Histoire vécue Grossesse - Bébé > Allaitement      (23416 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment rattraper le coup?

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 166 lectures | ratingStar_266500_1ratingStar_266500_2ratingStar_266500_3ratingStar_266500_4
Bonjour tout le monde. Suite a la diffusion du reportage "premiers regards", j'avais besoin de poster ici pour raconter mon histoire. En grande partie parce que le net permet de rester relativement anonyme, et aussi parce que j'ai besoin de conseils, mais aussi et surtout, parce que je veux garder une trace quelque part, car je suis en train d'oublier. Je suis désolé si ce texte va être long et décousu, mais je préfère écrire tel que ça sort. Je vais expliquer pour que vous compreniez mieux. Mon bébé est né il y a 3 mois. L'accouchement s'est assez mal passé. Déjà, son arrivée était une surprise non prévue. Je n'étais pas du tout prête a avoir un enfant, du coup j'ai passé les 5 premiers mois de ma grossesse avec un rejet total. Pas un déni non, un rejet. Je savais qu'il était la, mais je faisais comme si c'était comme d'habitude. Avec la famille ou les amis, j'en parlais, grossesse, potins, echo, tout ça, mais j'en parlais comme si je voulais rester dans la normalité parce que "normalement" on agis comme ça et pas autrement. Nous somme un couple que j'appellerais des "pas de bol". Sous entendu, nous accumulons la malchance et les galères depuis plusieurs années. Je pense que inconsciemment j'ai vu l'arrivée de cet enfant comme une malchance de plus, ou peut-être, vu qu'a 3 mois j'ai eut une grosse perte de sang, (et qu'aux urgences on m'a dit texto quand j'ai demandé si je risquais de le perdre : "p'tetre bin qu'oui, p'être bien que non") me suis-je auto persuadée que de toute façon, vu notre chtoumoune habituelle, ça ne tiendrais pas ; alors autant se blinder a l'avance. Quoiqu'il en soit, je suis restée presque indifférente à cette grossesse interieurement. Jusqu'a 5 mois je n'avais pas pris un gramme, ni un seul cm de tour de taille. Je ne le sentais même pas bouger. A 5 mois il y a eut l'echo, ou on a sut le sexe. Bizarrement, ça m'a fais une sorte de déclic. Des le lendemain matin j'avais "gonflé", et je sentais des premiers coups. Mais je suis restée quand même "lointaine", comme si je ne voulais pas m'attacher car jusqu'au bout je restais persuadée qu'il allais bien nous arriver un truc à nouveau au dernier moment. Le jour de l'accouchement, j'ai ressenti les douleurs en pleine nuit. Nous avons filé a l'hosto. Jusqu'à là, j'avais mal, mais avec mes cours avec la sage femme, je gérais la douleur. Et puis c'est parti en live.. Le coeur ralentissais à chaque battement, suite a une prise de sang on a décelé une petite hémorragie intra foetal, et comme mon col ne s'ouvrait pas du tout, on m'a mis un tampon auquel j'ai fais une violence réaction. Les douleurs sont devenues insoutenables. On m'a embarqué d'un coup sans prévenir en salle d'opération (en moins de 3 minutes j'étais deshabilée et sur la table) et on a emmené mon mari en salle de "papa".. C'est la que c'est devenu encore pire. Lorsque le médecin m'a ouvert pour la césa, je n'étais pas encore anesthésiée. (je pouvais bouger les pieds juste après la rachi-anesthesie, et je garde l'impression d'un 33 tonnes qui m'arrachais les organes). J'ai dégustée a mort, en me retenant de hurler en serrant les dents, devant des médecins et une anesthésiste qui ne me croyait pas, et me tapotais sur l'épaule, a coup de "mais non mais non"; limite je faisais du cinéma. C'est au bout de quelques minutes (après qu'ils m'aient ouvert) qu'ils s'en sont rendu compte et m'ont mis illico sous masque et qu'ils m'ont un brin shootée. Ils ont sorti mon bébé et me l'ont montré par dessus le champ quelques secondes, avant de l'emporter. Seul problème, j'étais shootée et ils m'avaient enlevé mes lunettes, et comme je ne voit rien de loin, je n'ai vu qu'un truc rose qui crachait du liquide vert. Je crois qu'on a dut me le remontrer après quelques secondes, j'ai un vague souvenir de m'être retrouvé la tête a l'envers mais je me souviens de rien d'autre. On m'a emmené en salle de réveil, et la j'ai attendu 2h. 2 h a regarder autour de moi, pleinement réveillée cette fois, avec des infirmières qui fêtaient un anniversaire ou je sais pas quoi dans un coin, et mangeaient des gâteaux, en m'ignorant totalement. Je ne savais même pas a quoi ressemblait mon bébé, s'il allais bien, rien du tout. Quand je demandais, on me disais "on va se renseigner" mais jamais de réponse. Au bout de 2h et quelques, j'ai vu arriver mon mari, et une infirmière qui portait mon bébé. Elle m'a demandé si je voulais lui donner une 1er tété quelques secondes. Sauf que mon bébé dormais et a tété machinalement quelques secondes (5 -10 maxi) en dormant avant qu'on me l'arrache a nouveau avec un "vous le retrouverez dans votre chambre", et on l'a emmené. Et moi j'ai attendu a nouveau toute seule qu'une personne veuille bien me monter dans ma chambre. Effectivement je l'ai retrouvé la haut, mais endormi. Alors le premier regard, y'en a pas eut.. Pas du tout. L'allaitement non plus ne s'est pas bien passé. Comme mon bébé avait une force buccale impressionnante, la 1er tété m'a flingué les seins, les suivantes sont devenu un calvaire de douleurs dès la première journée. Au point que j'y allais a reculons, tendue, en serrant les dents tellement j'avais mal et que j'ai fais un rejet total de cet enfant. Je pense qu'il l'a senti, au même titre qu'il a dut le sentir dans mon ventre pendant la grossesse. Et ça, je m'en veut. Je pleurais chaque soir, demandant a retrouver ma vie, et je me disais que si on le gardais la bas, ça n'irais que mieux. J'ai honte maintenant d'avoir eut ces pensées, mais je pense que l'accouchement + l'allaitement, ça a fait un effet boom, et j'ai fais une dépression cassage de tronche dès le lendemain. Les puers me prenait mon bébé chaque soir pour que je me repose tellement elles avaient pitié, et ont eut assez peur pour m'envoyer un psy. La puer de l'hôpital me disait d'arrêter l'allaitement vu comment cela me faisais mal et comment ils etaient abimés, et passer au biberon, mais j'ai tenu, têtue comme une mule, parce que pour moi, j'avais foiré son accouchement, je devais au moins réussir ça. Maintenant mon bébé a 3 mois. Cela va mieux, j'ai revu l'allaitement avec ma SF, et ça marche comme sur des roulettes. Mais je ne me sens pas bien. Ce n'est pas une dépression non. J'ai des impressions qui ne me plaisent pas. Je garde le sentiment féroce qu'on m'a volé quelque chose. Qu'il me manque une partie importante. J'aime mon bébé hein ? Mais j'ai cette impression de ne pas être sa mère. Que le lien ne s'est pas crée, un peu comme si c'était un enfant adopté. Chaque chose que je fais (le changer, l'allaiter, lui faire des câlins, des bisous, lui donner son bain, tout ça) , j'ai l'impression de le faire, parce qu'il FAUT le faire. Je ne sais pas si c'est compréhensible ce que j'essaye d'expliquer.. En regardant le reportage, je me suis rendu compte que j'oubliais peu a peu. La douleur de l'accouchement oui, ça c'est même positif vu comment cela s'est passé. Mais aussi tout le reste. Impossible de me souvenir du moindre premier regard (alors que les maman disent toutes qu'elles s'en souviendront toute leur vie.) ni des premières semaines. Par exemple, quand on me l'a emmené en salle de réveil quelques secondes. Je revois le décors, je revois mon ami, je revoie l'infirmière, mais a l'endroit ou devrais se trouver mon bébé, je voit du blanc. Il n'y a rien. Je revoit la chambre, je me revoit aller au toilettes pliée en deux par la douleur de la césa et de la cicatrice, mais j'arrive pas a revoir de souvenir avec mon bébé. C'est comme si j'occultais et effaçais chaque souvenir. Et je ne comprends pas pourquoi, et ça me rends affreusement triste. Heureusement que j'ai des photos pour garder une trace, mais même la, je les regardes et ça ne remontes pas de souvenirs.. Mon bébé est adorable, je fond devant ses sourires, il fait ses nuits depuis ses 2 semaines, mange bien mais je garde cette impression que le lien mère-enfant qui se crée à la naissance et au premier regard bin.. Il y a pas eut pour moi. Qu'il manque quelque chose. Hier, en voyant la dame accoucher durant le reportage j'ai fondu en larmes. Mon mari à eut la même réaction il y a quelques temps, devant un même reportage ou il a aussi pleuré. Car pour lui aussi ça a été dur. Lui s'est retrouvé a attendre tout seul dans une salle vide pendant 1 demi heure, puis une dame est venue en lui disant "c'est votre bébé". Et il s'est retrouvé a attendre après 2h, sans savoir si moi j'allais bien ou autre. Lui aussi a l'impression qu'on lui a volé quelque chose. Je suis désolé si mon texte est long. J'avais besoin d'écrire pour pouvoir garder une trace avant d'oublier, et aussi pour parler. Je n'ose le faire a mes ami (e) s, ou famille, car j'ai peur d'être traité de folle, ou de monstre, ou qu'on me dise des choses horribles, et vu que je me dégoute déjà moi même… J'ai besoin de conseils car je ne veut pas que mon bébé se sente lui aussi mal, et je voudrais recréer ce lien manquant, mais je ne sais pas comment faire…
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


266500
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Juin 2013 ? c'est par ici ! *complet*

image

Coucou les filles. Superzolie : super si gygy s'est montré rassurante, si ça se trouve à la prochaine écho, tout sera partie… Fova : impec pour l'écho, ah lal la j'ai hâte d'être le 20 hihi. Pour la triste nouvelle du bébé aux infos, c'est...Lire la suite

Essais bebe ap fc fev 2012, depuis 14 bb,8 grossesses, 4 attendettes

image

Et ça va finacièrement car congé de 3 ans tu dois avoir très peu d'indemnités ? Pour l'allaitement c super car c t pas gagné vu les soucis du début moi ça me manque et je regrette même si je c que pour ses reflux c mieux d'avoir arrêter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages