Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Attendre bébé      (29588 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai détesté être enceinte

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 424 lectures | ratingStar_53635_1ratingStar_53635_2ratingStar_53635_3ratingStar_53635_4

Bonjour, mes deux grossesses n'ont pas été des périodes épanouissantes ni physiquement ni moralement. Je me suis sentie bien seule et peu soutenue ; j'ai beaucoup ressenti que le suivi médical se concentrait quasiment uniquement sur le développement de l'enfant in utérus mais que la future maman n'était qu'un ventre. Je n'ai pas ressenti l'occasion pendant mes deux grossesses de parler du vécu émotionnel pendant cette période que j'ai trouvé très important voire omniprésent intérieurement en moi. Il y a en plus les problèmes liés à la prise de poids et au fait de devenir moins mobile et plus vulnérable et tous les tracas métaboliques qui sont importants mais pas plus que les états d'âmes je crois.

Je n'ai pas apprécié ces deux périodes de ma vie, je me suis beaucoup sentie inefficace voir inutile. Donner la vie est sûrement considéré comme une chose naturelle et banale ; il ne faudrait pas en faire toute une montagne et pourtant… j'ai ressenti que c'était bien plus important que cela, la femme enceinte n'a pas beaucoup de place dans la société, je me suis sentie à part pendant cette période et personnellement, je me sentais gênante, dévalorisée, oui, un gros ventre et rien de plus.

Les contacts avec les autres sont difficiles, voire inexistants,,,toujours les mêmes questions qui reviennent à nos oreilles c'est pour quand, est-ce une fille ou un garçon, où vas-tu accoucher, combien as-tu pris de poids, des questions secondaires en réalité… quand à la préparation à l'accouchement, apprentissage de la technique de respiration, qui est bien utile de pratiquer le jour j de la naissance puisqu'elle aide beaucoup mais là aussi, je n'ai pas ressenti de contact relationnel mais peut être que les choses ont évoluées aujourd'hui et que le ressenti de la future maman est plus pris en compte, je parle du ressenti psychologique ; je pense que la rencontre avec une psy. Pendant cette période ne serait pas superflue pour pouvoir exprimer les nombreux questionnement que l'on se pose sur le fait de devenir mère, les peurs, les doutes que bon nombre de futures mères doivent ressentir sans pouvoir les exprimer pendant neuf mois ; des réunions de groupes avec la présence des futurs pères seraient intéressantes à mettre en place.

Deux grossesses dont je ne garde pas un bon souvenir, deux périodes qui ne m'ont pas épanouies, j'avais vraiment hâte que cela finisse, j'aurais voulu déposer ce gros ventre hors de moi souvent, pour me sentir libérée.

J'ai beaucoup parlé au bébé pourtant, je me suis introvertie parce que je me sentais seule, seule au monde avec ce petit être en moi, le bébé lui même était mon confident car pas d'écoute extérieure, ce qui n'est pas une bonne chose ; je me sentait souvent exclue avec mon bébé, dans une espèce de bulle. Je me disais personne ne parle d'autre chose que de suivit médical, c'est que c'est moi qui ne suis pas normale, j'aurais voulu plus de dial.

Les deux accouchements ne me laisse pas de bons souvenirs non plus. Encore une fois, trop médicalisé, pas épanouissant sur le plan émotionnel, juste une parturiente, pas d'échange avec le personnel médical, là aussi, il faudrait la présence d'une psy. Pour pouvoir exprimer nos questions, nos peurs, échanger nos sentiments.

Je me suis fait une réflexion, lorsque l'on décide d'interrompre une grossesse, l'on a un contact avant une psy. Avant l'intervention et parfois après quand cela est mal vécu, ce qui est souvent le cas.

Mais pendant toute une grossesse menée à terme, pas le moindre échange, alors que l'enjeu est si important, devenir mère ça peut paraître naturel aux yeux de beaucoup de femmes, mais pas toutes. Il faut, je pense un cheminement intérieur qui n'est pas toujours aisé de faire seule. Une future maman soutenue psychologiquement se sentirait bien mieux accueillie en tant que maman qui devra par la suite faire face à beaucoup de responsabilités dans la société.

De même après la naissance du bébé, des groupes de paroles devraient être organisés, des réunions de parents en quelques sortes pour celles et ceux qui le souhaitent pour échanger des moments avec les autres tout au long de l'éducation des enfants. Tous les parents seraient mieux à même de faire face aux nombreuses difficultés qu'ils peuvent rencontrer et même si il n'y a pas de réponse unique pour l'éducation des enfants, il y a des marches à suivre qu'il serait bon de connaître, ça éviterait bien des questions sans réponses et des soucis inutiles. Il y a la littérature sur le sujet qui explose mais cela ne remplace pas l'échange humain à mon sens. Jusqu'à présent, face à l'éducation de mes enfants, je me suis toujours sentie seule. Même avec les milieux scolaires, il y a peu d'échanges et de relationnel. C'est triste. On doit élever nos enfants dans notre petit coin, faire au mieux mais pas d'appui réel de la société.

Et ça commence déjà au moment de la grossesse.

Il faut donner la parole aux futures mamans, les écouter et ne pas cesser de le faire par la suite, ça ne serait pas leur enlever leurs compétences mais les conforter dans celles-ci je pense. Les soutenir dans leur mission d'éducation et de moments de doutes sur les rapports mère enfants ou parents enfants ; car moments de doute il y a même si l'amour est présent. Les problèmes familiaux seraient moins graves si ils étaient perçus tôt ; ce serait un moyen de faire face aux situations avec beaucoup moins de stress pour tout le monde, parents et enfants aussi. Les parents devraient pouvoir trouver un contact pro et régulier tout le temps qu'ils le souhaitent, parler à coeur ouvert au sujet de leurs enfants pour avoir un soutien, un échange avec les autres. Bon courage à celles qui vivent mal leur grossesse, il y a les problèmes physiques liés à leur état mais aussi souvent des questions plus profondes à soulever qui pourraient les aider très efficacement si les sujets étaient abordés avec des personnes formées pour l'écoute et avec des échanges chaleureux en présence des futurs pères avant la naissance et après aussi.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


53635
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon chien peut-il ressentir ma grossesse? - chiens

image

Je ne l'ai pas vécu personnellement mais : j'ai eu un chien il y a quelques années qui ne pouvait pas supporter la présence de la copine de mon frère. A un point que, quand elle venait, elle devait nous prévenir avant pour que nous ayons le...Lire la suite

Aspiration - fausse couche

image

Bonjour, J'aimerai partager mon histoire parce que j'ai besoin d'en parler et si il y a des femmes qui ont étaient dans le même cas que moi merci de m'apporter vos témoignages !! J'ai mis plus d'1 an et demi à tomber enceinte, j'ai consulter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages