Histoire vécue Grossesse - Bébé > Allaitement      (23416 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'étais motivée pour l'allaitement

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 252 lectures | ratingStar_51193_1ratingStar_51193_2ratingStar_51193_3ratingStar_51193_4

A la naissance de Quentin j'étais super motivée pour l'allaitement. A la mater, on ne m'a quasiment rien expliqué et les débuts de l'allaitement ont été un peu chaotiques. Quentin étant né avec 15 jours d'avance, il se fatiguait très vite en tétant et réclamait toutes les 2h voire toutes les heures J'avais le bout des seins en feu, c'était l'horreur. J'ai appliqué de la teinture de calendula sans grand résultat, de la crème castor équi… sans résultat non plus… Et puis il a perdu pas mal de poids les 4 premiers jours à la mater, ça me faisait flipper, surtout que les puéricultrices me demandaient si je le faisait vraiment téter J'avais vraiment mauvaise conscience.

A notre retour à la maison, la situation ne ressemblait vraiment pas à ce que j'avais imaginé. Mes seins coulaient jour et nuit, je salissait les draps, dès que mon chéri me touchait le lait jaillissait j'ai trouvé cela très désagréable. Et puis j'avais tout le temps des seins hyper tendus… malgré des massages sous un jet de douche chaude.

J'étais super crevée (comme toi) et je me sentais surtout seule car la nuit, mon chéri n'entendait même pas bébé pleurer… je me coltinais TOUT TOUTE SEULE et ça me crevait encore plus.

Je ne pouvais quasiment pas partir faire qqs courses, ou alors c'était ultra chronométré… Quand nous étions invités, je m'isolais avec Quentin pendant au moins 3/4 d'heures pour le faire téter (je suis pudique, jamais je n'aurais oser allaiter en public).

Tous les jours je me levais avec une boule à l'estomac ne sachant pas comment allait se passer la journée. J'appréhendais la mise au sein à cause de la douleur qui ne disparaissait pas du tout. Je ne supportais même pas le frottement de la serviette de toilette.

J'étais super stressée que Quentin perde encore du poids, ça m'obsédait et je ne savais jamais combien il avait pris.

J'ai réalisé qu'en fait, l'allaitement ne me convenait pas du tout, que cela me stressait, me faisait mal, et je me suis dit que Quentin devait certainement ressentir ces tensions-là.

Cela m'a fait un peu de peine mais j'ai décidé de le sevrer après 3 semaines d'allaitement. J'avais aussi besoin de me retrouver en tant que femme après avoir été future maman pendant 9 mois aux yeux de mon compagnon…

Je suis donc allée voir ma généraliste qui est aussi ma pédiatre, en lui expliquant les raisons de ma décision. Elle m'a conseillé par rapport au lait en poudre, aux biberons, et à la mise en place du sevrage.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


51193
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Juin 2013 ? c'est par ici ! *complet*

image

Coucou les filles. Superzolie : super si gygy s'est montré rassurante, si ça se trouve à la prochaine écho, tout sera partie… Fova : impec pour l'écho, ah lal la j'ai hâte d'être le 20 hihi. Pour la triste nouvelle du bébé aux infos, c'est...Lire la suite

Essais bebe ap fc fev 2012, depuis 14 bb,8 grossesses, 4 attendettes

image

Et ça va finacièrement car congé de 3 ans tu dois avoir très peu d'indemnités ? Pour l'allaitement c super car c t pas gagné vu les soucis du début moi ça me manque et je regrette même si je c que pour ses reflux c mieux d'avoir arrêter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages