Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Attendre bébé      (29588 témoignages)

Préc.

Suiv.

La naissance de mon fils (triste)

Témoignage d'internaute trouvé sur sante-az.aufeminin - 07/10/11 | Mis en ligne le 12/04/12
Mail  
| 173 lectures | ratingStar_240401_1ratingStar_240401_2ratingStar_240401_3ratingStar_240401_4
Bonjour bouton de jonquille, Voila maintenant 2 mois que mon petit garcon s'est envolé, et seulement 1 semaine que j'arrive a en parler plus facilement ou du moins sans fondre en larmes. J'ai lu et relut votre histoire, tant je repensais à ce que nous avons vecus ces derniers mois. J'ai pleuré pour vous, pour moi et pour toutes ces femmes qui malheureusement ont vecues, vivent ou vivront ces moments difficiles. Voici notre histoire : Depuis 3 jrs, je ressentais une douleur au niveau du thorax, je ne savais ce que c'était mais je souffrais. J'avais l'impression qu'on m'ecrasait ma cage thoraxique. Ne tenant plus, dans la nuit du 3e jr, j'ai appelé un medecin de nuit. Apres 2 belles heures d'attente, il arrive enfin. Je lui explique ma douleur et il commence a m'examiner. Le voila qui me fait un electro cardiogramme, alors c'est mon coeur je demande ? Il me repond que l'electro est bon mais que par precaution il prefere que je me rende de suite aux urgences de l'hopital le plus proche de mon domicile. Je ne comprends rien car je souffre toujours autant, et j'ai vaguement l'impression que ce medecin ne sait tout simplement pas ce que j'ai !!!!!! Arrive l'ambulance et nous voila partit. Enceinte de 6 mois je me pose pleins de questions durant le trajet. Alors si c'est mon coeur quels st les risques pour l'accouchement ? Vais je tenir le coup ? Allons nous tous les 2 y rester ou nous sauverons t'ils ? C'est le fouilli la haut. C'est ma premiere grossesse evolutive, je ne sais pas ce qui va se passer. Je prefere ne pas y penser ! A mon arrivé, suite au courrier du medecin de nuit, on me refait un ecg et la encore on me dit que mon ecg est tout a fait normal. Ok pas de probleme, c'est pas mon coeur mais pourquoi cette douleur ? Personne ne sait ; j'ai beau signalé que je suis enceinte de 6 mois, que je souffre, mais personne ne bouge, l'interne de service me demande de patienter ; j'ai tellement patientée que j'ai attendu 4H !!!!!! 4h pour que ce même interne que j'ai intercepté alors qu'il allait boire un café avec sa collegue, realise que j'etais tj la attendre. Il me dit qu'il va voir ce qu'il peut faire. Il revient avec 2 comprimés et me dit de les prendre, je lui demande s'il n'y a aucune contre indication au fait que je sois enceinte de 6 mois et la ce cet imbecile, excusez mon expression me dit : ah bon vous etes enceinte ? Alors attendez, je vais me renseigner !! Non mais c'est un comble ! Il m'a fait galéré 4h, depuis mon arrivée je repete que je souffre et que je suis enceinte et seulement maintenant cet incompetent va se renseigner ! Et il revient me disant de n'en prendre qu'un mais que normalement pas de probleme. J'avais tellement mal et j'etais tellement enervée que j'ai pris ce comprimé et ce fut la debut du cauchemar !!! 1h apres avoir pris ce comprimé, je suis toujours ds l'attente de cet interne qui j'espere va revenir me dire ce qui se passe car je ne sais toujours rien. J'intercepte chaque blouse que je vois, je ne differencie pas les medecins, des infirmieres, aux internes, je demande a tous de faire quelquechose. J'ai même demandé a signé une decharge pour qu'il me laisse rentre chez moi car cela faisait 5h que j'attendais toujours pour rien. 30m apres, j'ai cru que ma sauveuse était arrivée. Elle me prit en charge, me mit sur un lit (ben oui quand même apres 5h assise sur leur si confortable chaise) ,me mit sous perfusion et apres instruction de l'interne (qui m'avait donné le comprimé) qui avant de partir a jugé utile de noté qu'il fallait me mettre sous inipompe en perfusion, j'ai donc été mise sous inipompe et même pas 5 minute apres, j'ai senti ma langue gonflé, me picoté, tout mon corps me grattait et j'ettouffais !! J'ai arraché la perf' car je me sentais partir, je me suis vidée. J'ai fait une allergie a ce medicament qui a failli me tuer, bref apres cela, j'ai eu droit a une batterie d'examens et ils n'onr rien decelé ! J'ai passé ma journée la bas et pourtant ils m'ont dit que je n'avais rien. Peut être une crise d'angoisse ! Sans blague ! Ils n'ont pas eu l'idée de me prendre ma tension, peut être ainsi ils auraient vu que j'etais deja a 15 de tension et en pleine crise de préeclampsie ! Mais cela je ne l'ai su que plus tard. Ceci s'est passé le 13 janvier 2009. Le 15 janvier je me rends a l'hopital ou je suis suivie pour une echo de controle (la precedente montrait qu'Alan ne grossisssait pas beaucoup). A la fin de l'echo le silence du medecin nous a alerté. Je lui ai dc demandé si Alan avait grossit mais je connaissais la reponse, pas assez. Verdict, hospitalisation d'urgence. La bas, prise de sang, le petit pipi habituel et la prise de tension. Et la, boom,15.9!Non, je ne fais pas de tension, c'est la nouvelle.30m apres et au calme du moins j'essaie, nouvelle tension,16, puis 17 et hop ça redescend. Ma tension jouait au yoyo. Je suis restée aux urgences 2 jrs, puis 1 jr en grossesse a risque puis de nouveau aux urgences. Mes plaquettes chutaient, et ma tension n'etait guere bonne. Quand la gyneco est venue m'annoncée qu'elle devait m'accoucher car un risque d'eclampsie pouvait survenir a n'importe quel moment, je n'ai même pas vraiment realiser ce qui m'arrivait. Nous pouvions mourir ts les deux, c'est tout ce que j'ai compris. C'était la preeclampsie.1h avant mon mari etait avec moi dans ma chambre, il s'en va que deja il faut que je le rappelle pour lui annoncer qu'il va être papa car ma santé se decline. Mon ALAN est né le 19 JANVIER a 2H47,le plus beau jour de ma vie mais ma plus grande crainte aussi car il arrivait a 27s et il pesait 630G. Trop tot. J'ai juste eu le droit de lui faire un bisou sur le front que deja il partait avec lui. Et je dois avouer que oui j'avais accouché mais que je ne me sentais pas maman. Je savais que je n'aurais pas mon bébé avec moi comme les autres dans leurs chambres. Mon mari a pu le voir le jour même. Moi je ne l'ai vu que 2 jrs apres à cause de ma tension.2 jrs c'est si long !! Le jour ou on me donna l'autorisation d'aller le voir, j'etais aux anges. Mon mari m'a preparé en me disant de na pas m'inquiété, qu'il allait bien. Il est petit me disait il mais tu ne va pas y preté attention. Armés de mon fauteil roulant et de ma perf de loxen, nous sommes partis, en route pour un univers totalement inconnu. Mes soeurs st passés par la, mes 2 derniers neveux sont des grands prema aussi. Ils ont eu la chance de naitre plus gros et de s'en remettre. Alors, j'avais foi. J'y allais confiante malgré moi ? Ils allaient sauvés mon bébé aussi ! Il y a pas de raisons ?! J'ai d'abord vu Alan derriere la vitre, alberto voulait me preservée un max apres toutes ces epreuves, il ne voulait pas que je sois choquée. Mais comment l'être ? L'être que j'aimais le plus se trouvait devant moi et vous etions separés d'une vitre. Non, je voulais le voir, pouvoir le toucher, lui parler, faire sa connaissance. Mon petit bonhomme, mon compagnon d'aventures depuis 7mois. Il etait si beau, tout rose. Il etait sous couveuse, encore separés d'une vitre, mais la je pouvais lui tenir le bout du doigt car ils etaient fins et petits. Quand il est né, Alan a respiré tout seul, il etait courageux mais afin de ne pas le fatigué il a été branché. Il y avaient des fils partout, pour la respiration, pour son alimentation, la sonde urinaire et d'autres encore. Il y a aussi le bruit que fait chaque machine, c'est affreux, on se demande toujours a quoi correspond ce bruit. L'infirmiere va t'elle arrivé en courant, est ce bon signe ? Bref trop de moments douloureux et d'angoisse. Apres avoir été courageux pendant 1 mois, mon petit ange s'en est allé, laissant derriere lui un immense chagrin ! Et dire que ce jour la j'etais la, a quelques metres de lui mais pas avec lui. C'était le 18 fevrier. Un jour avant son 1er mois complet. Nous avions ce jour même rendez-vous avec son pediatre et pdt l'entretien que de bonnes nouvelles. Notre loulou s'en sortait bien, il prenait du poids, grandissait, tout pour nous mettre en confiance. Comment imaginer que 3 h apres cet entretien il me quitterait ? Je n'ai rien compris mais j'en voulais a la terre entiere et surtout au pediatre qui je sais n'y est pour rien, mais comprenez, elle m'a dit que tout allait bien, qu'Alan faisait des progres, on parlait d'avenir et ma vie s'est arretée depuis. Le 18 FEV journée cauchemar. J'entends encore la voix du pediatre de garde nous dire que son petit coeur est entrain de lacher ! Pourquoi ? Que s'est il passé ? Tout a l'heure tout allait bien et maintenant on me dit qu'il faut être forts car nous devons l'accompagner dans ces derniers instants. Comment ? Que faire a par tomber, crier de douleur comme jamais ! Comme uen bete qu'on egorge vivante. Ce cri sort de toutes vos tripes, et cette douleur ? Je n'avais jamais connu une chose aussi forte. Je n'ai pas souffert a proprement parlé lors de l'accouchement, c'était une cesarienne. Mais la j'ai eu l'impression que l'on m'ouvrait a vif ! Être la, tenir le coup, aller voir alberto le papa qui lui aussi venait de perdre son FILS ! Sa fierté, son amour. Alors, nous sommes allés dans sa chambre en rea, tout avait changé, deja un paravent etait dressé devant. Alors il ne faut plus esperer ? Il n'y a vraiment rien qu'ils puissent faire ? Pourquoi nous ? Pourquoi toi ? Et la je te vois, dans les bras d'une infirmiere qui te tient delicatement comme si tu dormais, je veux que tu dormes ! C'est un reve, aidez moi je vais me reveiller ! Helas, je suis bien reveillée et toi tu n'es pas endormi. Tu es la, sans vie et on me demande si je veux te prendre dans mes bras, je ne peux pas. Je me souviens encore du 9 fev, ce jour ou je t'ai pris dans mes bras, la 1ere fois que je te voyais or de ta couveuse, la 1ere fois que je pouvais te sentir tout contre moi, sentir ton petit coeur battre. Et la il faut que je te prenne alors que tu n'es plus. Alors papa t'a pris, il est assit et on t'a mis dans ses bras. Que tu etais beau mon fils ! Tu etais la dans ses bras, tout petit. Ils t'avaient enlevé un sparadrap qui maintenait le tube respiratoire ; et tu saignais, ton petit corps sans vie et tout chaud saignait. J'epongeais ton sang, mes larmes, nos larmes. Je t'ai prise aussi dans mes bras mais pardonne moi je n'ai pas… tenir longtemps c'était trop dur Alan, trop trop trop d'un coup ! Ma plus grande crainte et celle de tous parents venait de se produire. Je venais de perdre mon unique enfant, mon compagnon d'aventures, mon amour pour la vie. Je suis sortie de la chambre, jene pouvais rester la, mes yeux passaient de toi a toutes les machines. Sans cesse j'ai voulu voir a la place de ce zero et de cette ligne continue, un souffle de vie. Je me disais, mias non, il n'est pas mort, il est en apnée respiratoire ça va repartir, mais la ligne est restée droite mon amour. Certaines etaient deja debranchées, pourtant cela faisait quoi,30m que s'etait fini. Mais j'avais l'impression que cela faisait une eternité et je ne pouvais rester la. Je voulais ma mere, alors je suis allée a l'accueil et je l'appela. Elle comprit de suite, sans mot. Elle a crié, supplié Dieu de le maintenir en vie, mais c'était trop tard, il etait deja un ange. Peu avant l'arrivée de la famille, nous avons été conduits dans une autre piece ou nous pourrions être en intimité avec toi. Tu es arrivé dans un berceau tu etais enveloppé d'un drap et la je t'ai prise, je t'ai serré contre mon coeur et nous avons faits le peau a peau. Te garder contre moi c'est tout ce que je voulais. Je te regardais les yeux remplis de larmes, je t'embrassais. Tu etais ma vie et ma chair. Puis il y a eu le bain, et c'est papa qui te l'a fait ! Lui qui craignait de te toucher quand tu etais en vie du fait que tu etais petit, sans crainte sans peur, il t'a pris et t'a baigné tout doucement puis nous t'avons habillé avec un body (plus grd que toi) de l'hopital. Il avait un poney dessus. Et nous sommes restés la avec toi et la famille a pleurer et t'admirer. Tu as ete un petit garçon tres courageux et maman t'en felicite. Je te l'ai dit chaque jour de ta vie j'etais fiere de toi ainsi que papa et que nous t'aimons tres fort. L'autopsie a été faite le 24 fev et nous avons enterré Alan le 27.nouis sommes toujours dans l'attente des resultats. Aujourd'hui j'ecris ces lignes pour essayer de me guerir de la perte d'Alan car il m'est plus facile que de t'en parler. Voila, c'est notre histoire, A TOI MON ANGE UN GRAND CRI D'AMOUR DE TA MAMAN ET UNE PENSEE POUR TOUS LES PETITS ANGES ET LEURS MAMANGES.
  Lire la suite de la discussion sur sante-az


240401
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon chien peut-il ressentir ma grossesse? - chiens

image

Je ne l'ai pas vécu personnellement mais : j'ai eu un chien il y a quelques années qui ne pouvait pas supporter la présence de la copine de mon frère. A un point que, quand elle venait, elle devait nous prévenir avant pour que nous ayons le...Lire la suite

Aspiration - fausse couche

image

Bonjour, J'aimerai partager mon histoire parce que j'ai besoin d'en parler et si il y a des femmes qui ont étaient dans le même cas que moi merci de m'apporter vos témoignages !! J'ai mis plus d'1 an et demi à tomber enceinte, j'ai consulter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages