Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

C'est d'une richesse l'enfance et l'adolescence !

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 34 lectures | ratingStar_281365_1ratingStar_281365_2ratingStar_281365_3ratingStar_281365_4
Bien d'accord avec toi au sujet des ados, du mal à communiquer, mais peut-être pas forcément à les comprendre, ils s'éloignent et c'est bien normal, ils apprennent à prendre leur indépendance, ils rejettent les codes de leurs parents pour s'en forger à eux dans les cadres qu'on leur aura donné… C'est aussi un plaisir que de les voir atteindre cet âge-là, tous ces changements, toutes ces maladresses, toutes ces possiblités d'avenir vécues au présent. C'est d'une richesse l'enfance et l'adolescence ! Au sujet de mon ex, je ne vois aucun intérêt dans le cas présent à revenir sur l'idée que j'ai pu avoir la folie de l' "aimer"… ce qui compte c'est que les enfants sont aussi de lui. Ça, j'en ai bien conscience figure toi. Pourquoi j'ai vécu et fait des enfants avec lui ? C'est mon histoire, mon "problème" (résolu en grande partie après pas mal de réflexion, d'échanges, de douleurs et de prises de conscience) , ce n'est pas le problème des enfants. Eux ils sont là aujourd'hui, fils de leur père qui en l'occurence se comporte mal. Ce père n'est pas la "moitié de mon enfant", comme tu dis. Mon enfant est UN, entier et unique… les enfants ne sont pas des parties de nous ! Cette idée m'évoque la notion d'appartenance, de possession… déplaisant. J'arrive fort bien à penser que mon ex me méprise, qu'il ne me trouve aucune qualité, d'autant qu'il me le rappelle casiment tous les jours en ce moment (par sms ) que je suis nulle, trop conne et que je ne comprends rien … bien sûr que j'arrive à le penser . Parce que je l'ai entendu me le dire, parce qu'il l'a écrit à mon entourage, parce qu'il me l'a asséné en présence des enfants, parce que les enfants m'ont rapporté ces petites phrases assassines, parce qu'aujourd'hui encore (7 ans après, pfff je me répète) il m'envoie de ces sms… un régal pour qui veut perdre confiance se plonger dans le négatif, se dire qu'il est vraiment nul, du bonheur pour un maso. Moi c'est pas mon truc, je souhaite avancer dans la vie, pour moi mais aussi pour les enfants. Heuuuu, ça fait 7 ans… Je m'en fiche des défauts qu'il pourrait me prêter, je ne partage plus sa vie. C'est son regard sur moi, et sa rancoeur à lui, si ça le ronge ça LE regarde, mais pas moi… à chacun son deuil. Les enfants eux nous aiment tous les deux. Et ce sont eux qui comptent, c'est d'eux dont il s'agit… Mais moi je n'accepte pas d'aller dans cette impasse. Sa vie c'est la sienne, ses ressentis sont les siens, ses émotions, ses tristesses, ses joies… je n'ai plus rien à voir avec lui (assez donné avant). Aujourd'hui il est juste le père de mes enfants, et à ce titre si mes enfants entendent les défauts qu'il me prête (et dont je sais la teneur) devrais-je trouver ça normal ? Ça me paraît très shématique et stéréotypé comme raisonnement. Les enfants n'ont rien à voir là dedans, point. Rien à voir dans les rancoeurs qu'on pourrait avoir l'un et/ou l'autre, et encore moins dans l'expression de ces rancoeurs. Le pauvre chéri oui, il n'arrive pas peut-être à admettre notre rupture … et ? Donc on devrait continuer à subir son manque de maturité, de discernement, de responsabilité, de capacité d'assumer, que sais-je encore ? Pendant combien de temps ? Il faudra bien que ça s'arrête un jour. Tu sous entends qu'il pourrait se sentir désavoué. Et donc, normal, "il passe par ses enfants pour t'atteindre"… normal donc ? "comme beaucoup de parents". J'aimerais bien connaître des cas de ce genre, ce qui a fait que ça a changé, qu'il ont arrêté de se sentir "désavoué" (décidément ) , pour ne plus se sentir que "plus aimé" rien de bien grave (sauf pour un égo supérieur) , un truc d'adulte en somme. Son déménagement est juste une volonté de mettre en pratique une menace proférée depuis longtemps déjà, parce que lui, justement, sent que les enfants devraient lui appartenir. Et quand bien même il s'agirait d'une fuite face à une vérité qui le blesse doit-il y entraîner les enfants ? Normal ? Et légitime ? Excusable ? Je ne devrais pas réagir, avoir quelque réticence à laisser faire les choses sans état d'âme, parce que son petit coeur est toujours blessé 7 ans après ? Pas très cohérent … Et je ne vais pas me plonger dans son malaise à lui, pour soigner les enfants de ça ? Les enfants ils cicatrisent plus vite qu'un adulte comme ça, du moment qu'on les soutienne et qu'on les aime, qu'ils savent qu'ils peuvent s'aimer eux mêmes et penser à eux. "Plus cette partie de lui est désavouée" dis tu … voudrais-tu dire que tu penses que je désavoue cette partie là ? Décidément "désavoué" . Est ce qu'il est compréhensible ou au moins envisageable que je ne rejette pas le "choix" de mon fils ? Si ce choix est vraiment LIBRE (comme un vrai choix quoi) et non pas orienté par le malheur d'un père qui se sentirait "désavoué" donc et incapable depuis 7 ans de gérer sa blessure d'égo ? Ce n'est pas aux enfants de prendre en charge les bobos de leurs parents. Je crois que j'ai dit tout ça dans mes posts ici… suffit de lire. Enfin, je crois. Tu sous entends que j'aurais pu avoir le même comportement que l'ex de ton mari… Décidément… Que j'aurais profité moi aussi de l'occasion de son déménagement pour le critiquer vers les enfants, et que ça expliquerait pourquoi il en a fait la "surprise"? Etonnant que je sente, à te lire, cette transposition… Entre 4 mois et 1 mois (et encore, je suis large peut-être) pour annoncer un déménagement … il y a un monde. Ceci dit, c'est vrai, mon ex déménage tous les ans, les enfants y sont "habitués" (et moi aussi par la même occasion ). Cette fois, il sait depuis fin 2008 qu'il change de région, et depuis mars où il est "basé"… ça fait un bail, ou non ? Perso, je n'ai pas l'intention de m'immiscer dans sa vie privée… sauf lorsqu'elle implique les enfants, qui sont déjà fatigués de tous ces trajets. Et de l'entendre déblatérer sur moi, ses logorrhées doivent être indigestes à force. S'il n'en a pas parlé avant c'est seulement pour éviter que je pense à intervenir auprès du lycée et empêche sa demande de radiation. Il a simplement tenu la "promesse" qu'il a faite à son fils… rien de plus, rien de moins, et manoeuvré adroitement dans ce sens. Maintenant il a envoyé un courrier au juge lui demandant juste de valider ces modifications : tout prévu, millimétré, le juge n'a plus qu'à signer . Et il remet en cause toutes les décisions prises par le tribunal jusqu'ici. Il n'est même pas question là de rivalité, il s'agit de vengeance, et d'instrumentaliser les enfants pour arriver à matérialiser sa haine de moi en quelque sorte. Rien n'ayant vraiment "marché" avant. Je ne suis pas sa rivale, je suis son ex, ET la mère de ses enfants… est ce qu'il n'a pas de respect pour ça ? Pour ses enfants j'entends ? Au fait, il m'a aimée un jour lui aussi, pour me faire trois enfants. Non, tous les enfants de divorcés ne sont pas des écorchés vifs… et les miens ne le sont pas, malgré la situation plus qu'inconfortable. Pourquoi viser l'extrème, et la généralité quand on parle d'une expérience précise ? La rivalité c'est plutôt sain quand les enfants apprennent à se positionner et à penser à eux d'abord, du moment que les deux parents les laissent libres, qu'ils sont responsables à eux seuls de leur rivalité, et qu'ils gèrent en adulte, sans déborder sur les enfants. Je ne cherche pas à savoir ce qui se passe là bas. Ce qu'ils font, ce qu'on leur dit… c'est leur vie avec le père qu'ils ont et avec qui ils devront faire. Ils me parlent spontanément de choses qu'ils font avec lui parfois, de ces bonnes choses, et des mauvaises aussi (mais ils ne s'y attardent pas, et moi non plus… sauf lorsque j'ai découvert au détour d'une conversation de ce genre que le plus petit développait ce qui ressemble à des tocs… ce qui les blesse me touche, le reste c'est leur vie avec leur père.). Leur jardin secret peut-être un trésor. S'ils me cachent des choses, malgré tout, peut-être pourrait-on envisager que des secrets soient bien lourds à porter pour leurs petits coeurs ? Mais je ne leur demande rien. De quelles réactions parles-tu ? Ce que je dis ici, je ne l'ai pas dit aux enfants. J'ai simplement tenu à expliquer à mon fils que les choses ne devraient pas se passer comme ça. Je me sens trahie peut-être, tu as raison, mais pas par mon fils, c'est pas sa faute à lui, je sais d'où ça vient. Toutefois, cette idée de trahison n'est pas tout à fait juste, je sens juste une nouvelle "attaque" de mon ex, et une lassitude à le voir s'échiner contre moi depuis 7 ans. Son discours n'a pas changé, ses messages sont toujours plein de haine à mon égard, de mépris, insultants. Et qu'il bringueballe les enfants là dedans ne m'inspire pas de mansuétude vois-tu ? Je ne fais rien pour retenir mon fils chez moi… et je sais qu'il va en entendre des vertes et des pas mûres là bas. Je souhaite juste qu'il a eu le temps d'apprendre à penser par lui même. En gros, je souhaite que mon fils soit plus responsable que son père.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


281365
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages