Histoire vécue Grossesse - Bébé > Désir d'enfant - Infertilité > Infertilité      (956 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'infertilité n'est plus fatalité

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 940 lectures | ratingStar_51212_1ratingStar_51212_2ratingStar_51212_3ratingStar_51212_4

Aujourd'hui, l'infertilité n'est plus une fatalité. L'assistance médicale à la procréation permet à de nombreux couples d'accéder à une maternité tant désirée. Toutefois, les conséquences psychologiques d'une telle nouvelle sont souvent sous-estimées, mieux vaut être accompagné.

                 Selon une enquête de la Sofres réalisée en 2000, l'assistance médicale à la procréation arrive en tête des grandes évolutions sociales. C'est incontestable, l'assistance médicale à la procréation (AMP) représente une des plus grandes révolutions jamais accomplies dans le traitement de l'infertilité. Toutefois si les traitements ont progressé à un rythme stupéfiant, l'infertilité constitue l'une des crises les plus profondes du couple, qui nécessite parfois un soutien psychologique.

La prise de conscience.

?http://images.doctissimo.fr/photo/hd/3965320396/private-category/infertilite-face-430061741e.jpg?La plupart des couples qui rencontrent difficultés pour avoir des enfants sont tout d'abord stupéfaits. En effet, beaucoup croient que la grossesse arrive naturellement une fois la contraception interrompue. Quand ce n'est pas le cas, il faut alors remettre en question certains éléments : la vie de famille, le sens de la vie, du mariage…

Les conséquences psychologiques de la découverte de l'infertilité sont souvent sous estimées. "Quand mettre au monde un enfant devient une obsession, quand la blessure narcissique s'allie à un sentiment de culpabilité et d'impuissance, on se sent différent des autres, exclu" affirme Marie Haddou. Pour témoin, Brigitte, 32 ans, avoue que "lorsqu'une de ces amies est enceinte, elle déprime et trouve ça profondément injuste". Le fait de savoir qu'une fonction naturelle chez d'autres, se révèle complexe pour soi provoque de toute évidence un choc. Quelle que soit le diagnostique médical, infertilité de l'homme ou de la femme, il est préférable de consulter à deux. Un avis que partage le Dr Anne de Kervasdoué, dans son livre Question de femmes (Ed. Odile Jacob) : "C'est ensemble que vous devez aller voir le médecin, la première fois. En sachant que les explorations et les traitements seront parfois partagés".

Les examens médicaux.

Aujourd'hui, les améliorations concernant l'Assistance Médicale à la Procréation ont permis d'augmenter la diversité et la disponibilité des interventions destinées à assister les couples en vue d'une grossesse. Grâce à une batterie de divers examens qui vont apporter des informations à votre médecin, celui-ci pourra identifier le problème et proposer une orientation thérapeutique. Cependant, inutile de se voiler la face, ces examens sont souvent fatigants et toujours très stressants, ils peuvent même devenir rapidement envahissants. Toutefois, malgré son caractère intrusif, cette phase est néanmoins primordiale. Cette étape peut s'accompagner de culpabilité, de rancune, de honte… C'est tout à fait légitime. Vous pouvez aussi essayer de voir le côté positif : qui dit identification, dit traitement adéquat. Que ce soit grâce à l'insémination artificielle avec sperme du conjoint (IAC) , la fécondation in Vitro (FIV) , ou l'injection intracytoplasmique de spermatozoïde (ICSI) , la perspective de véritables solutions est souvent rassurante. La décision de l'orientation, sera alors prise entre vous, votre partenaire, et votre médecin.

Pour 10% des couples, en revanche, aucune cause ne peut être mise en avant. C'est souvent une source supplémentaire de stress. A ce moment-là n'hésitez pas à consulter. "Devant une infertilité inexpliquée, il est recommandé de faire un retour sur soi" propose Anne de Kervasdoué. Au besoin avec l'aide d'une autre personne. De manière tout à fait inconsciente, il arrive parfois – mais c'est très rare- que certaines femmes soient partagées entre un désir avoué d'enfant, et un certain refus de la grossesse. Pas de panique, il est alors conseillé d'arrêter par intervalles de 3 à 6 mois, les examens et les traitements. Il arrive, bien plus souvent qu'on ne pense, qu'à ce moment-là certaines tombent enceintes.

Accompagner le traitement.

Les traitements de l'infertilité recommandés, sont évidemment porteurs de beaucoup d'espoir. Toutefois, sans faire preuve de défaitisme, mais plutôt d'un certain réalisme, ils peuvent comporter aussi nombre d'échec, qui sont sans aucun doute très déstabilisants pour le couple. "Il faut être solide pour supporter les échecs répétés, pour recommencer cinq ou six fois le même parcours" prévient Marie Haddou. Les témoignages concordent : soit l'épreuve soude un couple, soit elle le désagrège. La prise en charge médicale peut s'éterniser, bilans, tests, re-tests, vérifications… La vie est alors rythmée par l'attente des résultats. Et toutes ces épreuves peuvent mettre à mal le couple. A l'hôpital Paule de Viguier (Toulouse) qui comprend un centre d'assistance médicale à la procréation, on recommande vivement de consulter les psychologues de service qui peuvent vous aider à mieux vivre votre traitement. "Nous avons fait six séances d'insémination artificielle" rapporte Kenza, 37 ans, nous avons plaisanté ensemble sur les séances de masturbation au laboratoire, nous avons pleuré ensemble chaque fois que ça n'a pas marché. A la sixième, la bonne, on a bu du champagne". Soyez à l'écoute de l'autre, soyez patient, et essayez lire et de vous documenter. Se maintenir informer permet aussi de dépasser les périodes de doute ou de découragement. Et n'oubliez pas que vous trouverez toujours du soutien sur notre forum.

Catherine Maillard.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


51212
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Long parcours mais fin heureuse <3 - infertilite - les clubs

image

Wow ! Super ça ! Tu es chanceuse, j'ai hate de pouvoir compter mon histoire merveilleuse moi aussi ! Nous, nous avons été 1an en essaie. Ensuite, clinique de fertilité. Nous avons passé tous les t'est et ce qui en resortait c'est que les zozo de...Lire la suite

Iacette debut 2013 par ici !! on veut une pluie de +++ <3

image

Bonjour à toutes, Je trouve votre forum très sympathique. C'est poisonauchocolat qui m'a conseillé d'y venir. Voici mon parcours : j'ai stoppé la pilule le 02/03/11 et j'étais suivie quasi tous les mois par mon ancien gyné qui m'a diagnostiqué...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages