Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Amniocentèse      (1460 témoignages)

Préc.

Suiv.

C'est risqué pour le foetus et pour la mère

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 692 lectures | ratingStar_220580_1ratingStar_220580_2ratingStar_220580_3ratingStar_220580_4

Voici notre histoire douloureuse : fin 2008, ma femme a subi une amniocentèse au CH de Valence (Drôme), suite à un test des marqueurs sériques la classant dans une zone à risque. 12h après cette amniocentèse (douloureuse, avec 2 piqures et peu de liquide collecté au final), elle a développé un choc septique. Cette infection très violente a failli lui être fatale, elle est vraiment passé très près de la mort, nous avons eu très peur pour elle. Elle est resté en tout une semaine en réanimation, et une autre semaine en convalescence, avec un lourd traitement aux conséquences pénibles (gonflement, eau dans les poumons ...etc...). Heureusement, elle s'en est physiquement sorti. Vous devinez sans doute que ça n'a pas été le cas pour notre foetus, un petit gars prénommé Tom, qui n'a pas résisté à une fièvre de 40°C et à une chute de tension si forte. En plus d'être malade, ma femme a donc dû accoucher de notre foetus mort, et moi assister à tout cela. Croyez-moi, c'est une expérience de côtoyer la mort si brutalement alors qu'on est dans un élan de vie lors d'une grossesse.

 

Choc rude quand on vous présente ce petit bout qui n'avait rien demandé, d'autant que plus tard, les résultats de la fameuse amniocentèse tomberont, et il n'y avait rien, notre foetus était sain. L'origine de cette infection ? Les médecins nous ont dit que ce serait une adhérence intestinale entre la paroi abdominale et l'utérus, et donc l'aiguille aurait traversé l'intestin et entrainé des bactéries de l'intestin (Echericha Coli notamment) dans le sac amniotique ou dans le système circulatoire de ma femme, d'où la contamination rapide. Bien culpabilisant pour ma femme en tout cas (c'est la faute de son corps en gros dit la médecine), mais pas pour le médecin qui a fait l'amnio et qui est passé à autre chose, lui. Quelqu'un avait déjà entendu parler de ce risque d'infections graves ? Moi pas, il parait que c'est rare, mais ça arrive, la preuve. Et non seulement notre foetus a rejoint la longue liste des foetus sains sacrifiés pour suspision de trisomie (1 foetus sain mort pour 1 foetus malade détecté par l'analyse du cariotype, 700 foetus sains par an en France), mais en plus ma femme, mère de deux petites filles, a failli mourir !

 

Nous nous souviendrons longtemps de ce Noel 2008 ... Lourd travail de deuil par la suite, on a décidé d'organiser notre mariage pour repartir, et pour célébrer la jolie petite famille que nous formons déjà avec nos deux filles de 4 et 2 ans. Mais, nous souhaitions toujours un 3e enfant, et une nouvelle grossesse a débuté le 01/08/2009, à notre plus grande joie. Or, lors de l'écho du premier trimestre à 12 SA, il y a 2 semaines, notre gynéco a mesuré une clarté nucale "anormale" de 4,5 mm. Ça a été très dur, car nous voilà replacés dans la situation de l'année dernière, avec cette fois-ci un indice encore plus fort qu'il y a quelque chose qui cloche peut-être dans le corps de ce foetus. Notre gynéco nous a envoyé à Lyon, à l'hopital Femme Mère Enfant, pour faire de nouvelles mesures dans un service dédié au Dépistage Prénatal. Le médecin a alors mesuré à nouveau la CN, et à 13SA elle était de 3,2mm. Moins importante donc, mais toujours dans la zone à risque nous a-t'il dit. Il nous a donc préconisé de faire immédiatement une choriocentèse pour analyse du cariotype. Suite à l'épreuve subi en 2008, nous ne voulons plus faire prendre de risques à ma femme, surtout qu'en début de grossesse, les intestins sont encore plus susceptibles d'être perforés vu que l'utérus est petit.

 

Alors, je me dis que nous pourrions attendre le dernier trimestre, pour faire une amnio tardive. Mais ma femme ne souhaite même pas en entendre parler, car elle a vraiment peur pour sa vie, et je la comprends. Et il a le risque de déclencher un accouchement prématuré d'un enfant peut-être malade en plus. donc pour résumer : 1) je ne veux faire prendre aucun risque pour la vie de ma femme 2) et nous ne voulons pas sacrifier un foetus sain, déjà que nous peinons à nous reconstruire suite à la perte de notre petit de l'an passé qui n'était pas malade 3) et nous ne voulons pas mettre au monde un enfant atteint d'une anomalie chromosomique ou d'une grave maladie ou malformation, à la fois pour lui, pour nos filles et pour nous. Or pour satisfaire ces 3 volontés, je ne vois pas de solution sans sacrifier quelque chose. Et à une époque où les essais sur le diagnostic prénatal non invasif sont si avancés, j'enrage que la médecine et les pouvoirs publics ne puissent pas proposer autre chose à ma femme qu'une chorio ou qu'une amnio. Il y a des recherches en France (Dr Paterlini Brechot et Dr Yves Ville), en GB, aux USA, mais rien n'est validé par les pouvoirs publics.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


220580
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Tritest a 1/180 a 36 ans - amniocentese

image

Alors moi je vais te faire part de mon expérience déjà pour les papp tu est nickel faut pas être En dessous de 0,40. Pour ma première tout nickel et papp à 0,69 ce qui est juste parfait. Pour ma seconde qui va arriver en juin 2014. Cn à 3,35...Lire la suite

Tri test mauvais, direction l'amnio,

image

L'amniocentèse permet d'établir le caryotype de bébé. On est donc au courant de la moindre anomalie chromosomique. La prise de sang permet d'identifier par marqueurs sériques les 3 trisomies les plus courantes. A savoir qu'une anomalie...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages