Histoire vécue Grossesse - Bébé > Désir d'enfant - Infertilité > Infertilité      (956 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon infertilité me déprime

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 750 lectures | ratingStar_57706_1ratingStar_57706_2ratingStar_57706_3ratingStar_57706_4

Bonsoir à tous.

Voilà, je frequente plutot le forum infertilité, mais j'y vais quasiment plus. Meme si mon soucis pour avoir bebes est sérieux et douloureux, je me vois très deprimée et je fais une pause des traitements de reproduction, pour me reprendre en main avant tout.

J'ai un grand malaise de la vie, surtout de mon passsé - qui a ete tres tres dur, à present je me sens tellement malheureuse, très fragile et finalement je prevois rien de bon pour mon futur.

J'arrive pas à surmonter la maladie de ma mere (cancer) depuis mes 6 ans vivant chaque jour horrifiée par sa mort, je l'ai perdue à 15 ans. Bizarrement dès le jour ou elle est décédée j'ai presque l'impression de ne pas avoir souffert et j'ai pensé que quoi qu'il puisse m'ariver par la suite j'aurais la force de supporter. Je me sentais preparée à affronter quoi qui se passerai. Comme si sa mort m'avait libérée de souffrances. 2 ans après, ma soeur ainée rentre à l'hopital psychiatrique ou elle reste pendant 1 an. Bizarrement aussi, ma sécurite est tombée toute par terre et sa maladie - squizophrenie profonde, m'a rendue si faible. J'ai eu tellement peur et dedouleur en assistant à sa degradation ! Et pensais qu'elle allait mourrir. Comme on etait en france amenées par mes tantes suite à la mort de ma mere, il n'y avait personne pour s'occuper d'elle et donc elle rentre chez nous aupres de mon pere. Je suis restee en france et ça se passait assez mal entre ma soeur et mon pere. Elle faisait des fugues, tombait malade partout, hospitalisations… enfin la misère totale. Mon pere etait très present mais tres violent. La vie, avec lui, depuis toujours etait un enfer. J'etais sa victime preferee et j'en passe les details. Je peux dire que je luis en voulais beaucoup. Surtout depuis la mort de notre mere. J'etais hyper revoltée, mais essayais que ça se passe le mieux possible. Sauf qu'il cherchait desesperement les moyens de nous agresser.

Quand je suis rentree dans notre pays, j'ai trouvé mon mari qui etait d'accord pour les soutenir aussi bien moralement que financièrement.

Ça se passait un peu mieux entre nous car il adorait mon mari.  

2 ans apres notre approche envers mon pere, ma soeur reccuperait assez bien. Mais voilà qu'un cancer etait diagnostiqué à mon pere. Et là, la terre entière m'est tombée dessus. J'ai découvert un amour intense, obcessif envers lui. J'ai fait une depression, je souffrais chaque instant, hyper inquiète de ce qui pouvait lui arriver. J'ai dû resoudre le probleme de ma soeur pour ne plus qu'elle vive en permanence avec mon pere qui etait malade. J'ai reussi, mon Dieu merci !!  

2 ans après nouveau cancer au poumon, nouvelle depression pour moi. Nouvelle operation, bien reussie et recupérée. Qu'est ce qu'il etait fort ! Je cherchais ces qualités pour oublier ses gros defauts, son caractere désiquilibré… toutes, mais toutes mes matinées je les passais avec mon père. Il continuait à boire dès qu'il se reveillait jusqu'au soir. Lui n'a jamais arrete de me maltraiter moralement et m'insultant même parfois, et j'ignorais, mais mon interieur souffrait car je voyais que mon pere allait mourrir sans me demander pardon, sans jamais m'aimer et me reconnaitre comme quelque de bien et qui l'aidait en plus. Il exigeait enormement de moi ce à quoi j'ai toujours correspondu.

Jusqu'ici j'avais plutot tendance à m'isoler, mes habitudes etaient saines, je menais un quotidien equilibré.

 

Il y a 3 ans on apprend qu'il avait un nouveau cancer. Cette fois 100% mortel avec en moyenne 6 mois de vie.  

 

C'est là que je me suis perdue. C'est là que j'ai compris qu'en 6 mois j'allais pas reussir à avoir de lui ce que j'esperais depuis toujours - affection, reconnaissance. J'ai compris aussi que j'allais me retrouver seule et sans possibilités de recuperer les malaises et les misères du passe de notre famille.

 

Mon fonctionnement ne s'est plus retablit.

J'ai presque arrete de travailler, j'ai commence a beaucoup sortir la nuit, à trop boire. À part ça je m'occupais de mon père.

6 mois apres il allait tres mal. Je comprennais que sa mort etait proche. J'ai fait une depression tres phobique et mon equilibre etait nul. J'ai dû faire un traitement par AD, qui m'a beaucoup aide.

Mon père est mort il y a maintenant 2 ans.  

Il s'est passé plein de choses juste après - séparation de mon mari. Affaire passagere avec quelque d'autre et enceinte. J'ai fait une IVG et reconciliée avec mon mari. 2 mois apres j'acceptais de faire des traitements pma pour construire ma famille avec mon mari. Les problemes viennent de lui. J'ai fait une fiv et enceinte dès le 1er coup, mais grossesse sans evolution. Reseparation avec mon mari et (re) reconciliation quelque mois apres. Mauvaises habitdes quand j'etais pas en traitements, trop de fêtes, trop arrosées. Dificultes serieuses pour travailler. J'ai encore fait 3 autres traitements qui n'ont pas marché. Le dernier, en juillet s'est mal passé, je l'ai trop mal vecu et quand j'ai eu le negatif "j'ai prit des vacances" pour boire et sortir la nuit. Je ne me sents bien qu'en ce contexte. Hors la realité. Mais quand je me reveille le matin je me sents la fille la plus miserable sur la terre.

Le fait qu'on arrive pas à avoir des enfants, les maladies et pertes de mes parents, la peur de perdre les gens que j'ai encore (cousins) , la peur qu'on m'accepte pas… etc etc  

 

Je vais tres mal. Hier j'ai dû aller aux urgences car je pensais meme me suicider plutot que ne plus voir mon pere et lui dire que je l'aime malgre tout. J'ai laisse tomber ma vie, j'ai cessé de luter.

 

Je prennais des AD et ai commence une psychanalyse depuis 4 semaines et ça m'a rien fait. J'ai d'autres medicaments depuis hier, mais je me sents mieux et j'aimerais m'en sortir seule. Sans medicaments. Peut-être le fait d'avoir touché le fond me fait reconter et je ressents le courage, par moi-même de me reconstruire, enterrer ce passe et les deuils.

 

J'ai ete longue. Pardonnez-moi, mais est-ce que vous avez des conseils pour moi ? Pensez-vous que je me trompe en pensant que j'y arriverai seule (que cette force, aujourd'hui n'est que passagère ? ) ou si j'arrete les AD les mauvaisse pensées et la tristesse reviendront ?

Que pensez-vous de la psychanalyse ?

 

J'espere avoir ete claire et merci pour votre mot.

Bisous.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


57706
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Long parcours mais fin heureuse <3 - infertilite - les clubs

image

Wow ! Super ça ! Tu es chanceuse, j'ai hate de pouvoir compter mon histoire merveilleuse moi aussi ! Nous, nous avons été 1an en essaie. Ensuite, clinique de fertilité. Nous avons passé tous les t'est et ce qui en resortait c'est que les zozo de...Lire la suite

Iacette debut 2013 par ici !! on veut une pluie de +++ <3

image

Bonjour à toutes, Je trouve votre forum très sympathique. C'est poisonauchocolat qui m'a conseillé d'y venir. Voici mon parcours : j'ai stoppé la pilule le 02/03/11 et j'étais suivie quasi tous les mois par mon ancien gyné qui m'a diagnostiqué...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages