Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Attendre bébé      (29588 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment accepter cette grossesse imprévue ?

Témoignage d'internaute trouvé sur france5 - 29/06/11 | Mis en ligne le 26/03/12
Mail  
| 193 lectures | ratingStar_232698_1ratingStar_232698_2ratingStar_232698_3ratingStar_232698_4
Un message ? Un gros coup de ras le bol ? Une bouteille à la mer ? Un énorme besoin de vider mon sac ? Je ne sais pas ce que je viens poster ici, juste que j'ai besoin que ça sorte… J'ai 38 ans, je suis maman d'une famille recompo : 3 enfants, 2 ados à moi, d'un précédent mariage, un petit gnominou de 19 mois que nous avons eu ensemble mon compagnon et moi, lui, n'a pas d'enfant de son coté. Tout se passe bien, malgré les quelques frictions dues aux crises d'adolescence de mes deux grands. Nous avions même envisagé la possibilité d'un autre enfant ensemble dans quelques temps. A la suite d'une longue période de chômage, j'ai entamé une reconversion professionnelle, j'ai passé des concours et je devais rentrer à l'école en septembre… je devais car il y a quelques jours, j'ai appris que j'étais enceinte. Un bébé pas prévu du tout. Après renseignement, je sais que j'ai la possibilité de demander un an de report pour mon entrée en formation. Pas de souci de ce coté là. Et après avoir longuement discuté mon compagnon et moi, nous avons décidé de garder ce bébé. Vous me direz : tout va bien alors ! Mais non… non tout ne va pas bien. Je vis très très mal psychologiquement ce début de grossesse. J'ai tant travaillé, tant lutter pour pouvoir mettre en place mon projet professionnel. J'ai sacrifié beaucoup de temps, d'énergie. Et devoir attendre encore un an, alors que j'étais si proche… je n'arrive pas à l'accepter. Je pleure beaucoup et je prends cela comme un échec. Un échec cuisant et personnel… De plus, même si nous avions parlé de l'éventualité de faire un autre enfant ensemble, je n'avais pas, moi, de réel désir de maternité ou de grossesse. J'ai déjà vécu cela 3 fois, ce désir, je l'avais assouvi. Et à vrai dire j'ai accepté cette éventualité surtout pour mon compagnon qui lui désirait très fort un second enfant à lui. J'ai toujours été honnête sur ce point avec lui. Nous en avions parlé, rien n'était vraiment posé. Mais là, il a fallu les poser en urgences ces choses. Il est fou de joie, je fuis tout ce qui touche à la grossesse et à la maternité. Il le sent mais même si nous en parlons, il a du mal à comprendre ma réaction. Et quant à l'annoncer à la famille, je ne suis pas prête. Déjà parce que je connais la sienne (surtout sa mère) et que même si je m'entends très bien avec eux, je sais qu'ils ne me parleront que de ça, que je vais devenir un ventre ambulant comme pour la grossesse de mon gnominou et que je risque de devenir méchante et fort désagréable avec eux. Je n'assume pas du tout cette grossesse pour l'instant. Même si je sais que je l'aime déjà ce petit bouchon, je n'ai pas encore fait le "lien" avec lui ou elle, il me faut du temps. Alors supporter le grand maternage excessifs de ses parents, et la belle mère qui joue à la psy avec moi… c'est au dessus de mes forces pour l'instant. Et lui a du mal à comprendre cela aussi. En plus, je suis loin de ma famille (700 km) , ils me manquent, je ne peux même pas me réfugier chez mes parents pour fuir tout ça, un peu… eux sont très à l'écoute et même s'ils adorent leurs petits enfants, ils restent à leur place et me connaissant, ils évitent les sujets qui pourraient être douloureux pour moi. Mais comme on ne l'a pas dit à sa famille, il ne veut pas qu'on le dise à la mienne non plus (ce que je peux comprendre, ça ne serait pas juste). Je n'ai personne avec qui parler de ce mal être… la seule "amie" à qui j'ai essayé de m'en ouvrir, m'a fait une leçon de morale, car, selon elle, je devrai avoir honte de ne pas être heureuse en sachant tous les couples qui sont obligées de passer par la PMA et autres FIV Alors, ayant été confrontée dans mon entourage à ces difficultés, je suis tout à fait compatissante envers eux, j'ai une petite idée de leurs souffrances et de leurs parcours difficile mais je suis désolée, je ne vois pas pourquoi au nom de cela, je devrai sauter obligatoirement de joie ou être honteuse de ressentir cette tristesse et ce désarroi ! A vrai dire ce genre de remarque nulle à souhait ne m'aide pas du tout. Cela renforce mon sentiment de solitude. Quant à aller voir un psy, vu les expériences désastreuses que j'ai eu dans ce domaine par le passé, je ne suis vraiment pas chaude, mais alors vraiment pas ! Je n'envisage pas l'avortement. Parce que nous avons pris la décision ensemble d'avoir ce bébé et que je ne reviendrai pas sur cette décision. Mais comment vivre mieux cette grossesse, à l'accepter et l'assumer ? Comment me sentir mieux ? Je suis complètement paumée… Je me dis que je ne dois pas être normale, que ça doit être ça… j'aimerai comprendre tout simplement… mais peut être qu'il n'y a rien à comprendre ?
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


232698
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon chien peut-il ressentir ma grossesse? - chiens

image

Je ne l'ai pas vécu personnellement mais : j'ai eu un chien il y a quelques années qui ne pouvait pas supporter la présence de la copine de mon frère. A un point que, quand elle venait, elle devait nous prévenir avant pour que nous ayons le...Lire la suite

Aspiration - fausse couche

image

Bonjour, J'aimerai partager mon histoire parce que j'ai besoin d'en parler et si il y a des femmes qui ont étaient dans le même cas que moi merci de m'apporter vos témoignages !! J'ai mis plus d'1 an et demi à tomber enceinte, j'ai consulter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages