Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Attendre bébé      (29588 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je l'avais baptisé tom ou c'est venu plus tard je ne sais plus.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 29/10/10 | Mis en ligne le 25/07/12
Mail  
| 136 lectures | ratingStar_280698_1ratingStar_280698_2ratingStar_280698_3ratingStar_280698_4
Quand j'ai eu mon studio à moi, et que j'étais enceinte, je ne sais plus si c'était avant ou après avoir su que je l'étais, j'avais acheté une peluche, un petit ours polaire tout doux, avec le regard plein de malice. Je l'avais baptisé Tom ou c'est venu plus tard je ne sais plus. Je l'avais pris pour confident de ma détresse, il dormait avec moi et, enceinte, je le mettais quelquefois contre mon ventre et je me suis rapidement dit, quand je n'étais plus enceinte, que j'avais transféré mon enfant dans cet ours. Je l'avais même emmenée chez mon copain (le géniteur) et je dormais avec lui, avec lui et le copain. A un moment, je l'avais retrouvé à côté du canapé, il s'était amusé à le tripoter et l'avait fait tomber. Je l'avais aussitôt repris, rassis, comme tapoté, consolé. Finalement, il ne savait pas s'occuper de mon enfant. J'ai trimballé cet ours et son acolyte, une peluche dont je n'ai jamais su si c'était un ours brun ou une souris, durant des années, quand j'allais visiter ma mère. Ils étaient dans ma chambre, je les faisais parler, même à ma mère. Je les amenais regarder la télé pendant que nous dinions et ensuite je les tenais sur mes genoux ou alors ils n'étaient jamais loin et j'interdisais à mon frère cadet de s'amuser avec, du moins de les malmener. J'avais dit à ma mère -nous étions en voiture une fin d'après-midi- que je ne supportais pas l'idée d'un jour les laisser comme orphelins, qu'il me fallait leur trouver des gens bien, comme d'autres parents, ou alors quand j'aurais moi-même des enfants, ils pourraient s'en occuper. Je ne me souviens pas qu'elle ait dit quoi que ce soit, juste m'a fait comprendre qu'elle avait entendu. Comme elle a toujours fait. Ne rebondir sur rien. Sauf sur ce qui la ramène à elle. Comme moi je sais si bien faire. Cela me revient car ce Tom m'a poursuivie. Je l'ai toujours ici avec moi. J'y pense parce qu'il est dans un grand sac avec son acolyte, là où j'ai un duvet que je dois aller laver un de ces quatre à la laverie. Quand mon chat ne regarde pas, il m'arrive encore d'ouvrir le sac, de lui parler, de l'embrasser sur la bouche et je le fais me parler. Je trouve un truc quand je l'embrasse à nul autre pareil. J'ai repensé aussi à tout cela -et j'ai des photos d'eux, dont une ma mère avait prises, entre autres- parce que je pensais en regardant un chat de décoration qui me vient de ma grand-mère maternelle , que je ne mettais plus trop, comme je le faisais pendant des années, de jouets. Dans les vide-greniers, j'achetais beaucoup de miniatures, de poupées (pour ma fille, un jour) , et une fois j'avais trouvé dans la rue un énorme ours en peluche, j'avais recousu son petit bobo et le matin, chez ma mère puisque j'étais en séjour chez elle, je me posais sur une de ses pattes et me mettais entre ses bras. J'avais trente ans, plus même. Est-ce qu'il y a un âge pour se réfugier dans les bras d'un ours quand on ne sait pas quel chemin emprunter pour trouver ceux d'un humain ? Aujourd'hui, je dois être plus grande. J'ai des jouets que j'ai donnés au Secours populaire. J'ai toujours mon Tom et mon Jimmy à qui j'avais inventé une histoire. Ils travaillaient la nuit dans l'usine de Tom, un fabricant de miel. J'ai inventé une histoire à 28/30 ans comme une enfant qui n'a pas pu passer de l'autre côté et devenir mère. Ma mère m'avait demandé, quelques mois après, l'autorisation de donner cet ours aux enfants du Secours Populaire et j'avais dit oui mais ça m'avait un peu attristée et je m'étais dit que si j'étais mère, après tout, je pourrais en acheter un. Un bel ours. Les trucs de fléchettes, ça y est je vais pleurer, les trucs où mon père nous emmenait, à la Foire, au manège, je regarde toujours et ça me , je n'y emmènerai jamais personne. Je ne prendrai jamais mon enfant dans mes bras. Je ne dirai jamais je t'aime comme j'aurais aimé moi le dire à un enfant, à mon gosse dont j'aurais voulu qu'il le sache, lui. Les enfants sont pas fous, y a un collègue, père depuis deux ans ou environ, dont j'avais parlé, plus haut, qui m'a collé une fois, sa gamine dans les bras, elle ne voulait pas, elle a chialé. L'autre fois, elle n'a pas voulu venir vers moi et son regard dans le mien, c'était quelque chose pour moi. Comme si elle m'avait piégée dans ma vérité, la vérité que les adultes ne voient pas, qui me côtoient chaque jour. J'avais raconté sur le forum la fois où dans le bus, une maman était montée avec sa toute petite qui devait à peine savoir marcher. Le bus avait démarré, la mère était occupée à prendre un ticket. J'ai spontanément donné ma main à la petite, c'était si doux, si chaud, si petit et puis sa maman l'a reprise, m'a remerciée et a filé plus loin, avec sa fille quand moi je restais seule sans la mienne. Ça me fait du bien de pleurer et de dire tout ça. J'affiche au monde entier ma détresse, tout ce vide en moi, tout ce deuil à faire de tout ce que j'aurais souhaité du plus profond de mon coeur si j'avais pu le laisser être et s'exprimer.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


280698
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon chien peut-il ressentir ma grossesse? - chiens

image

Je ne l'ai pas vécu personnellement mais : j'ai eu un chien il y a quelques années qui ne pouvait pas supporter la présence de la copine de mon frère. A un point que, quand elle venait, elle devait nous prévenir avant pour que nous ayons le...Lire la suite

Aspiration - fausse couche

image

Bonjour, J'aimerai partager mon histoire parce que j'ai besoin d'en parler et si il y a des femmes qui ont étaient dans le même cas que moi merci de m'apporter vos témoignages !! J'ai mis plus d'1 an et demi à tomber enceinte, j'ai consulter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages