Histoire vécue Grossesse - Bébé > Allaitement      (23416 témoignages)

Préc.

Suiv.

La confiance en soi est importante pour allaiter

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 2313 lectures | ratingStar_31338_1ratingStar_31338_2ratingStar_31338_3ratingStar_31338_4

Aies confiance en toi : ton bébé saura le faire sortit puisque ton prmeier a déjà contribué à faire travailler ce téton !

La confiance en soi est essentielle. C'est ce que je crois.

Ci dessous un article que j'avais glané sur la lactaliste il y quelque temps :

LES MAMELONS RETRACTES.

F. RAILHET (DA 17) L'allaitement est presque toujours possible pour une femme qui présente cette particularité anatomique. Cependant, il pourra poser des problèmes spécifiques et demander plus de soutien, d'information et de persévérance de la part de la mère.

Il est relativement fréquent qu'une femme ait l'un ou les deux mamelons plats ou rétractés, surtout quand elle n'a encore jamais été enceinte : le pourcentage de femmes présentant un ou les deux mamelons non ou peu protractiles a été estimé entre 28 et 35 %. Souvent, le mamelon ressort peu à peu pendant la grossesse et sa protractilité s'accentue avec le nombre de grossesses et la durée des allaitements. Certaines femmes peuvent se sentir complexées ou "anormales" parce qu'elles ont des mamelons sévèrement rétractés. Une correction chirurgicale existe pour améliorer l'aspect esthétique, et certaines techniques, ne sectionnant pas le réseau vasculo-nerveux et des canaux lactifères, permettent un allaitement ultérieur. Il ne faut cependant pas perdre de vue que le bébé tète le sein et non le mamelon. Et il est rare que cette variation anatomique, dénommée avec humour par une mère "mamelon modèle chapeau claque", pose un sérieux problème sur le plan de l'allaitement.

L'aspect des seins.

Les seins devraient être examinés pendant la grossesse. Cet examen appréciera la taille, la symétrie et l'aspect des seins et des mamelons. Normalement, les mamelons sont mous et ressortent peu ; l'exposition au froid, l'excitation sexuelle, la succion du bébé les font ressortir et ils réagissent au pincement de l'aréole : la pression de l'aréole derrière le mamelon entre le pouce et l'index fait ressortir le mamelon. A l'inspection, le mamelon peut ne pas ressortir, voire s'invaginer dans le sein. Il n'y a cependant pas obligatoirement rétraction réelle. Si la pression douce permet de faire ressortir le mamelon, il n'est pas réellement rétracté. Un enfant dont la succion est bonne pourra le faire ressortir. Mais un enfant dont la succion est faible (prématuré, enfant de petit poids…) pourra avoir du mal à prendre le sein. En cas de rétraction sévère, tout ou partie du mamelon restera invaginé dans le sein (voire l'invagination s'accentuera). Ce genre de rétraction est rare. Elle atteint le plus souvent un seul des mamelons. Elle peut poser d'importants problèmes sur le plan de l'allaitement.

Quelques suggestions.

Deux techniques sont préconisées depuis plusieurs décennies pour améliorer la protractilité des mamelons dès la période prénatale. Cependant, leur efficacité n'est pas clairement démontrée et certains auteurs mettent en question leur validité. Elles peuvent décourager la mère d'allaiter et abîmer les mamelons si elles sont utilisées sans discernement.

Les coupelles.

Il est possible d'utiliser des coupelles pour mamelons rétractés (coupelles pour recueillir le lait). La femme peut commencer à les porter pendant le dernier trimestre de sa grossesse, en commençant pendant une à deux heures par jour et en augmentant progressivement la durée en fonction de sa tolérance. La pression continuelle exercée par le sein pousse le mamelon par l'ouverture de la partie appuyée sur le sein. Il est possible de continuer à les porter après l'accouchement, en permanence entre les tétées, ou seulement une 1/2 heure avant les tétées. La mère devra veiller à porter un soutien-gorge suffisamment grand pour ne pas comprimer ses seins. Cependant, certaines femmes trouvent le port des coupelles inconfortable, voire franchement douloureux. La pression qu'elles exercent est susceptible de favoriser les fuites de lait, les engorgements et les mastites.

Dans le même ordre d'idée, il est possible de découper, dans un vieux soutien-gorge, un cercle de la taille des mamelons en regard de ceux-ci. La mère pourra porter régulièrement ce soutien-gorge pendant la grossesse.

Les exercices de Hoffmann.

La femme peut commencer à les effectuer plusieurs fois par jour pendant la grossesse, puis avant chaque tétée, pour assouplir le tissu péri-mamelonnaire. La mère place ses index de chaque côté du mamelon et à la base de celui-ci sur une ligne horizontale. En appuyant doucement vers le gril sternal, elle écarte ses pouces l'un de l'autre. La manoeuvre sera répétée plusieurs fois, sur le plan horizontal, puis vertical.

Stimuler les mamelons avant de mettre le bébé au sein.

Les mamelons plats réagissent souvent bien à un massage doux ou à une application froide. Rouler le mamelon entre les doigts. Appliquer un gant mouillé à l'eau froide sur le mamelon uniquement et souffler dessus. Un tire-lait peut aussi être utilisé pour les faire ressortir.

Veiller à une bonne mise au sein.

LE BEBE TETE LE SEIN ET NON LE MAMELON.

La mère devra veiller à ce que son bébé ouvre grand la bouche et qu'il prenne en bouche autant de sein que possible. Un bébé doté d'une bonne succion arrivera généralement à faire ressortir le mamelon, même si ce dernier rentre à nouveau dans le sein dès que le bébé le lâche. Les premiers instants de la tétée pourront être douloureux… La mère pourra avoir besoin de tenir son sein dans une certaine position pendant toute la durée de la tétée.

Si le bébé est peu vigoureux et prend mal le sein, il sera nécessaire que la mère tire son lait pendant quelques jours ou quelques semaines, du côté qui pose problème, pour stimuler sa sécrétion lactée, avant que la succion de son bébé devienne suffisamment efficace. Elle donnera son lait à son bébé à la tasse, à la cuillère, au compte-gouttes… afin d'éviter de perturber le bébé par une succion à la tétine différente de la succion au sein.

Si un seul des mamelons est sévèrement rétracté, il est possible que le bébé n'arrive jamais à le prendre correctement, qu'il refuse rapidement de téter de ce côté, ou que les mises au sein soient très douloureuses pour la mère. Dans ce cas, vous pouvez assurer à la mère qu'il est tout à fait possible d'allaiter avec un seul sein. Si les deux mamelons sont sévèrement rétractés, la mère peut tirer son lait pendant quelques semaines et essayer de remettre son bébé au sein après ce délai ; le bébé ayant grandi, il est possible qu'il puisse mieux attraper le sein.

Bibliographie.

&bull ; M Renfrew, C Fisher, S Arms. Breastfeeding : getting breastfeeding right for you. Celestial Arts, California, 1990.

&bull ; J Riordan, K Auerbach. Breast-feeding and human lactation. Jones and Barlett Int, London, 1993.

&bull ; R Lawrence. Breastfeeding : a guide for the medical profession. Mosby, Missouri, 1989.

&bull ; N Mohrbacher, J Stock. The breast-feeding answer book. LLLI, 1991.

Mamelons rétractés :

Etude de l'efficacité des coupelles et des exercices de Hoffmann.

Randomized controlled trial of breast shells and Hoffmann's exercises for inverted and non-protractiles nipples. JM Alexander, AM Grant and MJ Campbell. Br Med J 1992; 304:1030-32. B Abst Nov 92.

Cette étude s'est penchée sur les effets d'une préparation, en période prénatale, pour les mamelons plats et rétractés et le résultat de cette préparation sur l'allaitement. L'efficacité des coupelles pour mamelons rétractés et des exercices de Hoffmann a été étudiée chez 96 femmes, ayant au moins un mamelon plat ou rétracté, pendant leur première grossesse.

Un tirage au sort a été effectué pour affecter les femmes à l'une des quatre catégories suivantes : exercices de Hoffmann uniquement, coupelles uniquement, exercices de Hoffmann plus coupelles ou aucune préparation (24 femmes dans chaque groupe).

L'amélioration de l'aspect anatomique des mamelons, recherchée avant la première mise au sein, était plus nette dans le groupe des mères sans préparation, mais la différence notée n'était pas significative. Un questionnaire, envoyé par la poste 6 semaines après l'accouchement, a eu un taux de réponse de 100 %. 30 des 48 femmes utilisant les coupelles les portaient la plupart du temps. Les raisons évoquées pour ne pas les porter étaient le fait qu'elles faisaient mal ou étaient inconfortables et qu'elles provoquaient des pertes de colostrum. 36 des 48 femmes ayant pratiqué les exercices de Hoffmann l'avait fait régulièrement. La principale raison pour ne pas les faire était l'oubli. 50 % des femmes n'ayant pas utilisé les coupelles allaitaient encore au bout de 6 semaines, contre 29 % dans le groupe les ayant utilisé (p=0,05). Les femmes à qui on avait conseillé les coupelles étaient plus enclines à sevrer rapidement, ou à décider de ne pas allaiter. 4 des 5 femmes qui ont décidé, avant l'accouchement, de ne pas allaiter, ont cité le port des coupelles comme une raison de leur décision. Le fait de pratiquer les exercices de Hoffmann n'a pas semblé avoir une influence sur le taux de l'allaitement.

Les taux d'allaitement étaient inférieurs dans le groupe utilisant les coupelles uniquement (17 %) , similaires dans les groupes utilisant à la fois les coupelles et les exercices d'Hoffmann ou seulement ces exercices (42 % et 38 %) , et plus élevé dans le groupe n'ayant fait aucune préparation (63 %).

Aucune différence significative n'a été retrouvée entre les 4 groupes quant à la survenue de crevasses, aux problèmes de mise au sein et aux mastites ayant nécessité une antibiothérapie. Cependant, 14 % des femmes utilisant les coupelles ont eu une infection du sein en période post-natale, contre 6 % de celles qui ne les utilisaient pas.

Cette étude n'a retrouvé aucun avantage particulier à l'utilisation des coupelles ou des exercices de Hoffmann, tant sur le plan de l'aspect anatomique que celui du succès de l'allaitement. Les auteurs pensent que les coupelles ne devraient plus être recommandées, car elles se sont avérées responsables d'une réduction du taux de l'allaitement. Il a parfois été suggéré que les exercices d'Hoffmann étaient susceptibles de provoquer des contractions utérines, mais cet effet n'a pas pu être retrouvé dans cette étude.

Les auteurs remettent en question l'utilisation des coupelles et des exercices de Hoffmann, étant donné que ces traitements n'ont pas nettement fait preuve de leur efficacité. Dans cette étude, les coupelles ont même eu un impact négatif. Les auteurs suggèrent que les efforts pour aider ces mères devraient porter sur la période post-natale.

Nouvelle méthode de traitement des mamelons rétractés.

Treatment of inverted nipples using a disposable syringe. N Kesaree, CR Banapurmath, S Banapurmath and K Shamanur. JHL 9 (1) , p 27-29, 1993.

Les mères qui ont des mamelons rétractés s'entendent souvent dire qu'elles ne pourront pas allaiter. Ce problème est une cause non négligeable d'échec de l'allaitement. La principale difficulté est une mauvaise prise du sein par l'enfant. Toutefois, un soutien adapté permettra souvent à la mère de réussir son allaitement. Cette étude a testé un moyen simple pour voir s'il aidait efficacement des mères présentant ce problème.

8 couples mère-enfant ont été étudiés. L'âge des enfants allait de 28 à 103 jours lors de la première visite, et presque tous présentaient une stagnation staturo-pondérale associée à une pathologie infectieuse. Les mères avaient des mamelons rétractés, 7 d'entre elles n'avaient pas réussi à allaiter leurs enfants précédents et avaient donc décidé de donner des biberons de lait de substitution. Tous les bébés, sauf un dont la mère pratiquait l'allaitement mixte, étaient donc totalement nourris au lait de substitution.

L'appareil de traitement est constitué comme suit :

&bull ; Prendre une seringue en plastique de 10 ml. En enlever le piston.

&bull ; Découper le fond de la seringue (comportant l'embout pour la fixation de l'aiguille).

&bull ; Remettre le piston en le passant PAR LE FOND de la seringue.

La mère applique l'extrémité mousse de la seringue sur son mamelon (si les mamelons sont très gros, une seringue de 20 ml sera nécessaire) , après avoir poussé complètement le piston. Elle tire ensuite doucement sur le piston et le maintient tiré pendant 30 à 60 secondes. La manoeuvre ne doit pas être douloureuse : si la mère a mal, diminuer la traction. Elle doit repousser le piston avant d'enlever la seringue. Ceci sera répété plusieurs fois par jour, ainsi que juste avant de mettre le bébé au sein : cela facilitera la prise du sein par le bébé…

La mère qui pratiquait un allaitement mixte s'est vue conseiller de supprimer les biberons et d'utiliser à la place une tasse ou une cuillère pour donner le lait de substitution jusqu'à ce que sa sécrétion lactée soit devenue suffisante.

Toutes les mères ont reçu des informations sur la position du bébé au sein et ont bénéficié d'un soutien important. Les bébés ont pu téter efficacement au bout de 2 à 7 jours. Une réduction de 50 % de la consommation de lait de substitution a été obtenue en 2 à 3 semaines. 6 des 8 mères ont pu reprendre un allaitement exclusif en 2 à 6 semaines. Une 7ème dont le bébé avait près de 4 mois a continué à l'allaiter tout en commençant l'alimentation solide. La dernière mère n'a pas pu être suivie.

Cette méthode est très économique, elle peut être facilement pratiquée par la mère à son domicile plusieurs fois par jour. La mère peut doser la traction exercée sur ses mamelons : aucune mère de cette étude n'a expérimenté de problème de mamelon suite à l'introduction de ce procédé. Elle s'est avérée très efficace chez ces mères, qui étaient pourtant vues à un stade tardif. Elle pourrait apporter une aide encore plus efficace en étant utilisée dès les premiers jours suivant la naissance, si l'on s'aperçoit que le bébé a du mal à prendre un mamelon plat ou rétracté.

Il reste cependant capital de montrer aux mères comment faire prendre à leur bébé une large "bouchée de sein", ce qui est particulièrement important pour une mère dont les mamelons sont rétractés.

Une aide pour les mamelons rétractés.

Une invention simple est susceptible d'aider les femmes qui ont des problèmes d'allaitement pour cause de mamelons rétractés. Douglas McGeorge, officier d'état civil à l'Hôpital Universitaire de Queen Mary à Londres, est l'inventeur de cet appareil qui aurait un taux satisfaisant de réussite dans le traitement des mamelons rétractés.

L'appareil est constitué d'un petit récipient en plastique, de la taille d'un dé à coudre, à bords mousse. Il est placé sur le mamelon et l'air est aspiré par une seringue à travers une valve pratiquée au fond du récipient. Le vide ainsi créé aspire le mamelon qui s'allonge pour éventuellement remplir le récipient. L'appareil est gardé sur le sein aussi longtemps que nécessaire pour corriger le mamelon (en général 3 à 4 semaines). Il peut être porté toute la journée, en fonction du confort de la mère et il est possible de le porter la nuit à condition de ne pas dormir sur le ventre. Il ne doit pas être utilisé pendant les derniers mois de grossesse ni pendant l'allaitement. Il est commercialisé en Angleterre depuis avril 93 et sa commercialisation dans toute l'Europe va suivre.

Les mamelons rétractés sont habituellement le résultat d'une anomalie de développement des seins lors de la puberté ; les canaux lactifères qui doivent normalement s'allonger pour suivre l'augmentation du volume des seins, ne le font pas. Le traitement traditionnel des mamelons rétractés, problème qui touche environ 1 femme sur 10, est la chirurgie, mais ce traitement n'apporte souvent qu'un résultat esthétique. Si les canaux lactifères sont coupés, cela aura un impact négatif sur la capacité de la femme à allaiter.

Les critiques disent que cet appareil n'apportera qu'une amélioration transitoire. L'une des mères qui l'a utilisé et qui allaite sa fille sans problème, se dit enchantée du résultat et trouve l'appareil très confortable à porter. Le professeur G. Lemperle, du département de chirurgie plastique de l'Hôpital St Markus de Francfort, pense pour sa part que les moyens les plus simples sont souvent les plus efficaces.

D'après J. Read, The European, 14-17 janv 93.

(ps de moi : ce genre d'appareil se vend : niplette d'avent : à toi de voir si ça te brancherait ou rassurerait ? ).
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


31338
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Juin 2013 ? c'est par ici ! *complet*

image

Coucou les filles. Superzolie : super si gygy s'est montré rassurante, si ça se trouve à la prochaine écho, tout sera partie… Fova : impec pour l'écho, ah lal la j'ai hâte d'être le 20 hihi. Pour la triste nouvelle du bébé aux infos, c'est...Lire la suite

Essais bebe ap fc fev 2012, depuis 14 bb,8 grossesses, 4 attendettes

image

Et ça va finacièrement car congé de 3 ans tu dois avoir très peu d'indemnités ? Pour l'allaitement c super car c t pas gagné vu les soucis du début moi ça me manque et je regrette même si je c que pour ses reflux c mieux d'avoir arrêter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages