Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Attendre bébé      (29588 témoignages)

Préc.

Suiv.

Une douleureuse culpabilité après une fausse couche

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 309 lectures | ratingStar_15567_1ratingStar_15567_2ratingStar_15567_3ratingStar_15567_4

J'ai commencé ma vie sexuelle à 23 ans dans un moment de révélation, où j'ai compris que si j'allais suivre les préjugés antiques j'allais prendre que de mauvaises décisions dans ma vie.

J'ai eu la chance d'avoir un premier petit ami complètement adorable et nous resterons très bons amis toute notre vie. J'ai découvert que le sexe n'est pas une chose dégoûtante, que les hommes ne sont pas des épouvantails. Bref cela m'a aidé à m'épanouir.

Nous n'avions aucune éducation sexuelle ni l'un ni l'autre, sauf quelques pubs qu'on avait vu à la télé sur les capotes. Je me rappelle avec le sourire notre première nuit quand nous avons cassé plusieurs capotes même avant de les mettre parce que nous ne savions pas comment et même si les explications sur l'emballage sont claires, je vous assure qu'à cet instant-là on ne comprenait pas un tas de choses.

Nous avions aussi entendu de la méthode du calendrier, mais comme ça, de bouche à l'oreille. Et parce qu'on voulait expérimenter et s'aimer 100%, comme ça arrive quand on est amoureux, on le faisait parfois sans capote, en comptant sur les périodes ainsi dites infertiles.

Et voilà qu'après trois mois ensemble je me trouve enceinte, épouvantée par la réaction probable de la famille et de nos connaissances (enceinte et pas mariée ? ) , sans personne à qui parler, sauf nous deux, imbéciles et ignorants.

Il m'a assuré qu'il serait avec moi n'importe quelle décision j'aurais prise.

Je ne comprends pas comment à ce moment-là j'ai pu être tellement relax et décidée, car j'ai choisi tout de suite d'avorter. Je ne me sentais pas mûre, je n'étais sûre de ma vie professionnelle et même de mon amour qui était pourtant réel.

J'ai cherché un gynéco dans une autre ville, parce que là-bas il n'y avait pas le droit à l'intimité et au secret, tu le faisais dans ta ville et le lendemain tout le monde te montrait du doigt dans la rue.

Je l'ai trouvé dans l'annuaire téléphonique, il m'a examiné dans un cabinet où il y avait autres 8 patientes, sans que je bénéficie d'aucune intimité, il m'a dit de revenir après 2 semaines car c'était trop tôt (12 jours d'aménhorrée) et…

J'y suis allée, mon petit ami plus livide que moi. Une pièce pas plus grande de 5 m carrés, pleine de filles, femmes, toutes pour igv. C'était en fait une usine pour les IGV.

Personne ne te parlait, sauf pour te demander de payer l'opération. Ils m'ont fait l'anesthésie, sans m'expliquer quoi que ce soit et j'ai senti tout d'un coup l'aspirateur tirant quelque chose en moi, j'ai éclaté en larmes et je murmurais "mon petit bébé mon petit bébé" (car finalement ce n'était pas de bon coeur que j'étais là) et alors l'infirmière m'a giflé deux fois, m'a dit des mots sur mon "honorabilité", j'ai entendu une sorte de "splash ! " dans un bassin en métal, on m'a aidé à me lever et juste devant mes yeux il y avait un gros bassin métallique rempli de sang et de gros morceaux comme le sang coagulé. J'ai fermé les yeux pour ne pas voir plus en détails et j'ai marché je ne sais pas comment jusqu'au lit oùu m'attendait mon ami. Après 3 quarts d'heures on nous a invité de partir ou au moins d'élibérer le lit car il y avait d'autres patientes.

J'avais les veines cassées sur les deux bras, on ne m'avait rien dit s'il y avait des soins à suivre après…

C'était tellement cruel et écoeurant que je me sentais comme la dernière crotte humaine et je crois que je ne m'en suis pas remise après ça bien longtemps.

Car cet épisode plus le fait de ne pas avoir eu aucune aide professionnelle psychologique m'a fait retomber dans l'appréhension du sexe et de l'amour. J'ai rompu avec le pauvre garçon qui m'a aimée encore des années après et je me suis renfermée de nouveau dans le refus pour longtemps.

Si ce n'était que cela !

Mais j'étais tellement désorientée que je me suis mise dans une autre relation qui aurait dû rester une simple amitié. Une relation d'une nuit qui a mené à une autre grossesse.

Cette fois je savais que j'étais un monstre égoiste et stupide et je n'ai pas eu le courage d'assumer mes faits. Alors j'ai choisi l'igv, car c'était "plus simple".

Cette fois je l'ai fait dans une clinique comme il faut, où je n'ai eu à faire qu'avec ma propre conscience.

Je regrette de tout mon être avoir été tellement imbécile et ignorante. Ce que soleil3912 dit dans son message s'applique en bonne partie à mon cas. Je compte les âges que mes enfants auraient dû avoir, je me pose des questions sur mon caractère et je me bats avec la depression presque tous les jours.

Et c'est peut-être plus dur maintenant que je suis de nouveau enceinte, cette fois une grossesse que j'avais attendu depuis un an que je suis mariéé, une grossesse désirée ardemment.

Maintenant il se peut qu'il y ait de problèmes avec le bébé, car j'ai le rh négatif et on ne m'a jamais parlé de l'effet qu'une ivg peut avoir ultérieurement dans ce cas.

Je ne psychote pas (encore) , cette fois je me renseigne et je me bats pour que tout aille bien.

Mais la douleureuse culpabilité restera toujours, honteusement, dans mon esprit.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


15567
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon chien peut-il ressentir ma grossesse? - chiens

image

Je ne l'ai pas vécu personnellement mais : j'ai eu un chien il y a quelques années qui ne pouvait pas supporter la présence de la copine de mon frère. A un point que, quand elle venait, elle devait nous prévenir avant pour que nous ayons le...Lire la suite

Aspiration - fausse couche

image

Bonjour, J'aimerai partager mon histoire parce que j'ai besoin d'en parler et si il y a des femmes qui ont étaient dans le même cas que moi merci de m'apporter vos témoignages !! J'ai mis plus d'1 an et demi à tomber enceinte, j'ai consulter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages