Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Attendre bébé      (29588 témoignages)

Préc.

Suiv.

Dépression pendant la grossesse

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 164 lectures | ratingStar_262771_1ratingStar_262771_2ratingStar_262771_3ratingStar_262771_4
Bonjour à toutes, J'ai parcouru vos messages et même si mon histoire est un peu différente, je vous l'expose. Je vais essayer de résumer la situation. Je suis enceinte de presque 6 mois et en grosse période de doutes. Je suis suivie depuis plusieurs semaines par une psychologue de l ? Hôpital sur les conseils de la sage femme lors de la visite du 5eme mois. Je chemine lentement mais doute de ma capacité à analyser objectivement la situation et à en tirer les conclusions étant donné le grand chamboulement hormonal de la grossesse, l ? Hyper susceptibilité associé, mon terrain psychologique à la base pas très stable ? Le contexte : mariée au papa de ce petit depuis presque 2 ans, on se connait depuis un peu plus de 3 ans. Cela fait 1 an ½ qu'on essaye d'avoir un enfant. Fin 2007, on perd un embryon "fortuitement" , très tôt dans la grossesse (retard de règles de quelques jours) , pas vraiment conceptualisé, juste un croche pied de la vie. Pas reconnu par la médecine comme FC, pas pu être reconnu par nous comme enfant perdu réellement ? Et puis 6 mois d'essai ensuite, un autre accroche en juin 2008. Merveilleuse expérience à deux ! Et boum patatra début septembre à quelques jours de la 1ere échographie, mal au ventre, petites pertes très légères, consultation aux urgences ; diagnostic avec échographie = retard de croissance, pas d'activité cardiaque, etc. Embryon mort, grossesse arrêtée, aspiration quelques jours plus tard. Beaucoup de peine, mal partagée à deux, pudeur et choc. Mais la vie continue ? Fin octobre 2008 : une impression, un ressenti, un t'est bandelette et youpi ! Voilà qu'un petit habitant affirme son existence. Re-Bonheur !!! Oui mais Non ? Ma belle mère meurt subitement, un soir, comme ça, sans prévenir ? Le même soir ou ce petit annonçait sa venue. Mon mari très attaché à sa mère est sidéré par la douleur et la conséquence, non immédiate, est que ce bouleversement le plonge dans un état dépressif profond les mois suivants. La grossesse se déroule, nous déménageons pour une maison à la campagne, choisie ensemble, berceau d'un beau rêve et d'un nouveau départ. Et là, c'est l ? Horreur ? Logistique infernale entre boulot/TER et le quotidien au travers des animaux : les chevaux (on en a deux à la maison et leur rythme c'est pré le jour et box la nuit 7j/7) , le chien et ses multiples bêtises, les chats, la basse cour ? La maison et son confort très douteux, l'acclimatation à une nouvelle vie. Plus de temps pour nous, tension grandissante, vie robotisée pour assumer tout. Petit à petit, mari de moins en moins disponible à l'écoute et physiquement (réunions, train raté) etc. Et surtout de moins en moins tolérant, agressif même ? Jusqu'au jour où il a reconnu ne pas pouvoir attribuer à cet enfant une légitimité quelconque d'existence puisque directement associé au décès de sa mort. Coup de massue ? Et à partir de là, 2 mois d'enfer, maltraitance psychologique, plus de dialogue, que des prises de bec. Je me sentais reniée par mon homme, dénigrée dans mon statut de femme (tellement pleine d'imperfections reprochées sur les 3 dernières années et loin de la bimbo type bien provocante, lot quotidien de son travail) donc libido zéro, perdant toute identité dans mon rôle de mère, abasourdie par les méchancetés que je pouvais entendre de sa bouche. Je savais que l ? Homme que j'avais en face de moi était un malade, en souffrance psychologique mais le quotidien était devenu impossible. Et je me suis enfermée dans un isolement là bas, par pudeur, car je ne voulais pas impliquer les amis, la famille et étaler tout ce mal être. J'ai voulu partir, plusieurs fois, mais suis restée pour mes animaux, pas pour lui. Au milieu de tout ça, souci avec le f ? Tus : inquiétudes quand je ne le sentais plus bouger, triple t'est très mauvais, amniocentèse, attente ? Puis résultats : tout va bien. Et depuis, ce petit est enfin reconnu par son père. Mon ventre s'arrondit, il bouge beaucoup. Il vit quoi ! Son père est plein de projet pour lui (on lui achète des vêtements, des équipements, on prépare une jolie chambre pour lui, on lui a trouvé une nourrice, etc.). J'essaye d'avoir l'air motivée par les travaux pour plus de confort dans la maison mais je sais que je ne donne pas le change. Le dialogue se réinstaure entre nous, on reparle souvent de cette sale période qu'on a traversée. Je lui fais part de mes angoisses, de mes doutes sur nous et notre avenir. Il est gentil, prévenant, tendre, tout ce dont j'aurai eu besoin avant. A côté de ça, je continue à porter tout, il reste rêveur, léger, immature, minimisant tout à mon sens ? Aujourd ? Hui, le travail avec la psychologue me fait prendre conscience que je passe mon temps à le jeter, à le provoquer. Je vois bien les côtés positifs de mon homme, son très bon fond mais la vie n'est qu'angoisses et incertitudes, j'en finis par détester les repères que j'avais avant (mes chats, mes chevaux) , souhaitant qu'ils disparaissent, je hais cette maison qu'on habite tellement elle est remplie de mauvais souvenirs ? Je n'en peux ou n'en veux plus plus de cette vie. J'aurais envie d ? Hierner avec mon petit bonhomme et ressortir plus tard, à la belle saison, ma belle saison. Je ne sais pas si j'arriverai à re-positiver. Je doute d'être objective dans mon analyse. Je crains de prendre la mauvaise décision pour nous, pour le petit ? Merci de vos témoignages si vous avez vécu une situation similaire ou si celle-ci vous donne envie de réagir. Je voudrai faire ce qui est le mieux mais je me sens découragée, plus la force de lutter en ayant autant porté et autant resisté ? Merci.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


262771
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon chien peut-il ressentir ma grossesse? - chiens

image

Je ne l'ai pas vécu personnellement mais : j'ai eu un chien il y a quelques années qui ne pouvait pas supporter la présence de la copine de mon frère. A un point que, quand elle venait, elle devait nous prévenir avant pour que nous ayons le...Lire la suite

Aspiration - fausse couche

image

Bonjour, J'aimerai partager mon histoire parce que j'ai besoin d'en parler et si il y a des femmes qui ont étaient dans le même cas que moi merci de m'apporter vos témoignages !! J'ai mis plus d'1 an et demi à tomber enceinte, j'ai consulter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages