Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Besoin de conseil : être l'enfant "d'après"

Témoignage d'internaute trouvé sur france5 - 15/10/11 | Mis en ligne le 10/04/12
Mail  
| 204 lectures | ratingStar_239455_1ratingStar_239455_2ratingStar_239455_3ratingStar_239455_4
Bonsoir… Je remonte ce sujet après un an, mais je viens de tomber dessus. Je suis une "enfant d'après" d'une trentaine d'année. Je préfère dire "je suis une puinée", puisque ma soeur était l'ainée. Voici mon témoignage : J'ai su assez petite (4-5 ans) que mes parents avaient perdu un bébé avant moi, et, croyez moi, j'ai compris ce que ça voulait dire, n'en déplaise à Rufo . Je me souviens encore de cet instant… Mais j'ai complètement occulté ce décès. Ou plutôt, le deuil ; j'étais au courant, je pouvais en informer les gens, mais j'en étais assez détachée. Les rares fois où ma mère abordait le sujet, je regardais mes chaussures et je ne répondais rien. Comme si cela ne me concernait pas. Je n'ai jamais posé de questions et je n'ai donc presque aucun détails. Je connais néanmoins son prénom (ce qui n'est pas rien) , et à quel "âge" elle est partie (peu après la naissance). Parallèlement, plus je grandissais, moins je me confiais à mes parents avec qui j'ai de très bonnes relations par ailleurs. Je leur dis beaucoup de choses, ils m'en disent beaucoup, mais quand arrive le domaine de mon intime, je me ferme complètement. Il y a quelques mois, j'ai eu l'occasion de rencontrer un psychologue dans le cadre de mon travail. J'y ai été par pure curiosité. 4 rendez-vous et pas mal d'introspection plus tard, tout est sorti comme un boulet de canon : comme j'avais une soeur (je savais même pas que j'avais le droit d'utiliser ce mot) , comme je n'étais pas l'ainée, Comme je me sentais responsable de la mort de ma soeur, comme je n'avais jamais pleuré cette mort, comme j'avais souffert de ce départ. J'ai compris aussi que dès toute petite, je n'avais pas voulu faire souffrir davantage mes parents et m'étais glissée dans le rôle de l'enfant modèle, sage et irréprochable. Et que, toujours pour ne pas rajouter à leur souffrance, j'ai appris à ne pas leur exprimer la mienne, d'où mon incapacité aujourd'hui à leur partager l'intime. Jusqu'à ce jour toujours, je n'arrive pas à leur parler de cette prise de conscience. À leur dire que j'ai occulté cela pendant de si longues années, qu'il s'agit aussi de ma douleur. J'ai lu d'autres témoignages de puinés qui décrivent cette incapacité à partager les choses intimes pour "préserver" des parents déjà endeuillés. Je ne saurais que conseiller aux mamans qui ont posté ici. D'en parler avec leurs enfants, en verbalisant le fait qu'ils ont le droit d'aller mal et d'en parler à papa et maman, qu'il y a assez de place dans le coeur de papa et maman pour entendre leurs chagrins aussi. Je dis verbaliser car évidemment que mes parents le pensent profondément ! C'est juste un mécanisme interne et idiot chez moi qui a voulu "ne pas en rajouter"… De ne pas considérer comme des enfants de remplacement évidemment !!! Je ne sais pas qui a eu ce conseil destructeur de donner le même prénom… Saviez vous que Dali était un "enfant d'après", conçu pour remplacer un ainé décédé, aîné qui s'appelait Salvator ? Ce n'est un secret pour personne que Dali était pas très équilibré ! Voilà ! Par rapport à la question de base, Je rajoute que vu ce que je lis, la petite Aure n'y verra pas cela et elle se sentira aimée pour qui elle est. Et à mon sens c'est une très bonne chose que de reprendre les gens qui la disent unique. Je n'ai pas accordé à ma grande soeur la place qui lui revenait (sa place d'ainée) et je m'en voulais inconsciemment. Courage aux maman formidables !!
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


239455
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages