Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Après 1 mois de vacances au soleil dans le sud de l'espagne.

Témoignage d'internaute trouvé sur france5 - 20/08/10 | Mis en ligne le 29/07/12
Mail  
| 66 lectures | ratingStar_282714_1ratingStar_282714_2ratingStar_282714_3ratingStar_282714_4
Bonjour les filles, ME VOILA DE RETOUR !! Après 1 mois de vacances au soleil dans le sud de l'Espagne. PETITE SEVE : Tout d'abord, avant de vous parler de moi, j'ai lu tout vos messages en rentrant hier et je suis plusque navrée de lire le récit de Séverine. Je suis tellement tellement tellement désolée pour vous, si tu savais… Et comme je comprends ton désarroi, ton effrondrement et ta tristesse immense et profonde. Enormes pensées à Lily, quel joli prénom. Saches que nous sommes là, nous te comprenons à 250% et tout ce que tu écris c'est complétement ce que j'ai ressenti, ce que je ressens. J'ai pleuré en lisant ton post ; c'est une tragédie sans précedent et absolument personne ne peut comprendre ce que nous avons vécu et ce que nous vivons (et cela se confirme avec les mois qui avancent) ; et le temps n'effacera pas la douleur ni la perte de nos enfants. A tout jamais nos vies ont changé ; nous sommes mamans d'enfants décédés. Et nous devons vivre avec ce drame. Je pense très très fort à toi ; à vous les filles. Vous qui m'aidez à aller mieux, vous qui me soutenez, vous qui me réconfortez et SURTOUT vous qui me comprenez, vous qui avez vécu ce que j'ai vécu. Je ne suis pas seule avec vous. MERCI pour votre chaleur et votre amitié même si elle est virtuelle. MES VACANCES et MON ETAT D'ESPRIT : Très mitigé je dois dire. Les 10 premiers jours ont été extremement dur, je pleurais tous les jours et même pour mon mari ce n'était pas facile. Me voir sur la plage en maillot de bain, sans gros ventre en me disant il y a 4 mois j'ai accouché ! Qui peut imaginer sur cette plage, qu'il y a 4 mois j'étais en train d'accoucher de mon petit garçon qui est décédé dans l'heure de sa naissance ? De quel droit suis je au bord de la mer, au soleil, en vacances alors que mon bébé est décédé et enterré ; et surtout à 2 000 km de moi ? Pourquoi toutes ces femmes sur la plage ont elles un gros ventre et pas moi ? (le pire c'est qu'elles sont très normbreuses). Pourquoi sont elles si insouciantes, heureuses et à des KM de ce que je vis ? Pourquoi ce sourire radieux sur leurs visages ? Un sourire que je n'aurais plus jamais… Pourquoi mon accouchement me parait loin ? Pourquoi je suis seule ? Pourquoi mon bébé ? Mon petit garçon tant révé. Sans compter cette énorme culpabilité… En Espagne (je le sais bien car mon mari est espagnol et que la mentalité est différente de celle de la France) , l'handicap n'est pas une tare ; il est accepté du moins plus facilement : les gens sont en fauteuil roulant, ils vont à la plage, ils mangent au restaurant, les familles se promenent à côté, ils ne sont pas placés dans des centres spéciaux (certes, les moyens sont différents, le système de santé est différent ; mais au final c'est la famille qui prime peu importe si on accouche d'un enfant handicapé ou sans handicap) … J'ai énormément réfléchi. Moi qui ne culpabilisais pas trop sur le choix de l'IMG du fait que j'ai accouché seule sans cytotec sans foeticide et que mon bébé est né vivant ; m'a fait réfléchir. Je me suis posé énormément question, et de surcroit culpabilisée. Enormement culpabilisée. Même si j'ai accouché seule (sans cytotec) , nous avons signé les papiers d'IMG, donc J'AI demandé d'interrompre ma grossesse et j'ai demandé à ce que mon enfant ne survive pas. Terrible décision. Et si j'avais pu assumer comme tous ces gens qui assument… ? Ne pas demander l'IMG ; mon fils serait là… En même temps, j'ai pensé à ma fille, au regard de ma fille sur son frêre handicapé et le poid qu'elle aurait à porter toute sa vie ; à ma famille, à mon fils également et à la souffrance qu'il aurait enduré (opérations, retard mental, motricité réduite…). Tout s'est mélangé dans ma tête ; un tourbillon d'horreur ; l'envie que le cauchemar s'arrete que je me réveille avec mon gros ventre, et ressentir ses coups de pieds… (que ça me parait loin ; au secours ça me manque tellement). Tout me parait loin, je me demande même si je l'ai vécu ; et puis je me souvenu ; rappelé de tout ; ça fait si mal, ce manque intense, ce vide en moi… Donc les 10 permiers jours n'ont pas été faciles du tout. Et puis, nous avons discuté avec mon mari (à ma demande) , il m'a dit qu'il ressentait pareil, mais qu'il fallait vivre ce drame comme une épreuve ; qu'on oublierait pas, mais qu'il faut avancer ; main dans la main ; survivre pour notre fille ; survivre pour nous, mais aussi survivre pour notre fils. J'ai essayé de relever la tête et j'ai essayé d'avancer. Je me suis sentie mieux les 15 jours d'après. Nous avons pu profiter un peu mieux, se retrouver et penser plus sereinement à notre petit Solane. Au final, mes vacances c'était plutot positif. Difficile mais positif. Par contre, le retour au travail c'est pas simple : pas pour le boulot mais parce que ce que je redoutais tant est confirmé, une collègue proche qui s'est marié il y a 4 mois est enceinte de 3 mois ! L'horreur de la voir épanouie, de l'entendre parler de ses vomissements à longueur de journée, de la voir se toucher le ventre, de l'entendre parler des achats de biberons… Et elle n'est qu'à 3 mois, ça ne se voit pas trop, mais quand on sera en septembre, son ventre sera bien rond et je vais avoir beaucoup beaucoup de mal à la voir, lui parler et surtout l'entendre heureuse. C'est difficile car nous sommes 3 filles dans mon département sur 50 hommes, et ça fait 4 ans que tout le monde fait des pronostics sur celle qui sera enceinte en premier. Et pire encore c'est que nous nous appelons tous les deux CLARA !!! Et que l'assimilation sur les grossesses était encore plus facile. Et d'autant plus dur cette reprise, c'est que plus personne ne pense et ne se rappelle de mon histoire. Tout le monde m'a demandé comment c'était passé mes vacances et quand je dis que c'est difficile par rapport au décès de mon fils, les gens me disent "ah oui c'est vrai ; mais bon maintenant il est temps de passer à autre chose". L'autre fameuse Clara m'a même dit "tu sais moi, c'est comme toi, j'ai fait une grossesse extra utérine 15 jours avant mon mariage, ça a été dur sur le coup et 1 mois après j'étais de nouveau enceinte. C'est dur sur le coup et après ça va." Comment peut on comparer une GEU, une FC avec nos histoires ? Ça me met la haine, la rage. Ou quand on me sort "ah bon je ne savais pas que tu avais accouché" !!! Bah comment voulez vous que je sorte mon bébé ? Par le nez ? !!!!! Ça me rend dingue. Personne ne peut comprendre, et plus le temps passe, plus les gens me prenennt pour folle d'y penser encore !! C'est complétement fou ces réactions. Ça me rend dingue et tellement malheureuse. Je vous embrasse fort les filles. Tendres pensées à nos bébés disparus trop vite et bien trop. CLARA.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


282714
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages