Histoire vécue Grossesse - Bébé > Autres      (2140 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je ne suis pas prête d'être maman

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 803 lectures | ratingStar_53978_1ratingStar_53978_2ratingStar_53978_3ratingStar_53978_4

J'ai 35 ans, en couple depuis plus de 7 ans avec l'homme que j'aime.

Je suis longtemps restée sans désir d'enfant.

Il ne s'est manifesté qu'après mes 30 ans. Et encore, ce dernier est quelquechose de complexe et empli de peur.

 

Peur de ne plus avoir le temps nécessaire pour ce qui me parait essentiel : mon travail de prof d'arts plastiques, ma peinture, mon couple, ma passion d'écrire, de jouer d'un instrument, de faire de la photo, du jardinage. La maternité m'apparaît encore, d'après ce que j'ai pu en voir comme une aliénation mentale. Je sais que le mot est fort, injuste mais c'est ainsi que je la ressens.

 

Ma maman s'est complètement niée elle-même au travers de la maternité. Elle a abandonné son travail, tout ce qu'elle aimait en croyant que la maternité comblerait sa vie. Or si elle a aimé ce rôle de mère, elle ne l'a guère assumé, tombée dans la déprime à cause de son mari violent, mon père. A l'âge de 12 ans, je suis devenue la mère de ma maman avec tout ce que ça peut comporter de souffrances, de renoncement à une insouciance d'ado. Aussi, me sentant dans un rôle qui n'était pas le mien très jeune, rôle qui s'est prolongé jusqu'à l'âge adulte (jusqu'à la séparation de ma maman d'avec mon père en 1997) , j'ai développé à contrario une indépendance farouche et ne supporte ni de dépendre de quelqu'un, ni de sentir quelqu'un dépendant de moi.

 

Pourtant j'adore enseigner. J'ai aussi bien un public d'adultes, que d'enfants ou d'ados avec qui j'ai une complicité et une relation très forte, très appréciable.

Mais ils ne dépendent pas de moi. Je n'ai pas peur de leur octroyer du temps car ce temps donné fait partie de mon travail et de ma passion. Ca n'est pas une contrainte.

 

Si j'avais un enfant, j'aurais très peur de me sentir moins libre, du moins amputée d'une partie de moi. Moins femme aussi. Moins amante. Mes enfants sont pour l'instant mes élèves, mes créations artistiques. Cela me suffit. Je ne sais pas encore si je sauterai le pas et accepterai le fait d'avoir un enfant avec mon compagnon même si j'y pense de plus en plus et que ce désir est là malgré tout.

 

Il y a quelques années, alors que nous étions au chômage mon compagnon et moi, je suis tombée enceinte malgré une contraception suivie (nous n'avons pas fait attention à la déchirure du préservatif).

J'ai ressenti cette grossesse comme horrible. Le summum du malheur.

J'ai avorté et j'ai ressenti cet acte comme une véritable libération.

J'avais l'impression de revivre. Je me suis beaucoup culpabilisée de ressentir ça ainsi mais je crois que le moment se prêtait tellement mal à cette grossesse que c'était normal d'avoir ce genre de sentiment.

 

J'ai envie de pouvoir donner une maman heureuse à mon enfant. Non une mère contrainte, malheureuse, prise dans une fatalité dont elle ne peut pas sortir. Et je voulais aussi pouvoir assumer cet enfant financièrement sans me sentir submergée par les difficultés matérielles.

Mon compagnon l'a parfaitement compris. Je pense qu'il n'était pas prêt à devenir père à l'époque. Aussi il n'a pas ressenti mon avortement comme une abomination. Et m'a beaucoup soutenue dans cette démarche.

 

Aujourd'hui je ne le sens pas encore tout à fait prêt bien qu'il ait de plus en plus une assise professionnelle, une confiance en ce qu'il est.

Je me sens plus prête, car financièrement, nous commençons enfin à nous en sortir. Et dans ma tête, je pense que grâce à mon travail de prof, je commence à apprivoiser l'idée d'être mère.

Pourtant, si j'ai énormément de plaisir à transmettre ma passion d'artiste, faire éclore des talents, stimuler la créativité d'enfants, je ne me sens pas encore tout à fait rassurée à l'idée d'être enceinte et d'avoir un enfant.

Nous parlons pourtant de ce désir d'enfant et d'une grossesse prochaine d'ici à deux ans. Etant plus âgée que lui, je sais que je n'ai plus beaucoup de temps. La précarité professionnelle de notre couple a été un frein important à la réalisation de ce désir. Mon passé douloureux, mon caractère indépendant, ma vocation d'artiste, le tempérament plutôt juvénile de mon compagnon font encore obstacle à cette envie.

 

Pour autant, il y a quelques années, je n'aurais pas eu peur d'avoir un enfant. J'avais à l'époque un compagnon beaucoup plus âgé que moi et que je trouvais plus responsable. Cela me tranquillisait. Mais je ne voulais pas un enfant de cet homme car je sentais que je n'en étais pas suffisamment amoureuse. Aujourd'hui je le suis de l'homme qui partage ma vie, j'ai envie d'un enfant avec lui mais j'ai peur qu'il n'assume pas pleinement sa paternité, me sentir submergée par mon rôle de mère et devoir à cause d'un enfant, renoncer à mon métier.

 

C'est le genre de choses qui fait qu'une grossesse me terrorise encore.

Je vois beaucoup de femmes piégées par la maternité. Obéir au diktat social et en fait ne pas assumer leur rôle, faire payer à leur enfant leur insatisfaction personnelle. Je n'ai pas envie de ressembler à ces femmes, faire souffrir un enfant. J'ai la chance d'avoir trouvé une activité professionnelle enrichissante, un équilibre amoureux. Je n'ai pas envie de brader cela pour un enfant. Si j'en ai un, je veux pouvoir tout concilier sans rien abandonner et surtout pas ma vie conjuguale et ma vie professionnelle.

 

C'est décidément très compliqué d'être femme.

L'époque est difficile. Beaucoup d'entre nous à partir d'un certain âge sont contraintes à prendre un travail à temps partiel, sans rémunération suffisante. Encore beaucoup trop d'entre nous élève seule un enfant même si la plupart d'entre nous sommes en couple. Je le constate tous les jours dans mon métier avec les enfants que je vois.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


53978
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Modus est elle fiable - automobile

image

Je viens apporter mon témoignage même si c'est un vieux forum, la modus est un véhicule très fiable, j'ai connaissance d'une 20taine de personnes qui ont eu ce véhicule et jamais aucun souci après je pense que ça arrive comme toutes les...Lire la suite

Racontez-moi votre 1ere experience avec une autre femme

image

Coucou Aminna chérie, coucou les chéries, Mille mercis, Aminna chérie. Notre histoire depuis notre naissance, notre vie commune de chaque instant , est tellement magnifique , sans tache aucune , qu'elle est toujours aussi splendide, forte , et...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages