 ml de lait.

 

Je n'ai jamais ressenti cela comme une corvée. Le bonheur de pouvoir faire bénéficier de mon lait à mon bébé était plus important. Seul le dernier tirage avant la nuit était parfois pesant car j'avais hâte d'aller me coucher, mais je faisais exprès un tirage un peu tardif pour ne pas avoir les seins trop lourds le matin : cela fonctionnait car je n'ai jamais eu les seins tendus, seulement quelques écoulements.

 

J'ai pu profiter des avantages de l'allaitement au biberon (Papa pouvait nourrir Léon et on mesurait exactement la quantité qu'il avait bu) , sans les inconvénients de l'allaitement au sein (être disponible à toute heure, ne pas savoir s'il boit suffisamment…). Bien sûr le contact avec bébé n'est pas le même, mais j'avais une telle satisfaction de faire tout cela en sachant que c'était bon pour lui, qu'il devait ressentir ce bonheur à chaque gorgée !

 

J'ai commencé le sevrage en ralentissant les tirages après trois mois, estimant avoir déjà bien "donné". La lassitude commençait à se faire sentir, un voyage était prévu bientôt et je n'avais pas envie d'emmener le tire-lait en vacances…

 
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


50839
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Juin 2013 ? c'est par ici ! *complet*

image

Coucou les filles. Superzolie : super si gygy s'est montré rassurante, si ça se trouve à la prochaine écho, tout sera partie… Fova : impec pour l'écho, ah lal la j'ai hâte d'être le 20 hihi. Pour la triste nouvelle du bébé aux infos, c'est...Lire la suite

Essais bebe ap fc fev 2012, depuis 14 bb,8 grossesses, 4 attendettes

image

Et ça va finacièrement car congé de 3 ans tu dois avoir très peu d'indemnités ? Pour l'allaitement c super car c t pas gagné vu les soucis du début moi ça me manque et je regrette même si je c que pour ses reflux c mieux d'avoir arrêter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages