Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Bm, sentences qui sonnent comme une condamnation. me sens pas marâtre

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 100 lectures | ratingStar_268207_1ratingStar_268207_2ratingStar_268207_3ratingStar_268207_4
Coucou tout le monde… Ça fait 3 fois en une semaine, qu'à travers l'histoire de mon fils, on me dit : La relation BM/BE est très compliquéeLes BM sont souvent jalouses de l'ex mais aussi des enfantsLes sentiments des BM à l'égard de leurs BE sont souvent ambigus et compliqués, ce n'est pas facile… J'ai été BM deux fois déjà… je ne me reconnais pas là dedans, pas plus que dans ce que vous vivez, toutes autant que vous êtes, plus je vous lis et plus je me sens sur une autre planète… 1ere fois, BM de 3 enfants en bas âge (des jujus nés en plein divorce) , je connaissais l'aînée depuis 2 ans, je l'avais élevée avec mon fils du même âge durant ces 2 ans… Suite aux manipulations de Mme EX, comme certaines d'entre vous, nous l'avions évoqué sur d'autres fils, nous avions renoncés à les prendre, pensant les protéger… Mes contacts avec les jujus ont été sporadique, en revanche, l'attachement à l'aînée était très fort, vous vous en doutez et ça reste une blessure vive pour moi et je rêve de la revoir un jour… 2ème fois : 2 enfants dont une ado… ah… pas simple, je n'avais jamais eu affaire avec une ado, moi, en plus une fille. Oh ! Elle m'a rejetée au début, elle était distante et froide et j'ai trouvé le moyen de briser la glace, je l'ai laissée venir à moi, je l'ai apprivoisée, là encore… un lien hyper fort et qui perdure malgré la rupture d'avec le papa. Avec le garçon… début assez difficile, l'impression que ce garçon n'était pas "tenu", pas "cadré", difficile à approcher aussi tellement il est enfermé dans le monde des jeux vidéo. C'est toujours un peu le cas, d'ailleurs mais c'est un garçon que je prends plaisir à voir de temps en temps et voir son évolution… Je n'ai jamais éprouvé de haine, de jalousie, aucun sentiment négatif à l'égard de ces enfants-là… parfois j'éprouvais de la colère à certains comportement, mais rien de plus. Là, je découvre chez la BM de mon fils un truc que je ne conçois pas. Il semblerait, d'après ce que me dit mon fils, que sa BM en avait après moi, qu'elle me jalousait et s'en est pris à mon fils par jalousie envers moi Elle m'a reproché mon niveau scolaire (je viens d'apprendre que son niveau d'étude est le CM2 ) , mes grands mots et mes belles phrases (et merde ! Je ne vais pas en plus m'excuser d'être éduquée et cultivée… si ? ) et en fait, ce qu'elle tentait de faire, c'est de détruire tout ce que j'avais construit en mon fils, elle voulait le modeler à SA façon. Elle aurait du se rendre compte qu'avec mon fils, il n'y avait plus que les détails à traiter… en 13 ans, son éducation est faite et bien sûr, l'ado s'est rebellé déjà, on ne touche pas à Môman ensuite, on ne démolit pas chez un enfant une part de lui aussi facilement, encore moins avec l'éducation que j'ai donné et donne encore à mes enfants… Mais je ne comprends pas son attitude, vraiment pas… D'autant que le papa de mon fils, sa BM et moi communiquions aisément depuis bien 4 ans, régulièrement et qu'on s'entendait bien. Le père de mon fils m'avait même dit à plusieurs reprises : "je ne l'embête pas quand il vient à la maison, je vois l'éducation que tu lui donnes et je n'ai rien de plus à faire"… de fait, effectivement, en 12 ans et des brouettes, j'ai quasiment élevé mon fils seule… le père n'a jamais participé à l'éducation de son fils. Je comprends encore moins qu'on s'en prenne à un enfant de la sorte quand on a une dent contre l'un de ses géniteurs… personnellement, j'en serais bien incapable. Pour moi, l'enfant a toujours été au centre de mes préoccupations, qu'il soit le mien ou non… les adultes passent après. Quand ma BF-ado se confiait à moi en se plaignant de sa mère, allant jusqu'à dire qu'elle voulait vivre avec moi et ne plus revoir sa mère, j'ai toujours défendu sa mère, expliqué que si elle était en colère contre elle aujourd'hui, demain serait très différent et qu'elle renouerait le dialogue… "ah ça non ! Jamais ! " Oh la miss… comme j'ai raison aujourd'hui… après 4 ans de galère, elle renoue le dialogue avec sa mère et même à cette dernière où je lui disais de ne pas avoir peur de sa fille et de son comportement, quand je lui demandais d'être patiente parce qu'un jour elle reviendrait naturellement vers elle… je suis heureuse d'avoir tenu le discours que j'ai tenu à cette JFille durant ces 4 années, d'avoir été dans le juste positionnement : je n'aurais jamais remplacé sa mère, malgré un lien très fort entre nous, quasi filial/maternel. A aucun moment je n'ai voulu ni cherché à prendre la place de la mère, même quand sa fille le souhaitait. Je suis en chemin pour une 3° recompo… il n'y a qu'une seule enfant, très jeune de surcroît… mais c'est compliqué. Et si je résume pour faire court : je vivais avec un homme, pendant plusieurs semaines et pris d'une peur panique est retourné dans sa famille… pour sa fille ! Ils ont une relation fusionnelle, il ne me l'a jamais caché et honnêtement, ça ne me faisait pas peur (j'aurais du ! ) … Mon homme m'a quitté pour sa fille… j'aurais préféré 1000 fois qu'il me quitte pour une autre femme, j'aurais eu moins mal, d'autant que cette rupture a conduit à la situation ultra-difficile dans laquelle je suis aujourd'hui… malgré tout, l'amour étant ridiculement trop fort (à ce point, pour moi, c'est une absurdité ! ) , nous sommes restés en contact, amoureux +++ et malheureux +++ chacun de son côté… jusqu'à un certain point, je n'en voulais à personne de ce qu'il s'était passé, réellement… et puis, à mesure que le temps passait, chaque fois qu'il évoquait sa fille, j'étais irritée au point d'en devenir grognon et provoquer des disputes monstrueuses. En juillet, l'indécision de Monsieur quant à notre avenir m'a fait provoquer une seconde rupture en lui mettant sous le nez que j'avais un autre homme à mes pieds qui n'attendaient qu'un mot pour se jeter à corps perdu contre moi (et ce n'était pas un mensonge) … je suppose que j'espérais une réaction, n'importe quoi… je l'ai eu : rupture pour la seconde fois, lui étant trop jaloux à seulement imaginer un autre homme poser ses mains sur moi, préférant la rupture plutôt que la morsure de la jalousie… J'ai cru sincèrement pouvoir tourner la page cette fois… je me suis investie dans cette autre relation… j'ai revu mon amour, plus pour me confronter à ce que je ressentais et tenter d'avoir des réponses claires à mes questions… mais encore une fois… sa fille sur le tapis, encore et toujours, brandie comme un rempart entre nous, comme un alibi à se plonger dans son propre malheur. Et là, je me suis dit "vraiment rien à espérer, autant faire mon deuil une bonne fois pour toute et passer à autre chose". Ma nouvelle relation, alliée au silence de cet homme parti en vacances seul pour réfléchir et faire un choix (qui semblait là trop tard ! ) a fait que j'ai retrouvé une certaine sérénité… j'étais dans la phase acceptation qui précède le deuil de la relation. Mais c'est durant cette période que j'ai mis le doigt sur mes sentiments à l'évocation de sa fille : la jalousie ! Et ça me tombe dessus… comme ça… à moi qui n'avais jamais éprouvé de jalousie envers quiconque. Je n'ai pas aimé ce que j'ai ressenti, mais alors pas du tout ! Et pourtant ma raison est là, je l'ai entière : cette enfant n'y est pour rien dans ce qui s'est passé, je n'ai donc aucune raison de lui en vouloir… mais j'ai fait ce constat là. Je ne l'ai jamais vue, je ne la connais qu'à travers ce que me disait son père. Une enfant merveilleuse, je n'en doute pas… mais cette jalousie a été pour moi, une réelle impossibilité d'imaginer seulement construire quelque chose avec son père… Puis il est rentré de vacances… Premier jour de contact, j'ai accueilli notre conversation comme une conversation entre amis qui ne se sont pas vus depuis un moment, pas de sentiment particulier et j'ai même pensé que mon amour s'en allait… dès le lendemain, c'est ce que j'appelle un vrai retour de flammes ! C'est brûlant, mais je m'autorise à le vivre sans culpabilité, j'accueille mes sentiments et puis tant pis ! Quelques jours plus tard, il m'annonce qu'il a fait son choix et qu'il veut revenir près de moi. C'est aussi douloureux que la rupture, pour le coup ! Au début, j'ai résisté et je ne savais plus dans quelle direction aller… j'étais paumée ! Ce n'est qu'au bout de 3 semaines qu'on arrive à se voir et 15j après, je rompais avec ma nouvelle relation. J'ai fait mon choix moi aussi, sans savoir si c'est le bon, si ça va aboutir, et surtout où ça va me mener… Maintenant, j'ai peur… oh… pas de redevenir BM, aujourd'hui quand il évoque sa fille et son avenir, je n'éprouve rien… pas de malaise, pas de jalousie, pas de sentiment négatif en somme… Mais j'ai peur de la suite… que l'ex (future) recommence à manipuler comme cela a été le cas au début de notre histoire et a provoqué son départ, peur de ne pas supporter les coups bas qu'il me faudra affronter. Mon homme ne m'en a pas protégé la première fois, j'ai peur qu'il en soit incapable encore, même s'il essaye de me rassurer en me disant qu'il a compris la leçon… Ma confiance n'est pas totalement reconstruite malgré tout l'amour que j'ai pour lui. J'ai peur qu'elle ne m'accepte pas, j'ai du mal à me projeter… je me rends compte en écrivant que j'ai vachement perdu confiance en moi. Mes peurs ne sont que le reflet de cette perte de confiance… je n'avais pas ces inquiétudes avant et plus je lis vos histoires, les belles-mamans, et plus j'ai peur. En plus, maintenant que mon aîné est revenu à la maison, et que le second pourrait lui aussi revenir (Papa très malade qui pourrait se retrouver en situation de ne plus pouvoir s'en occuper) , je ne peux pas me permettre de faire n'importe quoi… Même si ce n'est pas pour demain, j'y pense, j'y réfléchis, je pèse le pour et le contre mais plus le temps passe, plus j'ai peur… tout s'embrouille et me fait douter… Pour en revenir au début de mon post, je ne me reconnais pas dans ces sentences contre les BM qui sonnent comme des condamnations… quand bien même je n'éprouverais aucune affinité avec cette petite fille ou qu'elle me rejetterait, je serais incapable d'avoir des gestes ou des mots déplacés, je serais bien incapable de lui faire du mal et même seulement d'y être indifférente… Je vais me coucher, mes idées continuent de s'embrouiller… dites moi vos sentiments, nos commentaires, votre opinion… Bonne nuiiit.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


268207
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages