Histoire vécue Grossesse - Bébé > Désir d'enfant - Infertilité > Infertilité      (956 témoignages)

Préc.

Suiv.

Hyperstimulation et transfert refusé

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 1018 lectures | ratingStar_39733_1ratingStar_39733_2ratingStar_39733_3ratingStar_39733_4

J'ai arreté ma pillule en août 2003, 11 mois après avoir rencontré l'homme de ma vie.

Nous savions depuis le premier soir ne notre magnifique histoire que nous voulons des enfants. Des hauts, des bas, une vie professionnelle mouvementée, des examens, un verdict : des zozos pas assez nombreux. 3 IAC en décembre 2004, janvier et février 2005… puis RDV en PMA pour FIV pris en juin 2005… Début du protocole long le 4 novembre pour une stimulation par pikpik qui c'est vite transformée en hyper stimulation…

Je suis rentrée à la clinique le 28 novembre et j'ai été ponctionnée à 11h du matin. Jusque là tout va à peu prêt bien. Mais c'est sans compter sur mes gentils ovaires qui, largement stimulés, ont continué à grandir pour atteindre jusqu'à 14cm (alors que la taille normale est de 2 à 3cm). Mon ventre à gonflé comme une brioche dans un four et j'étais remplie d'eau… Je suis restée jusqu'à hier sous médicaments pour faire uriner pour perdre cette eau. Je n'ai pas eu le droit de boire plus d'un verre d'eau par jour pendant une semaine. Pendant 4 jours, absolument tout ce que je mangeais ou buvais ressortait (désolée pour les détails).

Le pire pendant ces crises c'est que cela me remuait vraiment fort tout l'abdomen et cela me faisait un mal de chien malgrès les calmants qui s'écoulaient dans ma perf en continu.

J'ai mis 3 jours avant de savoir au moins si la "récolte" d'ovules avait été bonne.

Surtout que le laboratoire m'avait appelé pour me dire que le sperm de zhom n'avait jamais été d'aussi mauvaise qualité depuis le début des examens et qu'ils procèderaient donc à une FIV ISCI.

Mais cela n'avait pas vraiment d'importance à ce stade, je dirait même que je préfèrais. Le coup de massue est tombé vendredi, ma gygy m'a dit que vu mon état je n'étais pas prête de sortir mais qu'en plus il n'y aurait pas de tranfert. Et voilà, en janvier dernier, je me disait que je passerait certainement noël avec un gros ventre voir, avec un peu de chance, avec un bibou, mais rien de tout cela m'attends. J'ai arrêté ma pillule en 2003, 2004 et 2005 seronts passés sans me donner ce cadeau… alors bien sûr ma raison me dit "c'est mieux, tes petits embryons ne se seraient pas accrochés, tu est complètement droguée pour la douleur… " mais mon coeur était déchiré. J'étais, en plus, hospitalisée à 60km de chez nous, sans famille sur place. Mon Loulou travaille et n'a pu venir dormir avec moi que 4 nuits… alors il y a bien le téléphone pour communiquer avec ma famille qui est à 800km de là… mais c'est long, j'ai mal, et rien de ce qui arrivait n'était prévu. Inversement, rien que ce qui devait se passer arrivait ! Dans la première semaine, j'ai pris 6kg. Je ne pouvait rien faire toute seule (me lever, me laver, manger) , mais l'équipe d'infirmières étaient adorables. J'était en chambre seule alors que je ne l'avais pas demandée et j'ai vraiment apprécié. Cela m'a permis de dormir dès qu'il n'y avait personne dans la chambre (les 1ers jours elles me surveillaient toutes les heures…). Je suis heureusement une grosse dormeuse (mes parents me surnommaient la marmotte tellement rien ne peut me réveiller ! ). Il y a seulement quand je dormais que je n'avais pas mal. La peau de mon ventre était tellement tendue que j'avais l'impression qu'elle allait se déchirer au moindre mouvement (c'est d'ailleurs toujours un peu douloureux ! ). Je n'avait de répis qu'allongée sur le côté droit (de l'autre je ne pouvait pas à cause de la perf) avec un oreillé pour caler mon énorme ventre. Résultat : j'avait mal à la fesse à force d'être dessus, ainsi qu'à l'épaule et à l'oreille. Je ne parle pas de mes reins… quand le mal de ventre a céssé (lundi) je demandait des calmants pour mon dos !!! Mais vu que le transfert était annulé, j'avait droit à des calmants plus fort… ouf ! La première semaine, à chaque fois qu'ils m'ont forcé à me lever j'ai fait un malaise. J'ai réussi à me lever dimanche : là j'ai découvert dans le miroir mon énorme ventre : 6 mois de grossesse facile !

Voilà mon histoire. MAIS JE LE SAIS CA, il n'empèche que J'AI MAL BORDEL DE PUTAI* DE MERD* tellement je suis déçue d'encore passer un jour de l'an "vide". Etre là, souffrir, et tout ça pour rien (non pas pour rien : tu as 7 magnifiques petits embryons congélés, je me les imagine… (j'espère qu'il leur ont bien mis leurs petites mouffles, écharpes et bonnets que ma belle mère que j'aime fort meurt d'envie de leur tricoter depuis si longtemps) c'était dur. Cela m'a fait pleurer, mon zhom si désemparé devant ma douleur, se sentant responsable de tout ce qui m'arrivait, n'arrivait pas à me consoler et me donnait même un chagrin supplémentaire tellement je l'aime et que je ne veut pas qu'il se sente responsable… c'est pas juste : les couples "normaux" ont la joie de faire leur bébé sous la couette et en plus c'est que du plaisir.Il avait les yeux qui brillaient, il était ma seule joie dans ces moments difficiles, je l'ai senti, alors qu'il avait sa tête contre ma main qu'il serrait fort, avoir un sanglot qu'il n'a pas su retenir… MON AMOUR JE T'AIME PLUS QUE TOUT AU MONDE…
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


39733
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Long parcours mais fin heureuse <3 - infertilite - les clubs

image

Wow ! Super ça ! Tu es chanceuse, j'ai hate de pouvoir compter mon histoire merveilleuse moi aussi ! Nous, nous avons été 1an en essaie. Ensuite, clinique de fertilité. Nous avons passé tous les t'est et ce qui en resortait c'est que les zozo de...Lire la suite

Iacette debut 2013 par ici !! on veut une pluie de +++ <3

image

Bonjour à toutes, Je trouve votre forum très sympathique. C'est poisonauchocolat qui m'a conseillé d'y venir. Voici mon parcours : j'ai stoppé la pilule le 02/03/11 et j'étais suivie quasi tous les mois par mon ancien gyné qui m'a diagnostiqué...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages