Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Autres      (6314 témoignages)

Préc.

Suiv.

Recherche maman genereuse pour nous aider a avoir un enfant !

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 08/03/13 | Mis en ligne le 18/06/14
Mail  
| 504 lectures | ratingStar_531633_1ratingStar_531633_2ratingStar_531633_3ratingStar_531633_4
Déjà une chose : tu es tout sauf confuse !!! Tu exprimes les choses posément, clairement et avec beaucoup de délicatesse. Et de culture aussi ! Citation : Oui, beaucoup de gens trouvent dingues, comme toi, que quelqu'un d'autre qu'eux ait voie au chapitre sur le don de sperme/ovocyte. Il y a aussi beaucoup de gens qui trouvent dingue qu'on trouve ça dingue, et qui ne comprennent pas que ce puisse être une décision qu'on ne prenne pas "ensemble". Une fois de plus, vraiment, il m'est facile de comprendre les deux fonctionnements. L'autre façon de voir a tendance à … quelque peu m'échapper. Citation : Et pourtant ! Il y a une vision, la tienne, qui consiste à penser : "je suis propriétaire de mon corps, j'en fais ce que je veux, tout est possible donc si je suis consentant". C'est la vision libérale. Elle est belle en ce qu'elle place en 1er la liberté de l'individu. Ms évidemment elle pose des problèmes : si tu décides de mourir, de te suicider, de dire que ton bonheur est ds la gpa, comment alors s'opposer ? Pour ce qui est de mourir, ça me semble aussi une décision ou je suis la première concernée … même si - perso - ce sont justement "les autres", la pensée de ce que ma disparition pourrait leur infliger qui m'a toujours "retenue" sur le bord du gouffre. Je sais qu'il y a d'autres législations - je ne sais plus dans quel pays par ex, se suicider est considéré comme une atteinte inacceptable à soi même, condamnée au même titre qu'un meurtre ou qu'une tentative de meurtre. Citation : C'est cette vision qui fera que l'euthanasie sera légalisée bientôt, et que la gpa se défend, que certains disent que leur choix de se prostituer est fait en toute liberté. Si le corps d'une personne lui appartient pleinement, et n'appartient qu'à elle, alors tout est possible si elle le veut, si elle y consent. C'est l'argument des pro-gpa, des pro-euthanasie, des pro-don de gamètes libre. S'il n'y a aucun principe transcendant (je ne parle pas forcément d'un dieu, mais d'un principe qui transcende le seul individu, ce peut-être la pensée laïque que l'on n'est pas proprio de son corps, ce qui est ds la loi encore le cas, cf. La loi d'indisponibilité du corps : [… ] ps_humain, ms les domaines concernés par cette loi se réduiront jusqu'à ce qu'elle soit complètement caduque, d'ici qqs années ) , au nom de quoi interdirait-on quoi que ce soit si l'individu y consent ? C'est donc la liberté individuelle qui l'emporte sur tout, et c'est je trouve une position éthique compréhensible. Elle comporte des risques (marchandisation, entre autres) ms elle a aussi des beautés (refus indigné qu'autrui décide pour soi). Oui. Citation : L'autre n'est pas moins compréhensible et porte aussi de belles intentions, autres, et des dangers, autres. Mais elle appartiendra au passé de plus en plus. Elle soumet la liberté individuelle à d'autres principes, celui appelé de la "dignité humaine". Héritée de la vision religieuse qui lie le corps et l'âme et refuse donc que le corps puisse être réduit à quelque chose qu'on "possède", elle passe dans la législation de la France laïque sous le nom d'indisponibilité du corps humain. Le risque évident, c'est qu'à dénier à l'individu le droit de dire qu'il "possède" son corps, on entame son sentiment de liberté. C'est ce qui t'indigne, te sembel abracadabrant, et te fait dire "mais si je ne possède pas mon corps, alors qu'est-ce que je possède ? " La réponse religieuse et la réponse de la législation française est : il est un principe supérieur à la possession du corps par soi-même, c'est celui de "dignité humaine". Non, tu n'es pas libre de te suicider ou de te vendre à autrui, au-dessus de cette liberté, il y a la dignité humaine. Comme tu expliques bien !!! Citation : L'indisponibilité du corps humain est un principe ancien du droit dont le respect concourt à la sauvegarde de la dignité humaine. S'il n'est pas explicitement cité dans le Code civil, son respect est pour autant assuré par des principes corollaires tels que la nullité des conventions visant à donner une valeur patrimoniale au corps humain, la gratuité des cessions d'éléments et produits du corps humain, la nullité des conventions portant sur la gestation ou sur la procréation pour autrui. La gratuité des dons d'une partie de son corps me semble une évidence … j'ai toujours vu "donner" dans ma famille, et ça me semble normal de donner. La gestation pour autrui : là je ne sais pas vraiment … il y a quelques années, j'étais furieusement pour … maintenant avec tout ce que j'ai appris sur ce qui peut se passer (entre le bébé et sa mère) durant la grossesse et l'accouchement (notamment) , j'avoue que ça me pose bien plus question. Par contre, j'avoue que le fait de sélectionner les oeufs pour porter un enfant qui porte telle ou telle caractéristique pour sauver un frère ou une soeur ainée atteint d'une grave pathologie … ça ça me heurte au plus profond. Ça me semble vraiment une marchandisation de l'être humain, et d'un être humain on ne peut plus fragile, vulnérable, incapable de se défendre. Sans doute parce que dans ces deux dernières situations, une autre personne est en jeu, une personne qui n'a rien demandé … Citation : L'existence du principe d'indisponibilité du corps humain traduit la prise en compte, par la législation française, d'une vision "personnificatrice" du corps évitant de le réduire à un gisement de ressources biologiques librement cessibles. Ce principe tient compte de l'unité du corps et de la personne en vertu de laquelle vendre son corps reviendrait à se vendre soi-même et donc à violer sa dignité humaine. On voit bien les risques… et on voit bien aussi la beauté de cette vision. Il me semble aussi évident de ne pas réduire le corps à un gisement de ressources biologiques librement cessibles. Citation : et pourtant, la législation te dit que s'il t'appartient, tu n'en es pas complètement propriétaire. Non. Patience, encore 10 ans, selon moi. Et il suffira de dire "je veux mourir, je veux me droguer, je veux donner mes ovocytes, je veux me prostituer librement" pour que ce soit ok. Propriétaire ? Je ne me sens pas "propriétaire" de mon corps (comme je pourrais me sentir "propriétaire" d'un objet par ex) - il est une partie de moi … Citation : Je trouve au contraire que toute question est toujours bonne à se poser. Je ne dis pas le contraire. Je veux juste dire que c'est tellement évident pour moi (aussi évident que le ciel est bleu est pas jaune à pois noirs par ex) que je ne me suis pas posé la question. Citation : Le passage d'une législation à une autre, d'un mode de fonctionnement à un autre suolève des questions. Et je trouve pour ma part étonnant qu'on ne sache pas sortir de sa manière perso de voir les choses. C'est intéressant de dépasser sa réaction 1re pour savoir comment on a pu voir les choses au 14e, ou bien en Asie… tout à fait. C'est bien pour ça que j'apprécie grandement d'échanger avec toi !!! Citation : Oui, notre époque considère que demander l'avis d'autrui est ubuesque. Encore une fois je n'ai rien contre "demander l'avis" … c'est que ça soit sa décision à lui qui prime qui me choque. Et s'il s'y oppose, ça sera sa décision qui aura primauté sur la mienne de faire don de mes ovules (si je pouvais encore). Citation : Que l'individu seul et la liberté seules priment. C'est ce que beaucoup de philosophes, psychanalystes et sociologues constatent et étudient. Les uns pour crier que c'est l'apocalypse. Les autres pour s'en réjouir. Les autres encore pour essayer de repenser l'éthique. Repenser l'éthique me semble indispensable. Bonne journée !!! (ps. Je vais être quelques jours sans doute sans connexion internet).
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


531633
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Combien donnez vous

image

Ici aussi on ne donne rien à part des cadeaux (de jolis cadeaux très rarement comme payer une partie du hadj de mon BP). Mon BP était un fonctionnaire, ma BF sont soit fonctionnaires soit dans de grosses boîtes : ils ont tous une sécurité...Lire la suite

Brulure au 2eme degres - mamans nature

image

Je t'envoie plein de courage, je suis passée par là il y a quelques temps et c'était vraiment difficile et douloureux… Ma fille a été brulée au mois de novembre (comme tu peux le voir sur le lien qu'a cité Ptitlu) en renversant sur elle un...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages
Les derniers appels à témoins