Histoire vécue Grossesse - Bébé > Allaitement      (23416 témoignages)

Préc.

Suiv.

Allaitement douloureux

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman 31 ans
Mail  
| 1961 lectures | ratingStar_96493_1ratingStar_96493_2ratingStar_96493_3ratingStar_96493_4

Je n'en peux plus de la douleur lorsque j'allaite ma fille.

Jusqu'à présent j'ai tenu le coup mais là depuis deux jours, je pète un plomb, je pleure tout le temps, je suis agressive avec tout le monde, ça ne va plus.

Pour resituer, ma fille a donc un mois. J'allaite sur un seul sein en raison d'une opération chirurgicale assez ancienne. J'ai donc un sein qui produit mais dont le lait ne sort pas (canaux coupés) sur lequel j'ai eu une belle mastite mais c'est rentré dans l'ordre.

Mon autre sein produit bien mais je rencontre des problèmes depuis le début. J'ai des tétons plats déjà qui ne facilitent pas la prise en bouche. J'ai eu dans l'ordre depuis la naissance de Louve : ampoules, crevasses, engorgement, mastite puis candidose et continuellement des douleurs du tétons allant du simple tiraillement jusqu'à une douleur insupportable, à m'en faire pleurer.

Au delà de ça, ma fille grandit bien, elle prend bien du poids, elle est régulièrement pleine de lait, elle mouille bien ses couches donc la quantité de lait qu'elle prend est bonne.

Actuellement, j'ai deux soucis. Ce que je pensais être au départ une candidose (douleurs en piques d'aiguilles dans le sein, brulure intense dans tout le sein au moment des montée de lait, douleur qui irradie dans le dos et dans le bras et ma fille a du muguet). Ca fait donc 3 semaines que je me traite au Daktarin et au violet. Alors on va dire qu'il y a des jours ou c'est mieux et des jours ou c'est pire alors que je suis le traitement scrupuleusement. Dans le coup, je me demande si c'est vraiment une candidose vu que ça ne s'améliore pas de façon significative. Sachant également que j'étais porteuse d'un candida pendant ma grossesse, au moment de mon accouchement, mais aucun médecin n'a voulu jusqu'à présent me prescrire du Triflucan.

D'autre part, ma fille tête mal et ce, depuis le début. Elle ne sort pas sa langue. Ce n'est pas un problème de frein court. J'ai beau lui montrer comment faire, même quand elle imite, son petit bout de langue ne sort jamais vraiment de sa bouche. Je lui appuie sur le menton systématiquement lors de la tétée, mais aucune amélioration. Lorsqu'elle prend le sein, elle ouvre la bouche mais la langue reste toujours en retrait, quoi que je fasse.

Malgré cela, elle prend sa ration de lait et hormis parfois le soir, je n'ai jamais l'impression qu'elle n'a pas assez pris de lait.

Donc j'en arrive à une situation aujourd'hui ou parfois, elle prend bien le sein et ce n'est pas douloureux (mais ça, ça n'arrive que sur une voire 2 tétées par jour, sur une dizaine ça fait peu…) et le reste du temps, elle frotte sa langue sur mon téton.

Alors les premiers temps je serrais les dents et ça passait, mais depuis quelques jours, je ne supporte plus, à la fois en terme de douleur et de sensation. Je fais un rejet et un blocage complet quand je sens sa langue qui frotte. Je l'enlève systématiquement du sein et j'essaye de lui faire reprendre comme il faut mais peine perdue et j'ai de plus en plus de douleurs à force de l'enlever et la remettre.

Hier soir, j'ai fini par lui donner un biberon (le biberon car j'ai un dal mais dès que je mets le tuyau, elle s'enlève du sein… pas folle…) , elle hurlait de faim et moi je sanglotait de douleur et de désespoir mais cette langue qui frotte, je ne pouvais plus le tolérer.

Ma douleur au téton est continuelle, pas seulement pendant la tétée mais toute la journée. J'ai mal tout le temps, entre brulure et pique douloureuse violente. Au moment de la prise en bouche c'est intolérable à hurler, pendant la tétée ça se calme je serre les dents et après la douleur est résiduelle, même la nuit.

Ce matin, moral à 0, j'en pleurais à l'idée de lui donner à téter.

Donc voilà, je ne sais plus quoi faire ni comment prendre le problème.

Ne me dites pas d'aller lire les feuillets de la Leche League, je les ai relus en large et en travers. J'ai contacté une animatrice et je n'ai reçu qu'une réponse basique et infantilisante et la prochaine réunion est dans 3 semaines donc j'ai le temps de péter complètement les plombs d'ici là.

J'ai un généraliste sympa mais qui n'y connait strictement rien en allaitement ("la mycose du sein ça n'existe pas" "si vous avez trop mal, passez au biberon"… bref… la discussion est close).

Je suis à Melun, mais je suis prête à me déplacer en région parisienne pour consulter un bon médecin spécialiste en allaitement qui pourra peut être voir ce qui se passe et m'aider à résoudre mes problèmes.

Je tiens à cet allaitement plus que tout. Je ne veux pas arrêter, ça serait intolérable pour moi, je suis prête à en supporter beaucoup mais là, il faut que ça s'arrange car je n'en peux plus et encore une fois je ne veux pas arrêter.

J'ai trop mal vécu le sevrage forcé de Suzanne (qui est porteuse d'une maladie rare) et il est impensable pour moi de revivre ça.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


96493
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Juin 2013 ? c'est par ici ! *complet*

image

Coucou les filles. Superzolie : super si gygy s'est montré rassurante, si ça se trouve à la prochaine écho, tout sera partie… Fova : impec pour l'écho, ah lal la j'ai hâte d'être le 20 hihi. Pour la triste nouvelle du bébé aux infos, c'est...Lire la suite

Essais bebe ap fc fev 2012, depuis 14 bb,8 grossesses, 4 attendettes

image

Et ça va finacièrement car congé de 3 ans tu dois avoir très peu d'indemnités ? Pour l'allaitement c super car c t pas gagné vu les soucis du début moi ça me manque et je regrette même si je c que pour ses reflux c mieux d'avoir arrêter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages