Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Attendre bébé      (29588 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma vie et comment je suis tombée enceinte

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 457 lectures | ratingStar_53107_1ratingStar_53107_2ratingStar_53107_3ratingStar_53107_4

Dans les premiers mois de ma grossesse, j'ai réussi à dissimuler mon état à mon entourage, pas facile mais j'y suis arrivée, je portais de vêtement ample et je rentrais constemment le ventre ce qui me faisait un peu mal d'ailleur, contre je suis mince de nature, mon ventre était à peine visible. Là où je dis que dieu m'a idée, c'est que je le priais tout les jours pourque me grossesse se passe bien et que je n'aie pas trop de problème (enfin que je ne me fasse pas grier quoi). Pendant les 5 premier mois, mon ventre était à peine visible, pendant les vacances, je suis passée inaperçu et personne n'a grié dieu merci.  

 

 

Un jour de mon sixième mois de grossesse, ma tante m'a jaugée pendant un instant et m'a dit : "tu grossis beaucoup en ce moment, j'espère que tu n'es pas enceinte, pas de ça chez moi sinon tu prends la porte". Elle m'a fait tellement flippé que j'ai décidé de partir, j'ai organisé ma fuite. Une semaine après, pendant qu'elle était de garde à son travail, j'ai attendu que tout le monde ait se coucher, je suis montée moi aussi me coucher mais je ne dormais, je bouillonnais, j'hésitais, je suis restée ainsi plusieurs heures, à 2 heures du matin, j'ai pris ma décision, je me suis suis levée sans faire de bruit, j'ai rassemblé qqs affaires et je suis sortie de la maison dans la nuit.

 

 

Je ne savais pas où aller mais je me disais qu'il était temps que je quitte cette maison. J'ai marché dans les rues déserte, très fatiguée avec un sac qui me genait beaucoup, lorsqu'une voiture de police s'est arrêté à ma hauteur, un agent de police à l'arrière m'a démandé si tout allait bien, où j'allais et si je désirais qu'il me dépose car il était tard. Là, je n'ai pas pu me retenir, je les ai avoué que j'étais enceinte, que je ne savais pas où aller, ils m'ont démandé mon âge, mon adresse, et s'il n'y avait pas d'autres personnes chez qui je pourrais aller, je leur ai repondu que non.

 

C'est ainsi qu'ils m'ont conduit au poste de police, j'ai passé la nuit au poste de police, une femme flic très gentille m'a apporté une couverture et a essayé de discuter avec avec moi, elle essayait de me convaincre de rentrer à la maison, elle voulait organiser une médiation entre moi et mes pseudo parents ce que j'ai refusé bien sûr, de toute les façons, elle ne pouvait pas me forcer car je venais juste d'avoir 18 ans et j'étais majeure. Elle devait penser que j'étais une jeune fille qui avait fugué à cause d'une petite dispute avec ses parents parce que je ne lui ai jamais raconté le fond de l'histoire, je ne lui ai pas parlé des abus, de mon mal de vivre etc… sinon, je pense qu'elle aurait subitement changé d'avis.

 

 

Ansi, j'ai été placée par la suite dans un foyer, un foyer rempli de femmes comme moi, la plupart étaient enceintes et en difficulté. L'époque du foyer n'était pas de tout luxe mais au moins, je me sentais soulagée, je n'avais jamais senti une telle joie de vivre, j'ai passée mon enfance en éttouffant, les premiers mois de ma grossesse en engoissant et là, je respirais enfin, je me sentais libre, je n'avais plus à me cacher, aussi comme si dieu avait compris que c'était le moment, j'ai pris du poids, beaucoup de poids, 16 kg. On dira qu'un foyer ce n'est pas trop la joie mais moi bizzarement, j'étais bien.

 

Avant que ma fille naisse, j'avais à l'idée d'accouher sous x, je ne me voyais pas avoir un enfant à mon âge et dans ma situation donc, je me suis dit que losqu'elle naîtra, je l'abandonnerai et je referai ma vie. Pourtant lorsque ma fille est née et que je l'ai vu, j'ai eu un coup de foudre pour cette chose toute froissée et bavante, c'était mon bébé. A cette instant, il en était hors de questions de m'en séparer. A l'instant ou la sage femme me l'a posée sur mon ventre, j'ai décidé qu'on ne se separarerait plus, je l'aimais déjà. Après l'accouchement, malgré, la fatigue, les douleurs, l'épisiotomie qui me tiraillaient un peu, j'étais euphorique, ils m'ont fait monter dans une chambre et on ramené mon bébé dans un berceau roulant et transparent à côté de moi et je n'ai pas arrêté de la regarder, je me disais : "c'est moi qui ai fait ? " j'ai même compté ses doigts et ses orteils pour me persuader que c'était bien une petite femme qui venait de sortir de mes entrailles, j'étais épatée et fière.

 

Quelques jours (2 ou 3 jours) après, une pedo psychiate de l'hôpital a souhaité me rencontrer, elle ne davait pas comprendre mon revirement soudain. Donc, je l'i rencontré, nous avons un peu discuté et elle a finir par conclure que j'étais quequ'un de très sain.

 

 

J'ai été euphorique pendant ces 5 jours à l'hôpital, pourtant lorsque je suis rentrée au foyer, je me suis aperçu que je n'avais pas vraiment d'avenir à donner à ce bébé, je n'avais pas de boulot, pas de maison, et pas d'argent, j'en suis même venue à me reprocher d'avoir prise cette décision de garder mon bébé, je me disais que ma fille méritais plus que moi et que je l'entraînait dans la merde, je ne regrettais aucunement mon bébé mais la vie que je ne pourrais jamais lui offrir, ce qui m'a fait vraiment déprimé pendant un bout de temps, j'étais fatiguée car je ne dormais pas assez (il fallait se reveiller la nuit pour ses biberons ou quand elle chouinait) , j'avais beaucoup maigri et j'étais un peu anémié malgré les tardiférones que m'avait prescrit le medecins et le medicament pour arrêter la lactations n'arrageait pas les choses, ça me fouttait des malaises. J'en suis même venue à douter de mes capacités de mères.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


53107
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon chien peut-il ressentir ma grossesse? - chiens

image

Je ne l'ai pas vécu personnellement mais : j'ai eu un chien il y a quelques années qui ne pouvait pas supporter la présence de la copine de mon frère. A un point que, quand elle venait, elle devait nous prévenir avant pour que nous ayons le...Lire la suite

Aspiration - fausse couche

image

Bonjour, J'aimerai partager mon histoire parce que j'ai besoin d'en parler et si il y a des femmes qui ont étaient dans le même cas que moi merci de m'apporter vos témoignages !! J'ai mis plus d'1 an et demi à tomber enceinte, j'ai consulter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages