Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Attendre bébé      (29588 témoignages)

Préc.

Suiv.

Une grossesse réussie après des années d'essai

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1350 lectures | ratingStar_15593_1ratingStar_15593_2ratingStar_15593_3ratingStar_15593_4

Mon histoire est celle d'une jeune femme, qui a toujours rêvé d'être entourée d'une ribambelle d'enfants .

Ce rêve vire au cauchemar quand j'apprends, à 20 ans, que je n'aurais jamais d'enfant. Après 5 interventions chirurgicales très lourdes, le chirurgien doit m'enlever les ovaires.

Je me suis laissée mourir de chagrin : anorexie, je perds 30 kgs.

Je lis un jour un article sur le don d'ovocytes (je n'en avais jamais entendu parler) , et je décide de relever le défi : motiver une donneuse.

Je fais 5 tentatives, avec 2 donneuses différentes, entre 1992 et 1993 . Je réalise ces tentatives en France, le don direct est alors autorisé. Malheureusement, les échecs se succèdent …

En 1993, notre couple se sépare, je retombe dans la dépression, je perds toute envie de vivre.

Trois ans plus tard, je rencontre mon mari actuel. J'ai la chance de retrouver une nouvelle donneuse, mais nouvelle catastrophe : une loi de bioéthique a été votée en 1994. Cette loi nous interdit le don direct en France, elle impose que les embryons soient congelés 6 mois avant d'être transférés dans l'utérus, congélation qui diminue de moitié les chances de grossesse .

Autre problème : on me demande d'amener une donneuse, qui donnera pour une autre femme, tandis que moi, je recevrais les ovocytes d'une donneuse amenée par une autre femme. Même si ma donneuse donne 15 ovocytes d'excellente qualité, je ne recevrais que 3 embryons maximum. Je désapprouve complètement cet " échange " car je sais à quel point il est difficile de motiver une donneuse, de la trouver, de la rassurer. Qui me dit qu'une autre femme infertile saura motiver une donneuse pour moi ? Pire, je n'ai aucune certitude du délai dans lequel j'aurais un don, alors que j'ai une donneuse ! Je pense qu'il est profondément injuste de pénaliser une femme qui a réussi à motiver une donneuse. Ce point fait d'ailleurs l'unanimité parmi les participants à la loi de bioéthique qui défendent le don direct .

Je partirais 4 fois en Belgique pour des dons d'ovocytes .

1) le 1er don échouera car au moment de la ponction, le médecin s'aperçoit que l'ovulation a déja eu lieu.

Le choc est rude. Deux mois plus tard, je rencontre une jeune femme de 20 ans qui accepte de me suivre à Bruxelles .

2) Septembre 2000 : on repart en Belgique. On obtient 15 ovocytes, on est fous de joie, mais la malchance continue. La fécondation ne donne qu'un seul embryon, qui ne s'implantera pas .

Heureusement, ma donneuse accepte de recommencer une stimulation et de repartir en Belgique .

3) Mai 2001 : nous recommençons le protocole de stimulation de ma donneuse, je vivrais cette stimulation dans un état de stress intense, la peur au ventre de ne pas avoir assez d'ovocytes. Ouf ! Enfin, la chance tourne.

Nous obtenons 11 ovocytes et 10 embryons. C'est l'euphorie totale, nous sommes enfin confiants, heureux. Le médecin réimplante 3 embryons et congèle les autres.

L'attente des résultats est un cauchemar, ces 11 jours à attendre sont un supplice. La prise de sang est négative, je suis dégoûtée, je n'y crois plus, car je sais qu'avec des embryons congelés, mes chances de grossesse sont très faibles.

4) Octobre 2001 : j'ai retrouvé la force et l'énergie de tenter un nouveau transfert d'embryons. Cette fois ci, juste avant le transfert, je me dope avec un suppositoire évitant les contractions utérines .

Pour la 1 ère fois de ma vie, je vais vivre un transfert sans douleur. L'attente interminable commence. Au 9 ème jour, je craque et je fais un test urinaire …. Positif ! Je file au laboratoire vérifier par le prise de sang. Incrédule, je découvre que je suis enceinte.

Aujourd'hui, j'en suis à 4 mois de grossesse et je nage en plein bonheur.

Je reste scandalisée par cette nécessité d'aller en Belgique. Pour moi, le don direct était la seule solution, combien d'années aurais je attendu en France si on ne m'avait donné que 3 embryons tous les 4 ans ?

Je trouve injuste que nous soyons obligés de payer si chers des médecins étrangers.Cela nous a coûté 60 000 FF et je sais que beaucoup de couples n'ont pas les moyens financiers de se déplacer et de payer de telles sommes.

J'ai souhaité vous mettre mon témoignage pour vous dire battez vous ne désespérz pas.A ce jour, je suis enceinte de 7 mois et demi.

Et j'attends une petite fille qui devrais être là debut juillet et je peux vous dire que je ne regrette rien et surtout pas de m'être acharnée.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


15593
b
Moi aussi !
18 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon chien peut-il ressentir ma grossesse? - chiens

image

Je ne l'ai pas vécu personnellement mais : j'ai eu un chien il y a quelques années qui ne pouvait pas supporter la présence de la copine de mon frère. A un point que, quand elle venait, elle devait nous prévenir avant pour que nous ayons le...Lire la suite

Aspiration - fausse couche

image

Bonjour, J'aimerai partager mon histoire parce que j'ai besoin d'en parler et si il y a des femmes qui ont étaient dans le même cas que moi merci de m'apporter vos témoignages !! J'ai mis plus d'1 an et demi à tomber enceinte, j'ai consulter...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages