Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Attendre bébé      (29588 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je suis un homme et je suis fier d'avoir aidé ma femme pendant sa grossesse

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 275 lectures | ratingStar_29772_1ratingStar_29772_2ratingStar_29772_3ratingStar_29772_4

Nous n'avons pas tous la trouille de devenir père. Il est cependant vrai que cela effraie nombre d'hommes mais il ne faut pas généraliser. Certains rebutent à s'engager véritablement. Or, quel engagement est à ce point fort qu'il vous lie pour la vie entière ? C'est l'enfant. Un enfant change votre vie à jamais et vous obligera à ne plus penser qu'à vous. Il est là, prend sa place et enterre votre vie d'avant. Les restos, les cinés et les sorties vont en prendre un coup. C'est l'égoïsme qui parle et c'est un peu navrant, mais c'est ainsi. Un enfant vous lie également à sa mère bien plus surement qu'une alliance passée au doigt. Quelque soit le devenir du couple, l'enfant sera un trait d'union entre un homme et une femme. Et même pour les hommes qui se détachent de leurs enfants (il y en a) la Loi l'obligera à verser une pension alimentaire pour un paquet d'années. La peur de cet engagement, c'est le manque de maturité.

Pourtant, je connais des pères qui ont souhaité ardemment fonder une famille. Pour ma part, nous avons été confrontés à un problème d'infertilité et il nous a fallu attendre 2 ans et demi pour voir nos efforts couronnés de succès. Nous avons eu des jumeaux, garçon et fille. La grossesse gémellaire est une grossesse à risques, tant pour la mère que pour les bébés. Je me suis donné corps à âme pour que tout se passe bien. J'étais de toutes les visites à l'hôpital (il y en a beaucoup) , je aidé ma femme à se laver, s'habiller et j'en passe.

Une fois les jumeaux nés (heureusement en bonne santé) , nous nous sommes occupés d'eux, autant elle que moi, sans distinction. Je ne cherche pas à me mettre en valeur. Mais j'ai d'autres amis qui se sont impliqués dans la venue de leur bébé. C'est juste que quand tout va bien, les femmes ne viennent pas témoigner sur les forums. Pour tous ces pères, il faut leur rendre un peu justice. Nous ne sommes pas tous des trouillards immatures.

Maintenant, un autre aspect : celui du désir du deuxième ou du troisième bébé.

Je vais parler de mon cas et faire part de mon état d'esprit pour ne pas généraliser.

Les enfants avaient 4 ans et demi et nous formions une famille équilibrée. Deux filles, deux gars, une très bonne entente et tout filait pour le mieux. N'empêche que notre couple à été mis à rude épreuve mais je dirais que nous commencions à sortir la tête le l'eau. Ma femme à toujours manifesté le désir d'un troisième sans pour autant être véritablement insistante. Moi, non. J'avais deux enfants et m'impliquais énormément au quotidien. Il faut dire que je travaille à domicile et dès qu'il y a une petite maladie, c'est papa qui garde les enfants à la maison. (Là encore, j'ai des connaissances qui sont dans ce cas-là). J'avais de plus des envies d'écriture ce qui représentait beaucoup pour moi.

En juillet 2006, ma femme est tombée spontanément enceinte alors qu'elle n'ovulait pratiquement jamais (1 fois en 8 mois). Cette grossesse a été pour moi un véritable choc. Dans ma tête, j'étais passé à autre chose, à une autre tape de ma vie, et je ne me voyais pas replonger dans le quotidien qu'implique le bébé. Etais-je pour autant égoïste, irresponsable ? Non, vraiment pas. J'étais juste bien dans cet équilibre que nous avions construit. Je sais à quel point l'idée d'un avortement aurait profondément blessé ma femme et c'est pour cette raison que je ne lui ai pas demandé.

Mais toute la grossesse a été difficile à accepter et à vivre pour moi. Par résonnance, j'ai gâché aussi cette grossesse pour ma femme alors qu'elle s'en faisait une joie. Je ne l'ai plus du tout désiré sexuellement. J'ai beaucoup réfléchis à la question. C'est l'avantage d'être chez soi, on a du temps pour ressasser les problèmes.

Je me suis rendu compte que mon amour pour les enfants n'est pas extensible à l'infini. Je ne peux pas le multiplier éternellement. Quand nous avons su que nous attendions un garçon, j'ai eu le sentiment que j'allais "trahir" mon ainé.

Je crois que c'est un point essentiel chez les hommes. Certains, comme moi, ne peuvent multiplier leur amour. Ca ne veut pas dire qu'on aime pas, ou mal, c'est juste qu'il y a des limites et que la vie ne se résume pas à avoir des enfants. Cela expliquerait pourquoi beaucoup d'hommes s'impliquent intensément avec un premier bébé, puis de moins en moins au fur et à mesure que les autres arrivent.

Arthur est né en avril 2007, j'ai assisté à l'accouchement par césarienne et je me suis occupé de lui. J'étais content, mais cela n'avait rien de comparable avec la joie que j'avais eu à la naissance de nos jumeaux. Je m'occupais un peu de lui, mais bien moins que pour mes enfants précédents. Ce n'est qu'après plusieurs semaines que je lui ai donné le bain (mais je continuais à m'occuper des grands et même plus qu'avant puisque ma femme était moins disponible pour eux).

Au fur et à mesure des semaines, puis des mois, j'ai tissé une relation forte avec mon bébé. Pourtant, j'ai toujours un peu ce sentiment de trahison envers mon grand garçon. Je ne me l'explique pas vraiment. Je disais, j'ai un garçon, une fille et un bébé et non, j'ai deux garçons et une fille.

Aujourd'hui, Arthur a un an et demi et je l'aime autant que les deux autres. Je m'occupe beaucoup des trois et un équilibre se reforme. Il faut dire que les jumeaux sont extraordinaires avec leur petit frère et n'ont pas manifesté de jalousie. Ca aide franchement.

Même si tout va bien aujourd'hui, ce n'était pas gagné d'avance. C'est une blessure pour moi de ne pas avoir désiré cet enfant et je le regrette profondément.

Il va s'en dire que je n'aurai pas de quatrième. En cas de grossesse fortuite, j'exigerais l'avortement. C'est dur mais c'est ainsi.

Cyril.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


29772
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon chien peut-il ressentir ma grossesse? - chiens

image

Je ne l'ai pas vécu personnellement mais : j'ai eu un chien il y a quelques années qui ne pouvait pas supporter la présence de la copine de mon frère. A un point que, quand elle venait, elle devait nous prévenir avant pour que nous ayons le...Lire la suite

Aspiration - fausse couche

image

Bonjour, J'aimerai partager mon histoire parce que j'ai besoin d'en parler et si il y a des femmes qui ont étaient dans le même cas que moi merci de m'apporter vos témoignages !! J'ai mis plus d'1 an et demi à tomber enceinte, j'ai consulter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages