Histoire vécue Grossesse - Bébé > Bébé 0-2 ans > Autres      (10792 témoignages)

Préc.

Suiv.

Il faut être attentif aux demandes du bébé

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 523 lectures | ratingStar_223852_1ratingStar_223852_2ratingStar_223852_3ratingStar_223852_4
Personne n'est à l'abri de mal interpréter un auteur ou de l'interpréter avec ses peurs et ses angoisses. Après avoir lu Solter, une mère va culpabiliser que son bébé s'endorme systématiquement au sein ou va prendre des pleurs de douleur pour des pleurs de décharge et je connais des mères qui, après avoir lu que c'était dangereux pour un bébé de pleurer (Cohen, C-S Didierjean-Jouveau) étaient paniquées au moindre pleur et à la moindre larme de leur bébé ou de leur bambin, qui se concentraient sur toutes les façons de faire taire le pleur plutôt que de comprendre quel était le besoin, qui se précipitaient pour donner le sein quand leur bambin tombaient ou se faisaient mal, ... Ces mères étaient épuisées et pas toujours bien dans leur peau et je ne suis pas sûre que ces bébés étaient mieux entendus que ceux qui pleurent dans les bras de leur mère quand ils en ont besoin. C'est vrai que Solter va certainement trop loin en ce qui concerne l'allaitement mais je pense que Didierjean-Jouveau va aussi trop loin en ce qui concerne les pleurs (son discours peut être très culpabilisant pour les parents de bébés qui pleurent beaucoup et qui n'arrivent pas à trouver de solution - d'ailleurs, le titre de son livre sonne comme un ordre : "Ne pleure plus bébé !" ). Je pense qu'on peut tout à fait prendre des deux approches sans tomber dans l'extrême. Je porte, j'allaite à la demande, je co-dodote, j'écoute, je me connecte, je ressens ET j'accompagne aussi mes enfants dans leurs crises de décharge (et je me sens tout à fait connectée à eux dans ces moment-là). La comparaison aux sociétés traditionnelles (dont nous avons beaucoup à apprendre et à prendre en terme de maternage) n'est pas toujours adaptée je trouve : ces bébés-là ne sont pas transportés en voiture attachés dans un siège en plastique, ne sont pas exposés à des tas d'ondes électro-magnétiques et autres dont on ignore les répercussions sur les bébés, ils ne sont pas mis à garder pas des inconnus du jour au lendemain, ils baignent depuis la grossesse dans une ambiance de vie communautaire et de partage, ... Nos bébés à nous, même si on les materne du mieux qu'on peut, vivent dans un contexte bien différent, ont des parents, souvent angoissés et plein de doutes, qui doivent assumer leurs enfants et tout le reste seuls et sans aide, et sont bien plus exposés aux stress... Alors ils ont certainement plus de raisons de pleurer que le bébé Himba ou indien d'Amazonie, qui vivent dans un ambiance très peu stressante et dont les mères se font confiance en terme de maternage et savent ce que c'est qu'un bébé avant de devenir mères elles-mêmes. Je crois que ce qui est important, c'est justement de se faire confiance en tant que mère et de faire confiance à son bébé pour nous guider dans la réponse appropriée à ses besoins, de faire comme on le sent, tout en se documentant autant qu'on peut afin de comprendre au mieux son enfant, car, malheureusement, dans notre société, on doit (ré)apprendre tout ça et découvrir ce qu'est un bébé. Pas facile quand on découvre tout ça d'un coup, le jour où on devient parent, alors qu'on n'a pas côtoyé de bébé jusque là, ni reçu aucun savoir en matière de maternage comme c'est le cas dans les sociétés traditionnelles. C'est toute notre société et notre mode de vie qu'il faudrait remettre en question en même temps que notre maternage. Petite parenthèse pour dire que, ce matin, j'ai eu en atelier portage une maman avec son 3ème bébé (3 enfants rapprochés de 3 ans, 18 mois et 3 mois) et que pendant qu'elle s'exerçait à ses nouages avec un poupon parce que son bébé était fatigué, elle l'a laissé hurlé dans son cosy pendant un long moment. Je lui ai proposé de prendre son bébé dans mes bras pendant qu'elle faisait ses nouages, mais elle n'a pas voulu en disant "ce n'est rien, c'est la fatigue". C'est certain, cette maman n'a lu ni Solter, ni Didierjean-Jouveau et est comme encore une bonne majorité de parents (elle allaite et se met au portage, c'est déjà bien ; peut-être que le reste suivra...). Alors dire qu'appliquer l'approche de Solter est dangereux, je crois que là, il faut relativiser
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


223852
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Conseil pour un trentenaire destabilise - relations amoureuses

image

Je te demande ça parce que je crois que ça a son importance… Elle a 20 ans, et selon ce qu'elle est aujourd'hui, ça peut donner une idée si oui ou non elle veut une RELATION avec un homme de 30 ans. Pour moi, et par mon expérience, une jeune...Lire la suite

Bebe de 7 mois, peur de l'autisme (ne se retourne pas, babille pas)

image

Je t'apporte mon témoignage, j'étais dans le même cas que toi, alors que mon fils n'avait que 8-9mois j'ai commencé a stresser. Moi aussi je me disait que mon fils était autiste. Et pour moi j'en étais persuadé. De part ce que j'avais...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages