Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Attendre bébé      (29588 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le cauchemar que j'ai vécu pendant ma grossesse

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 1201 lectures | ratingStar_51159_1ratingStar_51159_2ratingStar_51159_3ratingStar_51159_4

J'ai eu un premier garçon, Alessi, le 19 novembre 2003 : grossesse idéale, j'ai pu travailler jusqu'à mon congé marternité en travaillant dans la restauration, pas d'angoisse, très peu de nausées en début de grossesse (2 ou 3) , accouchement plutôt rare (absolument aucune douleur sans péridurale : le rêvre).

 

Quand nous avons voulu mettre le second en route, cela à pris un peu plus de temps.

En janvier 2007, j'apprends que ma maman à un cancer du corps de l'utérus (ma maman est agée 81 ans à l'époque) , que c'est inopérable et qu'elle va subir une trentaine de rayons et dix séances de chimiothérapie légère.

Mon papa, également n'est pas en très bonne santé (les artères se bouchent) et on prévoit de l'opérer à nouveau pour lui déboucher les carotides (il a 76 ans).

 

Je suis à 700 km de chez eux et ce n'est pas facile de s'y rendre.

 

En février, mon frère à de gros problèmes de travail, ce qui m'inquiète, même si je sais qu'il à beaucoup de ressort et qu'il va trouver une solution.

 

En mars, maman supporte très mal la chimio, même très légère, cela l'épuise littéralement !

 

En Avril, la nounou qui s'occupe de mon grand (le récupère le midi pour le faire manger, et à 16h30 en attendant que j'ai fini le travail) m'annonce que dans un mois, elle sera dans l'impossibilité de continuer à s'en occuper : Angoisse car il y ai très attaché (comment va se passer la cantine et la garderie).

 

En Mai, nous sommes cambriolés, ils ont tout mis sans dessus sans dessous, ils cherchaient de l'argent mais n'ont rien trouvé, ils ont donc pris les bijoux (médaille de baptème,…) tout ce qui est sentimental.

 

Je sens que je commence à être fatigué nerveusement, au travail, je trouve que tout devient plus dur, plus difficile, je me pose la question de savoir si je vais continuer.

 

En juin, je perds mon oncle (je n'avais plus vraiment de contact avec lui et ma tante mais quand même). Un de mes cousins ayant repris contact avec moi, je me rends à l'enterrement et cela me bouleverse plus que je ne l'aurais cru. Cela à remuer beaucoup de chose de l'enfance.

 

Au travail, je n'y arrive plus, je vais voir mon médecin traitant qui décide de me mettre sous antidépresseurs ; c'était un vendredi, le samedi matin, je ne sais plus si cela fait  3, 4, 5 semaines que je n'ai pas eu mes règles donc je fais un test de grossesse : BINGO, JE SUIS ENCEINTE : HYPER CONTENTE.

 

Donc j'arrête les cachets que j'avais pris depuis la veille et le lundi, je retourne voir mon médecin et lui dit "ça y est" je suis enceinte : il m'arrête deux semaines pour que je me repose.

 

J'appelle mes parents pour leur annoncer la bonne nouvelle : Ils sont surpris et très content pour moi (je sens que mon père à été affecté par la mort de son beau-frère, ils étaient copains d'armée) , mon père doit être hospitalisé la semaine suivante pour son intervention des carotides (le 26 juin).

 

Il décède le vendredi 13 juillet 2007,  après être tombé dans le coma lors de l'intervention (problème d'anesthésie et d'autres artères bouchées) nous l'enterrons le 17, maman n'assiste pas à l'enterrement (elle ne le veut pas) ; Nous avons peur qu'elle refuse de faire son deuil, qu'elle perde pied.

En fait, non, elle refuse simplement de subir cette épreuve. Entre temps j'ai repris mon travail où j'ai annoncé ma grossesse et la réaction de ma directrice est sans équivoque : "Ah bon, si j'avais su, je vous aurais proposer un contrat à mi-temps" !!! : Ah c'est vrai, je n'étais dans la société que depuis un an. (cette femme n'a pas d'enfants).

Le 26 juillet, maman se casse le tibia, suite à son cancer qui à métasthaser sur l'os de la jambe et l'a donc fragilisé. Elle se retrouve hospitalisé et opéré en urgence.

Le 3 août, je vais voir mon médecin généraliste, et en pleurs il voit bien que je suis à bout, je n'en peut plus physiquement, nerveusement (problème, travail…). En plus j'angoisse pour mon bébé, et s'il ressentait tout ce que je vis, il ne va jamais vouloir venir au monde… les émotions sont décuplés (je suis enceinte depuis le 20 mai).

Mon médecin m'arrête illico et m'envoie dans un premier consulter un neurologue, il prend rendez-vous pour le lendemain et une sophrologue (madame FREUD) , le premier m'osculte, discute avec moi et me dit que ce serait bien de voir un psychiatre et me fait faire un bilan sanguin : OUI JE SUIS EN PLEINE DEPRESSION, je tiens mon médecin au courant et me rassure en disant dans un premier temps de consulter madame FREUD.

 

Ce que je fais 10 jours plus tard ; entre temps j'ai pu aller voir ma mère ; Elle va plutôt bien. (vu la situation).

 

La sophrologue m'aide beaucoup, et par le biais de la sophrologie, m'aide à me recentrer sur moi, le bébé, m'aide à évacuer les angoisses de la dépression…

 

Je la consulterais 6 ou 7 fois jusqu'au mois de décembre ; Entre temps, je me sens mieux et mi octobre, je vais voir ma directrice en lui annonçant que je compte reprendre le travail mais à temps partiel (mon médecin m'y encourage, pour sortir de chez moi) : "Mais vous n'y pensez pas, je ne peux pas vous payer et payer la personne qui vous remplace, si vous reprenez : c'est à plein temps mais de toute façon, vous en êtes incapable, vous n'êtes pas en état ; Et puis il faut voir un médecin de la sécurité sociale ; Ne croyez pas que vous pouvez reprendre comme ça, il faut faire ça dans la légalité" : DOUCHE FROIDE,  

 

Et dire que j'étais un mois plus tôt, 2, 3 matinées pour aider la personne qui me remplaçait à comprendre comment cela fonctionnait… alors que j'étais en arrêt maladie et suite à sa demande.

 

Résultat, je replonge : par deux fois, je vais avoir des pertes de sang et la panique en allant la première fois voir le gynéco et la seconde fois aux urgences (le jour de l'anniversaire de mon grand ! ).

 

Entre temps j'ai passé une amnioscenthèse de par mon âge (39 ans) et le résultat du tri-test (1 sur 50). Comme je le portais en avant, le gynéco à dû piquer deux fois et à un peu remuer l'aiguille une fois planté : cela à été douloureux…

 

Maintenant mon petit bout à 11 mois, il va bien, il ne parait pas spécialement angoissé, mais c'est vrai que cette année-là a été un cauchemar.

J'ai pris un congé parental d'un an que je renouvellerai car je ne tiens pas à retravailler avec cette directrice.

 

Je consulterai à nouveau madame Freud (petite fille ou arrière petite fille du docteur FREUD) car elle m'a beaucoup aidé et que je sais que cette épreuve à laissé des traces, que je manque de confiance en moi (pas au niveau de mes rapports avec mes enfants, mais plutôt professionnelle (dévalorisation de soi).

 

Désormais, je commence à penser à ma reconverstion (oui mais quoi ? : ANGOISSE).

 

Auparavant je m'occupais du service location d'une agence immobilière.

 

Alors pour revenir sur le thème d'aujourd'hui, oui il faut consulter et se faire aider lorsque l'on vit des choses difficiles pendant la grossesse ; Que rien n'est définitivement acquis.

 

Mon papa n'a pas connu son second petit-fils, mais il est parti en sachant que j'étais enceinte et il en était content.

Ma maman est encore là, et étant en congé parental, je profite de toutes les vacances scolaires pour aller la voir (le grand est en dernière section de maternelle) avec mes deux garçons, pour qu'elle en profite et que je puisse m'occuper d'elle un peu.

 
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


51159
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon chien peut-il ressentir ma grossesse? - chiens

image

Je ne l'ai pas vécu personnellement mais : j'ai eu un chien il y a quelques années qui ne pouvait pas supporter la présence de la copine de mon frère. A un point que, quand elle venait, elle devait nous prévenir avant pour que nous ayons le...Lire la suite

Aspiration - fausse couche

image

Bonjour, J'aimerai partager mon histoire parce que j'ai besoin d'en parler et si il y a des femmes qui ont étaient dans le même cas que moi merci de m'apporter vos témoignages !! J'ai mis plus d'1 an et demi à tomber enceinte, j'ai consulter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages