Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Bloqué sur un programme d'autodestruction

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 201 lectures | ratingStar_267114_1ratingStar_267114_2ratingStar_267114_3ratingStar_267114_4
Hello tout le monde ! C'est mon premier post içi, je suis tombé sur ce site par hasard, et je trouve que le forum est excellent du fait des nombreux témoignages, des bonnes ou mauvaises expériences de certains, des problèmes ou troubles vécus par d'autres, et tous ces conseils pour y remédier… Ce qui me plait, d'autant plus, c'est que ça permet de rester anonyme. Parler de mes problèmes dans la vie de tous les jours à qui veut l'entendre est assez dur pour moi, dans la mesure où une fois sur trois je finis en larmes, mes interlocuteurs ne sont pas toujours très compréhensifs (où ne vous prennent pas au sérieux) , et ce que je redoute le plus c'est la compassion de certains. Je suis un homme, et j'ai 19ans. J'ai eu une enfance assez chaotique, un père alcoolique et ultra violent, qui me rabaissait souvent ; ma mère a toujours était là pour moi, et elle l'est encore aujourd'hui forte heureusement car je lui dois tout, même le fait d'être encore de ce monde à l'heure actuelle. J'ai l'impression que la mort me guette, j'y pense très souvent et ce depuis près de 10 ans, j'ai commencé tôt (vers 8ans) a devenir impulsif, lorsque j'étais énervé je frappais à coups de points sur les murs, où je cassais des objets, appareils… les années passaient et je faisais des choses moins anodines, boire du white-spirit, scarification un peu partout sur le corps avec des compas, cutters tout ce qui me tomber dans les mains.. Ensuite les évènements dans ma vie ce sont un peu bousculés, Sans entrer dans des détails glauques et inintéressants, à 16 ans mon père me jette à la rue, sans raison, j'apprendrais beaucoup plus tard qu'il n'avait jamais désiré avoir d'enfants.. Je suis " récupéré " par quelqu'un de la famille, mais très vite je dois partir, et retrouver ma mère et mes 2 soeurs, ces dernières avaient quitté le foyer familiale pour vivre à 50 km de là… J'apprendrais alors que ma mère a rencontré un homme sur un site internet très connu, et qu'il va nous " aider ".. En effet, il nous avait trouvé un appartement de 100m² dans une banlieue très bourgeoise, pour moi c'était un nouveau départ mais (une expression bien à moi : "après la colonisation la sodomisation" je pensais que nous resterions à 4 dans ce bel appart, en plus j'avais ma chambre !! (chose que je ne connaissais pas.. Ainsi que de l'intimité ! ). J'avais 17ans, et nous étions 5 dans cet appart qui ressemblait plus à un appart de ministre avec tous ces tableaux, statues, bouteilles de vins rouge.. Il était riche, et je pense que ça faisait partie des intérêts de ma mère, je la comprends : elle n'a toujours connu que la misère et les coups. Elle avait enfin quelqu'un qui veille sur elle, qui la gatte, et qui l'aime. Mais, il est impossible de m'acheter avec de l'argent ou des choses matérielles, partant du principe, que je me suis toujours contenté du minimum et parfois même je ne m'en contentais pas car il n'y en avait pas, par ailleurs je n'étais pas prêt à avoir un nouveau père d'autant plus qu'il est très stricte et très vieux (et quand on est ado…). Ma mère, une fois revenu du travail et après dinait passait son temps avec lui, il était devenu une contrainte pour moi, j'étais seul, et dans ma chambre. C'est alors que mes pulsions suicidaires refont surface, je songeais plusieurs fois à me suicider, mais faire souffrir ma mère… (elle a déjà perdu 2 enfants il y a longtemps). Très vite, je commençais à vivre dans le mensonge, très vite je commençais à toucher le fond, je frappais ma tête contre les murs, cette fois-ci je cognais mon visage pour y laisser une trace (un appel au secours, sans doute) , je n'avais plus le droit de manger en famille (pour une raison XY) , je restais dans mon lit avec mon gros casque à m'exploser les oreilles en écoutant de la musique à très haut volume, parfois je ne mangeais pas, j'avais perdu l'appétit (mon cerveau était bloqué sur un programme d'autodestruction, afin de me renfermer dans une bulle, ne plus calculer personne et me faire du mal.. Aujourd'hui, je suis maigre et j'ai des problèmes d'audition d'ailleurs). Un dimanche, ils sont à table et moi, je fais mes valises. C'était lui ou moi, et c'était surtout à défaut de ne " pouvoir " me donner la mort ; je ne pense pas n'en être pas capable, je l'ai expliqué précédemment.). J'avais tout prévu, j'avais fait ça tellement bien… Je partais vivre chez un pote de classe avec qui j'avais de très bonnes affinités ainsi qu'avec sa mère. Mais, sans savoir que c'était véritablement là que mes réels problèmes commençaient. Je vais passer certains détails et faire court. Je finis mes études à 18 ans, sans diplôme car je n'ai jamais, dans les conditions dans lesquelles j'ai vécu pu travailler de façon tranquille et régulière. Je rentre dans le monde du travail, ou plutôt dans le monde du bétail parce que lorsque vous n'avez pas de bagages (mais sans vouloir me jeter des coquelicots, je ne suis pas si con que ça non plus, je pense ..! ) eh bien il faut avoir un mental dur comme de l'acier trempé, mais avec ce que j'avais vécu auparavant… J'entre dans un secteur d'activité, où l'on bosse le jour et la nuit, où il y a une concentration de junkies, et ça fait très peur.. Rapidement et le cerveau toujours "programmé" dans un système d'autodestruction, je tombe dans le cercle des médicaments, xanax et autres anafranil.. Toujours mélangés à de l'alcool, heureusement très vite, je cesse.. Je cesse pour passer à l'ecstasy, encore plus nocifs pour l'organisme, et de plus je fume du shit, bois à outrance, sniffe de la cocaïne occasionnellement, inhale de l'eau écarlate à mes heures perdues, et passe de scarifications à brûlures de cigarettes qui elles, ne partent pas avec le temps. Bref, je commençais à m'installer dans une dépression dont aujourd'hui près de 2 ans plus tard, j'ai l'impression de toujours vivre (?) ,subir (?) , j'ai les mêmes pensées qu'autres fois, les mêmes pulsions, les mêmes idées noires. J'ai complètement cessé la prise de médoc, d'ecsta et autres cochonneries mais. Je fume beaucoup plus qu'avant, ce qui m'enfonce encore plus dans ma dépression, (et dans ma bulle, d'ailleurs j'ai perdu beaucoup d'amis) bientôt je quitte ce secteur d'activité.. Bientôt pour moi, peut-être et je l'espère une mise à jour de mon cerveau et une remise à niveau mental, et physique. Aujourd'hui, j'ai mon petit studio, j'assume, mais je n'ai toujours pas d'intimité car une de mes soeurs vit avec moi pour cause : elle n'en pouvait plus de ce " pseudo-beau-père" , et bientôt pourquoi pas la 3ème.. Mais comme on dit la famille passe avant tout. Si, je raconte ma vie de la sorte et, je sais au combien que c'est indécent car il y a toujours plus "pire" et plus triste que soit c'est sûr, et si seulement je pouvais essayer de raisonner certains à propos des drogues et autres saloperies (et Dieu sait que j'ai vraiment fait le tour, et je ne suis pas fier du TOUT de moi) , ou bien avoir le plaisir d'obtenir des témoignages de personnes ayant eue une enfance brutale, parfois dure. Qu'êtes vous devenue ? Comment avez-vous gérez cela ? Suis-je inexorablement obligé de consulter un psychologue pour m'en sortir et effacer ces idées noires qui paraissent indélébiles ? Merci d'avoir prit le temps, pardon pour la longueur de mon récit.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


267114
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages