Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Attendre bébé      (29588 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma fille est décédée à 3 jours, besoin d'un psychologue spécialisé :'(

Témoignage d'internaute trouvé sur france5 - 26/10/11 | Mis en ligne le 26/03/12
Mail  
| 166 lectures | ratingStar_232477_1ratingStar_232477_2ratingStar_232477_3ratingStar_232477_4
Bonjour, Je ne sais pas ou mettre ce poste, car ce n'est ni une fausse couche (je précise car on me parle souvent de fausse couche ou on compare souvent la perte d'un enfant à une fausse couche mais je n'ai PAS fait de fausse couche, ça n'a rien à voir…) , ni une IMG… Je n'ai pas trouvé la bonne rubrique. Ma fille est née le Mercredi 22 Juin 2011… Sans vie, elle a été réanimée et intubée. On lui a découvert une rare et grave malformation… Une agénésie trachéale, elle n'avait pas de trachée du tout. Elle respirait grâce à une fistule (un trou) au niveau du oesophage et relié à la bronche supérieur gauche et une aide importante en oxygène. Après 2 jours d'examen et concertation, les spécialistes de l'hôpital Necker m'ont annoncé que ma fille ne pouvait pas survivre, qu'ils ne savaient pas à l'heure actuelle comment lui créer une trachée artificielle… Il allait falloir l'a débrancher et l'a laisser rejoindre les anges… ça a été très dur à accepter, ma fille pourtant vivait, bougeait, ouvrait les yeux… Elle n'était pas atteinte mentalement, elle était consciente de tout, de son environnement, de la situation… C'est insupportable de regarder son enfant vivre et surtout se battre pour survivre en sachant que d'ici peu, malgré tout ses efforts pour rester avec nous, il n'y aura plus de vie en elle, que d'ici peu nous devrions lui dire adieu, que d'ici peu… Elle n'ouvrira plus jamais les yeux, ne remuera plus jamais ses petits petons, ne pleura plus jamais… Elle a comprit qu'elle ne survivrait pas, elle a comprit qu'on ne pouvait rien pour elle et après plusieurs heures de peau à peau, d'échange, d'amour et tendresse… Ma fille a décidé de partir d'elle même, sans aide médicale, dans son sommeil d'un malaise cardiaque, tout contre moi… Le 25 Juin 2011, à l'aube, m'a vie s'est écroulée comme un chateau de carte, d'un coup… Les premiers temps je me suis complétement renfermée sur moi même, je ne ressentais pas le besoin d'être aider, on ne peut pas aider quelqu'un de déjà mort (de l'intérieur) , on ne peut pas aider quelqu'un qui ne veut pas s'en sortir, quelqu'un qui veut mourir, détruit, quelqu'un qui de toute façon n'écoute plus rien et plus personne… ça n'aurait donné aucun résultat car je n'étais plus vraiment là, je n'étais pas prête… Aujourd'hui, je ne sais pas si je suis prête à être aider, mais il le faut. Je suis enceinte… Je dois retrouver un équilibre émotionnel et psychologique pour ce bébé, je dois l'accueillir comme il le mérite car ce deuxième enfant n'a rien demandé et ne doit pas porté le deuil de mon ange. Je suis heureuse d'être enceinte, très, mais je suis aussi triste, nostalgique par rapport à ma fille, je culpabilise pour mon ange, comme l'impression de la trahir. Je culpabilise pour ce deuxième enfant de ne pas juste être heureuse pour lui… J'ai peur de m'attacher à ce deuxième enfant et que lui aussi décéde et m'abandonne… il y a trop de sentiment mélanger en moi : joie, tristesse, culpabilité, peur, douleur… Je n'arrive plus à gérer tout ça… Pourtant ce deuxième enfant est désirée et me sauve la vie vraiment, grâce à lui j'ai envie de "m'en sortir" mais je ne sais pas comment faire. Pour moi aller mieux est aussi synonyme d'oublie, et je refuse d'oublier ma fille… Je refuse de penser à elle en me disant que c'est une étape dans ma vie, que ça arrive mais que maintenant c'est le passé et je dois allée de l'avant… Je ne veux pas penser de cette façon, et je ne veux pas fair emon deuil comme cela. Je ne sais pas comment faire et j'ai besoin d'un psychologue. J'ai besoin d'un psychologue oui, mais je ne veux pas n'importe qui ! Je ne veux pas d'un psychologue qui ne sois pas armé sur le sujet sensible et difficile du deuil péri natale, je veux un psychologue spécialisé dans ce domaine… Car je me dit qu'un psy ne pourrait pas m'aider car il n'aura pas vécue ce drame, il ne pourra pas me comprendre… Je ne suis pas convaincue mais je veux essayer, pour mon deuxieme bébé, pour mon entourage qui me pousse à essayer… Pour moi aussi, parce que je suis mal dans ma peau et ne sais pas comment toute seule je dois m'y prendre pour aller mieux. Savez vous ou je pourrais, dans la région parisienne, trouver un psychologue spécialisé dans le deuil périnatale ? Quand je cherche sur google, je ne trouve que des psys québécois. Apparemment cela est répandue la bas, mais pas en France… Ou alors je ne trouve pas. Si vous pouviez m'aider, me renseigner si vous savez, ça serait très gentil. Désolée pour ce long témoignage, et merci à ceux qui m'auront lu.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


232477
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon chien peut-il ressentir ma grossesse? - chiens

image

Je ne l'ai pas vécu personnellement mais : j'ai eu un chien il y a quelques années qui ne pouvait pas supporter la présence de la copine de mon frère. A un point que, quand elle venait, elle devait nous prévenir avant pour que nous ayons le...Lire la suite

Aspiration - fausse couche

image

Bonjour, J'aimerai partager mon histoire parce que j'ai besoin d'en parler et si il y a des femmes qui ont étaient dans le même cas que moi merci de m'apporter vos témoignages !! J'ai mis plus d'1 an et demi à tomber enceinte, j'ai consulter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages