Histoire vécue Grossesse - Bébé > Allaitement      (23416 témoignages)

Préc.

Suiv.

Jumelage pour apprendre à allaiter

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 311 lectures | ratingStar_109889_1ratingStar_109889_2ratingStar_109889_3ratingStar_109889_4

Le réseau des Marraines D'Allaitement Maternel est une association de bénévoles, qui met en place des jumelages entre une future maman et une maman allaitante de sa région… dès sa grossesse et pour une durée de 6 mois d'allaitement, voire plus si désiré.

Le jumelage mis en place a pour but de donner à la future mère les informations de base, et de permettre les échanges entre mamans sur l'allaitement. La marraine et sa filleule se contactent et communiquent par téléphone et email, se rencontrent avant et après l'accouchement, selon leurs désirs et leurs besoins. Elles vivent une relation de confiance tout à fait particulière, très propice à un allaitement serein et réussi. Grâce à ces échanges, la marraine permet à sa filleule d'accéder à la culture de l'allaitement malheureusement peu connue et terriblement dénigrée dans nos pays dits de tolérance… Elle permet à sa filleule de connaître les grands principes de l'allaitement et les facteurs qui peuvent nuire à son bon déroulement, en la guidant sur les nombreuses façons d'allaiter… L'essentiel du jumelage se fait donc pendant la grossesse.

Ensuite, une fois que le bébé est né, la filleule sait vers qui se tourner. Sa marraine n'est pas une inconnue !! Après la naissance, la filleule a les informations déjà en tête,… mais elle a besoin de soutien : - pour remettre en place les informations qui se mêlent dans sa tête, et qui sont parasitées par les informations issues de la culture biberon (les grands-mères, les soeurs, les voisins, les amis… tout le monde y va de son petit mot). - souvent aussi, pour prendre du recul vis-à-vis de son allaitement, apprendre à observer les indices pertinents… - pour garder confiance… et aussi pour partager ses soucis et ses joies ! Cela n'a rien à voir avec un soutien ponctuel. Ce que peut garantir l'association, ce n'est pas un allaitement parfait (mais qui le pourrait ? ) , mais c'est d'être suffisamment informée et soutenue. Par exemple, il ne suffit pas d'entendre qu'il faut allaiter fréquemment… il faut aussi le mettre en pratique… et cela, c'est le choix de la maman, tout à fait respectable quel qu'il soit. Ce qui nous tient à coeur, c'est que les mamans soient informées que certains gestes, certains choix (limiter le nombre de tétées, remplacer le sein par une sucette ou un biberon, introduire des compléments de lait de vache modifié) ne sont pas optimaux pour la poursuite de l'allaitement naturel, ni pour le développement du maternage par l'allaitement. Et à l'inverse, qu'une certaine pratique de l'allaitement le favorise énormément, et dans l'instant, et dans la durée.

A la maman de choisir ensuite ses priorités. http://www.reseau-mdam.org/- Tu participais à quelques réunions de la Leche League ? Que trouve-t-on dans ces groupes ? Tout d'abord, on y trouve des informations, qu'on soit primipare ou qu'on ait rencontré des difficultés d'allaitement pour ses aînés, difficultés qu'on ne souhaite pas reproduire pour un nouvel enfant. Ces informations, on ne les a pas trouvées ailleurs, ou elles sont de nature différente.Ensuite, on peut y trouver l'expérience d'autres femmes ayant vécu une histoire qui ressemble à la sienne : Le rôle des groupes de mèresDans une société où presque toutes les femmes allaiteraient, la nécessité de groupes de soutien ne se ferait pas ou plus sentir. Car à la limite, dans ce cas, c'est toute la société qui est un groupe de soutien. La femme qui sevré rapidement, voire n'ont pas allaité du tout, simplement parce qu'elles n'avaient jamais eu l'occasion de rencontrer d'autres femmes qui allaitent ? Ou parce qu'elles n'avaient aucun soutien dans leur entourage proche ? L'allaitement et le maternage s'apprennent par l'exemple. Une mère qui n'a personne comme modèle, personne avec qui comparer son vécu et ses sentiments sur l'allaitement aura beaucoup plus de difficultés pour allaiter.Si elle connaît une ou deux personnes qui ont allaité, elle aura déjà une meilleure information. Mais cette information sera par force limitée à l'expérience personnelle des femmes en question.Alors qu'un groupe, surtout s'il fait partie d'une organisation internationale existant depuis plu-sieurs dizaines d'années comme La Leche League, peut offrir des informations et un soutien basés sur l'expérience de milliers et de milliers de personnes, et donc proposer à la mère des modèles différents parmi lesquels elle aura toute latitude de choisir ce qui lui semblera le plus approprié à son cas personnel et à celui de son bébé.Pour illustrer la force de l'exemple, je voudrais vous raconter une petite histoire qui est arrivée il y a quelques années au zoo de Toledo, dans l'Ohio. Malaika, un gorille femelle, avait été incapable d'allaiter son premier petit, ne l'ayant jamais vu faire. Pendant sa deuxième grossesse, le respon-sable du zoo eut l'idée de demander à une de ses amies de venir avec son bébé et de l'allaiter devant la cage de Malaika. Celle-ci parut très intéressée par le spectacle. Toujours est-il qu'elle put allaiter son petit avec succès. Comme le dit la mère en question : "Les gorilles apprennent de la même façon que les humains : en regardant. Je considère ce que j'ai fait comme l'aide d'une mère à une autre mère" ! Comme quoi, même chez les animaux, l'allaitement n'est pas seulement naturel, mais aussi culturel (si l'on peut appeler culture le fait d'être enfermé dans un zoo). C'est à plus forte raison vrai chez les êtres humains… Assister à des réunions de partage d'expérience permet d'aborder des domaines très variés, que les mères n'oseraient peut-être pas aborder avec un professionnel de santé de peur de lui faire perdre son temps. Si elle sait ses préoccupations susceptibles d'être partagées par d'autres, une femme pourra aborder des sujets aussi variés que : comment arriver à se reposer suffisamment après l'arrivée du bébé, comment allaiter allongée, où trouver un soutien-gorge d'allaitement pratique et pas cher, comment tirer son lait à la main ou avec un tire-lait, comment intégrer les tétées dans la vie quotidienne, comment boire et manger quand on allaite, la fréquence des selles du bébé, etc. Etc.De plus, la variété des femmes présentes, la diversité des âges des bébés, va faire que chacune va être amenée à se poser des questions sur des conduites auxquelles elle n'avait jamais songé auparavant. Par exemple, une femme enceinte de son premier enfant assistant à sa première réunion, y verra un ou deux bambins toujours allaités, ou une mère qui continue à allaiter alors qu'elle a repris son travail.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


109889
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Juin 2013 ? c'est par ici ! *complet*

image

Coucou les filles. Superzolie : super si gygy s'est montré rassurante, si ça se trouve à la prochaine écho, tout sera partie… Fova : impec pour l'écho, ah lal la j'ai hâte d'être le 20 hihi. Pour la triste nouvelle du bébé aux infos, c'est...Lire la suite

Essais bebe ap fc fev 2012, depuis 14 bb,8 grossesses, 4 attendettes

image

Et ça va finacièrement car congé de 3 ans tu dois avoir très peu d'indemnités ? Pour l'allaitement c super car c t pas gagné vu les soucis du début moi ça me manque et je regrette même si je c que pour ses reflux c mieux d'avoir arrêter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages