Histoire vécue Grossesse - Bébé > Allaitement      (23416 témoignages)

Préc.

Suiv.

"aucune mère ne ferait ce que j'ai fait"

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 25/03/10 | Mis en ligne le 15/05/12
Mail  
| 161 lectures | ratingStar_255382_1ratingStar_255382_2ratingStar_255382_3ratingStar_255382_4
Bonjour, J'ai une soeur qui a 1 an de plus que moi. Elle est mariée depuis 2008 et a un petit bout de chou qui va avoir un an dans moins d'un mois. Je ne sais pas si ma mère était différente avec elle car bien souvent ce que ma mère me disait, c'était quand j'étais seule avec elle, donc ma soeur n'était pas au courant, il se peut donc qu'elle lui ait fait la même chose. Mais impossible d'en parler avec elle car pour elle ma mère c'est tout. Elle s'est sacrifiée pour nous et il ne faut surtout pas remettre quoi que ce soit en question et encore moins en dire du mal. Cependant à 19 ans elle a choisi d'aller faire des études à l'autre bout de la France dans une école de commerce alors qu'elle aurait pu en trouver une toute aussi prestigieuse à 3h de la maison (là c'était 7 h de train + 1h pour aller la chercher à la gare, donc elle rentrait très rarement) , ensuite elle est partie 1 an et 1/2 en Allemagne, 1 an au Luxembourg puis a commencé à travailler tout en restant aussi loin de la maison alors qu'elle aurait pu trouver plus près. Ça fait un peu plus d'un an qu'elle s'est rapproché de la maison, mais même si elle n'est qu'à 2h30 de voiture, elle ne passe pas tout son temps libre à la maison (elle vient une fois par mois ou tous les 2 mois). Ce qui je le précise ne me choque pas du tout, je pense que les enfants ont le droit d'avoir leur vie et si sa vie c'était à l'autre bout de la France et qu'elle était heureuse, je n'y vois pas d'inconvénient. Sauf que dans son cas, il y a quand même un problème, c'est qu'elle compte sur moi pour m'occuper de nos parents et me reproche de ne pas le faire assez. A 15 ans je m'occupais seule de mon père pendant plusieurs jours, elle, à 32 ans n'a jamais passé même 1 repas à s'occuper seule de lui, soit il y a ma mère ou moi ou une fois (c'est arrivé cet été) il n'y avait ni ma mère, ni moi, mais son mari et ma tante. Donc je trouve un peu facile de me reprocher de ne pas m'en occuper suffisament alors que j'y suis tous les w-e, toutes les vacances et à chaque fois que ma mère doit s'absenter. Mais bon, elle a une famille. Je ne peux m'empêcher de penser que si elle agit comme ça, c'est que pour elle aussi il y a peut-être eu un problème, mais je ne sais pas lequel. C'est peut-être simplement mon père. Parce que les rares fois où j'ai essayé d'aborder le sujet de ma mère avec elle, elle ne comprend pas. Une fois elle m'a dit pas très aimablement, "je sais très bien ce que tu penses d'elle, je sais qu'elle n'est pas parfaite, mais elle a tout fait pour nous" et elle a changé de conversation. On n'en a plus reparlé. Elle ne me croit pas et je ne vois pas l'intérêt de détruire l'image qu'elle a de ma mère si ça ne lui pose pas de problèmes. Ce qui me fait penser aussi que ma mère n'agit pas de la même façon avec ma soeur, c'est qu'elle ne m'a jamais dit de mal de ma soeur alors qu'elle peut passer des heures à dire du mal de moi avec ma soeur et ce depuis toujours. Il y a quelques années, je suis tombée sur une lettre qu'elle avait écrite à ma soeur quand j'avais 12 ou 13 ans (je n'aurais pas dû la lire, je sais, ce n'est pas correct, mais vu le mal que ça m'a fait, je ne suis pas prête de recommencer) elle lui racontait des horreurs sur moi sur 2 ou 3 pages. Ma soeur a toujours eu une vie sociale normale (elle ne faisait pas non plus d'activité extra-scolaire mais elle avait des ami (e) s, elle a un travail). A l'école primaire, pour autant que je sache, je n'avais pas d'ami (e) (mais je n'ai aucun souvenir avant mes 9 ans, très peu avant mes 12 ans et après je ne me souviens pas de tout (seulement 10 ans de "vraie" mémoire) ). Au collège, j'ai eu une amie avec qui ça s'est très mal passé. Elle est devenue anorexique et me l'a reproché et comme je pensais que c'était effectivement de ma faute, je me suis accrochée à elle pour essayer de la sortir de là, pour essayer de me faire pardonner et elle était odieuse avec moi. Je n'avais pas de relations avec les autres enfants. Au lycée j'étais interne, ça a été un cauchemar, je n'étais pas vraiment rejetée par les autres internes, mais je ne parlais à personne et personne ne me parlait, je n'existais pas. Pendant les 3 années de lycée, j'ai réussi l'exploit d'être la seule interne des classes où je suis allée. Du coup j'étais là aussi mise à l'écart, y compris pour les devoirs à faire à plusieurs car ils se retrouvaient après les cours pour travailler ensemble alors que moi je devais rentrer à l'internat. J'ai même été exclue du voyage scolaire qui avait été organisé par la prof d'allemand car étant interne je ne pouvais pas accueillir une allemande. A la fac, j'allais en cours, mais sans aucun contact avec les autres étudiants à part quand ceux-ci avaient besoin de notes. Je les donnais toujours, ne les récupérant pas toujours et les rares fois où j'en ai demandées, je n'ai pas réussi à en avoir. Les 2 dernières années, je n'allais quasiment pas en cours, mais je ne les récupérais pas non plus. Je n'ai aucune intégration sociale. J'ai fait et fais encore du bénévolat, mais sans avoir vraiment de relations avec les gens avec qui je travaille et n'ai aucun contact avec eux en dehors de mon temps de présence là-bas. Côté famille, je n'ai pas connu mon grand-père patenel, ma grand-mère paternelle est morte quand j'avais 3 ans (aucun souvenir) , mon grand-père maternel quand j'avais 12 ans (quasiment aucun souvenir, j'allais chez mes grands-parents 1 ou 2 fois par an (9h de route) ) , ma grand-mère est morte en 2007. J'avais une relation bizarre avec elle car d'un côté elle se rendait compte qu'il y avait un problème et le reprochait à ma mère qui du coup m'en voulait (c'est vrai qu'elle avait un peu tendance à me préférer à ma soeur) et de l'autre elle n'arrêtait pas de plaindre ma mère et de me dire qu'il fallait que je sois gentille avec elle, que je devais m'occuper d'elle. Puis à 17 ans, d'un coup, elle a arrêté de me parler. J'étais seule chez elle pour 3 semaines et vers 21h30 alors que je regardais la télévision, elle me dit d'aller me coucher, je lui ai répondu gentiment que c'était un peu tôt mais me suis quand même levée pour lui obéir, elle s'est vexé, ne m'a plus adressé la parole et ne s'est plus du tout intéressée à moi si ce n'est des années plus tard pour me dire que je la décevais. Je ne l'ai quasiment jamais revue. Je n'ai même pas pu aller à son enterrement car je devais m'occuper de mon père. J'ai une tante que je vois de temps en temps, mais elle habite loin et est très empoisonnante (du style à raconter pendant des heures dans le détail des trucs sans aucune importance (pour moi) comme le fait qu'elle se soit déjà assise sur ce banc là au cours d'une promenade avec une amie (elle me l'a déjà fait) et également du style à me faire traverser la route (aujourd'hui pas quand j'avais 5 ans) pour que j'aille voir le chien qui est sur le trottoir en face (j'aime les animaux, certes, c'est même ma bouée de sauvetage, mais je pense avoir passer l'âge de caresser et de m'extasier devant tous les chiens quelconques que je croise). Mais ça s'est depuis la mort de ma grand-mère, avant je ne l'interessais pas du tout. Je n'ai pas d'autre famille proche. Les oncles et tantes de ma mère habitent loin, je les connais à peine donc leurs enfants et petits-enfants encore moins. Dans la famille de mon père, il a juste de lointains cousins. Mon père veut aussi que je reste plus à la maison, mais c'est pour que je m'occupe de lui, pour qu'il ait quelqu'un à qui parler car ma mère ne lui adresse quasiment pas la parole et l'évite au maximum. Car comme il ne se souvient pas ou ne comprend pas, il s'énerve. Donc pour ne pas répéter continuellement la même chose, pour qu'il reste calme, pour éviter toute discussion, elle ne lui dit rien si ce n'est lui demander s'il a assez mangé ou des choses comme ça. De plus quand je suis à la maison ma mère est un peu moins de mauvaise humeur avec lui car elle peut se défouler. Ma mère veut que je reste pour pouvoir se défouler, parler, ne pas être seule avec mon père qui est plus vivable quand je suis là car comme je l'écoute, que je lui répéte plusieurs la même chose sans m'énerver, que je lui explique 100 fois la même chose, calmement sans lui dire que je l'ai déjà fait, que je le fais rire en lui inventant des histoires (presque toujours les mêmes vu qu'une fois sur l'autre il ne s'en souvient pas, ça énerve ma mère de toujours les entendre, mais j'ai trouvé un bon filon (un des chats terrorisé par les souris et autres aventures) ) il est de moins mauvaise humeur. Je n'ai pas de situation professionnelle donc forcément ils la voient mal. Plus mon père maintenant car il s'en moque, mais on me le reproche souvent. Pour les études, mon père voulait que je fasse prépa HEC, ce qui ne m'interessait pas du tout. Je voulais partir en Afrique faire soit de l'humanitaire/aide au développement soit m'occuper d'animaux. Il est devenu furieux et m'a dit qu'il ne financerait rien. Tout ce que je pouvais proposer comme études (enseignement, vétérinaire, travail avec les enfants en difficultés) il refusait. On a fini par tomber d'accord sur du droit. Qu'il n'a pas du tout financé, j'aurais mieux fait de faire ce que j'avais envie. D'autant plus qu'il ne me voyait pas "simple" juge, mais juge au Conseil d'Etat. C'est mieux de pouvoir dire "ma fille est au conseil d'état que ma fille est juge de première instance" par exemple. Je ne suis pas arrivée à lui faire comprendre qu'on ne devient pas juge au conseil d'état en début de carrière et qu'en plus je n'en avais aucune envie surtout que je deteste le droit administratif. Je suis quand même allée jusqu'à la maîtrise de Droit et 2 ans de prépa ENM. La première année de prépa, je n'allais pas à tous les cours, mais je ne m'en suis tout de même pas trop mal sortie car bien que je n'ai pas réussi le concours, j'étais pas trop mal placée (il y avait plus de 2000 candidats pour un peu moins de 200 places). La deuxième année, je ne suis allée quasiment à aucun cours à part à celui de synthèse, mais 15 jours avant le concours j'ai décidé de ne pas le passer. Je faisais ce qu'ils appelaient les galops d'essais (tous les samedi matin on avait une épreuve de 5 h telle qu'on aurait pu l'avoir au concours) et à chaque fois j'en étais malade. Je ne supportais pas d'être dans la salle et de devoir rendre ma copie. La plupart d'ailleurs je ne les ai pas récupérées après correction. Je ne sais donc pas si elles étaient bonnes ou non. Ma famille a très mal pris le fait que j'abandonne. Mais outre le fait que ça me rendait malade, il y avait aussi la peur de réussir. Dans le droit, seul le droit pénal m'interessait et quelques parties du droit civil. Je ne pouvais pas m'engager là-dedans toute une vie. Pendant 6 mois, dès que mon père me voyait il hurlait. Quoique je fasse. Une fois, il fallait changer la hote qui venait de tomber en panne et pour ne pas avoir à refaire de trous il fallait les mesures de celle qui ne marchait plus. Mon père les a demandé, comme elle était devant la porte, j'ai pris un mètre et je lui ai donné les renseignements qu'il voulait. Il s'est mis à hurler en disant que je me mélais de ce qui ne me regardait pas. Depuis que j'ai arrêté le droit, je n'ai rien fait qui puisse convenir à mes parents. Même dans le bénévolat. Je suis suivie par un psy mais ça se passe mal (voir éventuellement le sujet dans mon psy et moi "qu'a-t-il le droit de faire" et j'ai également posté ce matin un autre sujet pour savoir si ça valait la peine de continuer à voir un psy où je décris un peu mon parcours avec un psy, mais je ne sais plus dans quelle rubrique (peut-être thérapie) ). Je suis entre autres agoraphobe et phobique sociale et je suis allée un temps sur le forum déploie tes ailes, mais ça s'est mal passé. Parce que je suis les 2 et que j'ai aussi d'autres phobies et problèmes et que je n'arrive pas à trouver quelque chose de conciliable avec toutes mes difficultés. Et que je pense aussi que régler nos problèmes ne doit pas se faire au détriment de ceux qui n'ont rien à voir là-dedans. Je pense par exemple à une agoraphobe (je crois, ça fait longtemps, mais ça m'avait marqué) qui était fière et très contente d'elle d'avoir pu aller dans un magasin de perruques, d'y avoir passé 3 ou 4h pour essayer toutes (!) les perruques du magasin alors qu'à aucun moment elle n'avait eu l'intention d'acheter quoi que ce soit. Elle a été chaudement félicitée par tout le monde. Certes, pour une ago, rester dans un magasin aussi longtemps c'est bien. Un exploit. Mais je ne peux m'empêcher de penser à la vendeuse qui a sorti toutes ses perruques, qui les a faites toutes essayées, qui a passé du temps avec elle à ne s'occuper que d'elle et qui après a dû tout ranger (il parait qu'elle avait laissé un beau désordre) alors qu'il n'y a eu aucune vente. S'il y avait eu intention d'achat mais qu'elle n'avait pas trouvé ce qui lui convenait ou si elle avait prévenu en disant "je ne viens pas pour acheter, mais c'est un exercice", alors là d'accord, bravo à 100 %, mais ça n'a pas été le cas. J'ai quitté le site peu de temps après, pas à cause de ça, mais ça en faisait partie. Merci.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


255382
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Juin 2013 ? c'est par ici ! *complet*

image

Coucou les filles. Superzolie : super si gygy s'est montré rassurante, si ça se trouve à la prochaine écho, tout sera partie… Fova : impec pour l'écho, ah lal la j'ai hâte d'être le 20 hihi. Pour la triste nouvelle du bébé aux infos, c'est...Lire la suite

Essais bebe ap fc fev 2012, depuis 14 bb,8 grossesses, 4 attendettes

image

Et ça va finacièrement car congé de 3 ans tu dois avoir très peu d'indemnités ? Pour l'allaitement c super car c t pas gagné vu les soucis du début moi ça me manque et je regrette même si je c que pour ses reflux c mieux d'avoir arrêter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages