Histoire vécue Grossesse - Bébé > Grossesse > Grossesse difficile      (734 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai mis 3 ans pour avoir ma fille !

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 375 lectures | ratingStar_158865_1ratingStar_158865_2ratingStar_158865_3ratingStar_158865_4

J'ai écrit le récit de mes deux derniers accouchements, sur accouchement naturel pour mon fils et sur AAD pour ma troisième, je culpabilise un peu de ne jamais avoir raconté celui de ma première puce, c'est vrai qu'il a été très médicalisé mais la rencontre avec ma première puce, celle qui a fait de moi une maman, a aussi sa place sur ce forum. Avant tout, il faut savoir que j'ai mis 3 ans pour avoir ma fille, que j'ai aussi fait une FC à 11SA avant elle et que donc elle était très très attendue. J'ai eu une grossesse difficile, MAP à environ 33SA, abcès périanal drainé à 35SA sous rachi, sciatique, etc. Sur la fin, je n'en pouvais plus et j'avais hâte d'avoir ma puce. A 40SA, visite chez gygy, il me dit que mon col est ouvert à 1 cm, que bébé est bien basse et que j'ai plus beaucoup de liquide, il me propose donc un déclenchement pour le mercredi 25 janvier 2006, sans me poser de questions, j'accepte.Je ne suis pas trop renseignée sur les effets d'un déclenchement sur bébé, je fais une confiance aveugle aux médecins et puis, j'ai plus assez de liquide ! (ça venait pas à un jour ou deux, je pense) Je rentre donc le mardi 24 à 18h, je suis accueillie par un sf super gentille, très douce qui m'explique comment ça va se passer.Je suis sereine, j'ai confiance. Vers 20h, elle vient me chercher pour mettre le "ballonet" qui va ouvrir mon col, je ne me pose pas de questions, je ne sais pas qu'on peut faire autrement. Une élève sf me demande si elle peut assister, j'accepte.La gygy de garde cette nuit là, me le pose, ça fait horriblement mal, elle attrape mon col avec une pince, y insère ce ballonet et le gonfle à 4,5 cm. Elle me met en plus un ovule pour aider le col à se dilater. Les contractions commencent de suite, toutes les 4-5 min. Certes, elles sont gérables mais trop fortes pour que je puisse dormir. Vers 3h du matin, la sf revient voir où en est mon col, 4,5 cm, le ballonet a fait son travail, le col reste ouvert et le ballonet a glissé dans le vagin donc elle l'enlève. Elle me donne un petit lavement et dès qu'il a agit, je vais prendre une douche bien chaude, ça soulage. A 4h, elle arrive avec sa perf d'ocyto, toute naïve, je me laisse faire sans savoir ce qui m'attends. Dès que l'ocyto passe dans mes veines, la réaction ne se fait pas attendre, les contractions sont d'un coup à fond sur le monito, la douleur est intense, les contractions durent 1 min et je n'ai que quelques secondes pour récupérer entre deux. Le monito m'empêche de bouger pour me soulager mais je dois avouer que sur le moment, je subis sans me poser de questions. Ca va durer comme ça jusque 9h, toutes les heures elle me fait un tv, ça me fait mal, je me crispe et le douleur n'en est que plus insupportable. Plusieurs fois, mon mari m'a demandé si j'étais sûre de ne pas vouloir la péri tellement il voyait mon visage marqué par la douleur.A chaque fois, je réponds non, que je gère.A 9h, je n'en peux plus, je veux bouger, je sens que ça me soulagerait, j'appelle la sf.Je lui demande si elle peut me débrancher du monito pour que je puisse me lever et là, elle me dit que je dois absolument le garder mais que si j'ai trop mal, je peux avoir la péri. Je refuse, elle insiste et je continue à refuser et puis, d'un coup elle me lâche cette phrase assassine : " vous savez c'est pas un concourt, vous n'avez rien à prouver, on a les moyens de vous soulager et c'est vraiment ridicule de s'entêter à refuser" Là, je me suis sentie complètement débile, je me suis sentie tellement blessée que j'ai accepter.5 min plus tard, l'anesthésiste était là, il m'a posé la péri super bien, je n'ai rien senti et quelques minutes plus tard, je ne sentais plus la douleur. C'est vrai que sur le coup ça fait du bien, le temps de récupérer de ces 12h de contractions douloureuses dont 5h vraiment très fortes mais après avoir repris mes esprits, les regrets sont arrivés, j'avais craqué, je n'avais pas été assez forte et maintenant c'était trop tard, je ne pouvais plus revenir en arrière. Les heures ont passé, terriblement longues, je ne ressentais plus rien, je ne vivais plus mon accouchement. Vers midi, re-tv et la elle me dit que ma fille regarde le plafond et que c'est ça qui ralenti le travail, elle m'attache donc la jambe gauche pliée sur le côté pour faire bouger ma fille, une demi-heure plus tard, gygy est venu me voir, m'a détaché en lui demandant pourquoi j'étais comme ça, il a fait faire 1/4 de tour à ma fille avec ses doigts et m'a dit qu'elle ferait le reste toute seule. A 13h30, je sentais comme si ça poussait et en regardant le monito, j'ai compris que c'était à chaque contraction, j'ai appellé la sf, qui m'a dit qu'elle me préparait pour l'expulsion.Elle a démonté les pieds du lit, à monté les repose jambes et en 2 temps 3 mouvements, j'avais les pattes en l'air. Gygy est arrivé et j'ai commencé à pousser d'après ce que je sentais. Apparemment, ma péri était super bien dosée et je sentais bien quand pousser, j'ai senti la brûlure au passage de la tête, gygy m'a fait toucher ^la tête de ma fille pendant qu'elle sortait, ça a été magique, les larmes sont montées à ce moment-là, ensuite une fois les épaules passées, j'ai pris ma fille moi-même pour la mettre sur mon ventre. La sage-femme a aspiré sont nez, j'ai cru mourir. Elle l'a habillée sur moi et me la juste prise pour la peser et la mesurer, 3kg240 pour 48 cm. J'ai fait une hémorragie de la délivrance mais pas trop grave et j'ai eu 3 points pour des éraillures. Avec le recul et tout ce que je sais aujourd'hui, je me dis que je suis chanceuse, j'ai joué toutes les cartes pour que ça finisse en césa ou au moins ventouse ou forceps avec méga épisio comprise dans le pack et tout s'est bien passé. Pour ma fille, c'est vrai qu'elle a eu une naissance plus violente que son frère et sa soeur mais elle s'en tire bien aussi, elle n'a presque pas pleuré à la naissance, a tété de suite, elle a toujours été calme, elle a fait ses nuits à même pas un mois et aujourd'hui c'est une petite fille en super forme et très épanouïe et pour ça aussi, je me sens chanceuse. J'ai vécu un accouchement pas réellement justifié, que j'ai accepté pour la seule et simple raison que j'étais fatiguée et pressée d'avoir ma fille si désirée dans les bras et j'ai eu la chance d'échapper à toutes les complications que peut entraîner un déclenchement. Voilà, c'était un accouchement très médicalisé, où je n'ai rien eu à dire, où j'ai subit mais quelque part c'est parce que je l'ai vécu que j'ai voulu autrechose pour mes deux suivants, je savais ce que je voulais mais surtout ce que je ne voulais plus.Même si il ne représente pas l'accouchement rêvé, c'est ce jour là que j'ai rencontré ma merveille, c'est ce jour là que je suis devenue maman et ça reste un jour inoubliable, magique.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


158865
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

37 ans et essai bebe 3 - grossesse apres 35 ans

image

Salut oryal 24 et tricorne 77. Moi aussi je me pose plein de questions et souvent je doute. A certains moments, j'en arrive même à me demander si c'est une bonne idée. On a quitté le monde de la toute petite enfance avec nos deux ainés et avec...Lire la suite

Essais bebe apres geu - desir d'enfant

image

Il faut qu'on se soutienne ! Depuis ta geu as tu fais des examens ? As tu été suivie psychologiquement ? Moi dessus j'ai un doute je fais t'est pipi et pds qui reste malheureusement négative. Et je suis aller voir une psy une seule fois mais je...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages