Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comportement difficile à appréhender.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 02/12/10 | Mis en ligne le 24/05/12
Mail  
| 92 lectures | ratingStar_258816_1ratingStar_258816_2ratingStar_258816_3ratingStar_258816_4
Phoenix > Citation : Simplement en te lisant, j'ai eu à peu près le même ressenti que PasSagErre… Pas d'émotion, pas d'implication, pas de magie, pas de ressentis, de sentiments, rien ! ET surtout pas d'échange !!! Peut-être que c'est ce que je fais passer dans la manière dont j'écris et dont je m'exprime, mais il n'en n'est rien. Si je ne me suis pas trop impliquée émotionnellement en écrivant, c'est que je n'en voyais pas l'intérêt : je ne voulais pas parler de ce que je ressentais, ni tenter une analyse de mon comportement à la base, mais essayer de comprendre ce que lui ressentait. Du coup, inclure mes propres sentiments dans ce que j'écrivais me semblait inutile. De plus, je passe mon temps à écrire des textes dans lesquels on me demande d'être la plus neutre possible, et sans doute cela devient-il une habitude… mais ça n'est pas parce que je ne l'écris pas que je ne le ressens pas. Et en ce qui concerne les exemples que tu as relevé… j'ai envie de dire que, sans doute, je n'ai pas assez bien décrit la situation. Je trouvais déjà mon texte tellement long. Citation : Il ne m'a pas serré dans ses bras : Cela n'empêche pas que je sois allée vers lui par moments. Citation : J'ai décliné l'offre une première fois, puis j'ai accepté… Sans doute aurais-je dû préciser le contexte… J'ai décliné l'offre parce que j'avais cours ! On avait prévu d'aller faire du tir à l'arc, et il a très bien compris que ça m'ennuyait de ne pas pouvoir y aller. Je ne l'ai pas décliné par envie cette invitation, mais parce qu'il le fallait… et il le savait. D'ailleurs, nous avons tout de suite postposé le rendez-vous. Citation : Je lui ai bien spécifié qu'une amie serait là (Dans la tête d'un homme ça donne : elle n'a pas envie d'être seule avec moi… ) Encore une fois, j'ai dû mal m'exprimer, et surtout, je n'ai pas expliqué dans quel contexte cela s'est produit. Une amie avait fait plus de mille bornes pour venir me voir… et elle passait la semaine chez moi. Quand il m'a croisée en rue, elle était déjà avec moi, et dans les messages que nous avons échangés par la suite, il était clair qu'elle dormait chez moi. Quand il m'a proposé d'aller voir un film, je lui ai juste rappelé qu'elle dormait chez moi et que je n'allais pas pouvoir la laisser seule… il a insisté pour que nous venions quand même. Que pouvais-je faire de plus ? Je n'allais pas y aller et la laisser là ! Quoiqu'il en soit, nous en avons reparlé et il m'a dit que, effectivement, c'était lui qui n'avait plus pensé au fait qu'elle était là et que je n'avais rien à me reprocher. Citation : D'où d'ailleurs : Dis j'aurais aimé que tu viennes seule… Le fait que je n'aurais pas pu venir seule ce soir là ne change rien au fait qu'il aurait aimé, c'est certain. Citation : Et toi : "j'ai pas relevé… " Et pourquoi donc ? Par timidité sans doute. En réalité, à ce moment là, je lui ai répondu que je savais, que j'en étais désolée mais que je ne pouvais vraiment pas venir seule ce soir là, et qu'il le savait bien avant de me le proposer… c'est là qu'il m'a dit que c'était vrai, mais qu'il n'y avait plus pensé, voilà. Quand je dis que je n'ai pas relevé, c'est surtout que je n'ai pas osé dire quelque chose du genre "Moi aussi"… Citation : "J'attends quelques secondes, en rigolant de temps en temps (la situation m'amusait un peu, j'avoue) et il finit par m'embrasser à nouveau. Je me redresse, change d'avis, l'embrasse à mon tour, et puis m'en vais. " Bon, effectivement, je n'ai pas du tout réussi à rendre les choses telles qu'elles s'étaient passées… En gros, j'ai réveillé, lui ai dit que j'allais partir, et j'ai attendu qu'il se retourne. Je me suis mise à son niveau, il s'est retourné, et moi je l'ai regardé somnoler en "rigolant" car c'était mignon de voir à quel point il avait du mal à émerger (soit dit en passant, nous rigolions tous les deux, ça n'était pas de la moquerie, mais juste un partage). Je l'ai laissé somnoler en continuant à le regarder un peu, et c'est là qu'il m'a embrassée. J'ai répondu à son baiser, puis il s'est recouché. Alors là, je me suis redressée pour partir et lui ai dit au-revoir. Seulement, je ne suis pas partie tout de suite, j'ai continué à le regarder. Il a finit par me demander si j'étais toujours là, je lui ai répondu que oui, j'ai continué à le regarder un peu, avant de finir par l'embrasser, parce que j'en avais envie. Ensuite, je lui ai souhaité une bonne journée, me suis redressée à nouveau, lui ait fait un bisou sur le front et oui, je suis partie, parce qu'il le fallait. … bref, tout ça pour dire que, même si les choses passent peut-être pour avoir été froides au vu de ce que j'ai écris, ça n'était en réalité pas le cas. Citation : A sa place j'aurais vraiment eu l'impression de ne pas te plaire, que tu t'en foutais… D'être un meuble, un opportun, que limite (j'exagère) lol tu avais peur que je te viol… Sincèrement… en me relisant, je peux comprendre que tu aies ressenti les choses ainsi… mais voilà, je ne pense pas avoir été si froide et éloignée que ça. Je ne dis pas n'avoir pas eu des tords dans cette histoire, mais ça n'a pas été aussi loin pour autant. Citation : En te lisant, et vu l'argumentation que tu sorts, tu me donne le sentiment de refuser un seul instant de croire que tu puisses toi avoir merdé, que c'est ton propre comportement, l'attitude que tu as eu envers lui…Qui a provoqué ces réactions là ! Ça n'est pourtant pas le cas, puisque je dis me remettre en question sur le fait que je sois partie, etc. Seulement, si j'accepte que je puisse foirer, j'essaye de comprendre pourquoi… et essaye de trier le pour et le contre. Quand vous me dites que peut-être le fait que je sois partie lui ait fait l'effet d'un "je m'en fous", je veux bien y croire et me dire que c'est peut-être effectivement le cas… quand vous me dites que je ne ressens rien, au vu de mes inquiétudes, je ne vais pas acquiescer - car c'est faux -, tout comme je ne vais pas dire que je me sois comportée de manière totalement froide… certes, je suis timide et c'est mon défaut, ça a pu le rebuter, certes j'ai eu quelques hésitations, et certes le fait que mon amie soit là est mal tombé, ou encore le fait que je doive partir le matin mal venu… certes, cela est possible, certes, je devrais peut-être moi aller plus vers lui (et même certainement) mais que ça aille aussi loin que "froide", "distante", "aucune magie", "aucune implication", je ne suis pas d'accord… c'est sans doute comme cela que mon texte a fait passer les choses, mais cela ne reflète pas la réalité. Citation : Enfin, et même si je vais peut-être un peu vite en besogne, j'ai le sentiment en te lisant et alors qu'en principe l'éloignement de cet homme devrait t'affecter… Il n'en n'est rien…Encore une fois pas d'émotion… Mais ça n'est pas parce que je ne l'écris pas que je ne le ressens pas… je ne voyais simplement pas l'intérêt, au vu de ma question, de décrire ce que moi je ressentais… Citation : Alors soit : Tu n'éprouves aucun sentiment, aucun intérêt pour lui, et c'est juste le fait qu'il s'intéresse à toi qui te plait. ET son éloignement mettrait à mal ton égo… Non, ça n'est pas ça. Citation : Au contraire, tu es trop émotive, et par mesure de protection tu rationalise tout, histoire de ne pas trop souffrir. Mais, ce faisant tu te coupes de tout ressentis justement, et donc de toute émotion aussi… Et cela se ressent. Peut-être est-ce possible… et même certain dans ma manière d'écrire. Mais voilà, c'est surtout dans ma manière d'écrire que cela se ressent. J'ai tendance effectivement à tout vouloir rationaliser, à ne plus vouloir trop m'impliquer, ou tout au moins à me tenter de me persuader que c'est le cas… ma dernière relation s'est terminée sur des propos qui, psychologiquement, ont été très violents, et sans doute ais-je dû mal à accepter de prendre à nouveau ce risque… d'autant que je sais que, dans un peu moins d'un an, il part à Londres, et dans deux, en Amérique… Seulement, si en façade, quand je parle de moi, cela se ressent très fort, je pense que cela est tout de même moins prononcé dans la réalité, tout au moins avec lui… Parce que justement, je veux tenter malgré tout. Sans doute cela se ressent-il un peu dans mon attitude avec lui, mais beaucoup moins je pense… (bien que je vais y réfléchir). Néanmoins, si jamais je passe comme étant froide, je ne pense pas que cela soit autant que ce que tu l'as décrit… certes, c'est de ma faute car je me suis mal exprimée, mais je tenais à le préciser. Citation : Je te conseillerais donc, plutôt que de discuter pendant des heures, te "justifier"… dire que nous avons tort etc… Le but n'est pas de dire que vous avez tord (d'ailleurs, j'admets que tu puisses avoir raison sur certains points) , ni de me justifier… mais ce que j'ai écrit a suscité des réactions qui s'éloignaient tellement de ce que je ressentais (cf. Le fait que je sois froide, ou encore que je m'en fiche de lui) qu'il fallait que je précise certains points… En vous lisant, je me suis dit "Wouaw, c'est ainsi que j'écris les choses… alors que je ne les vis pas ainsi, c'est dingue ! "… et dans cette optique, les précisions que j'ai apporté au-dessus avaient pour but de décrire de manière plus exacte ce qu'il s'est passé… car au fond, il est vrai qu'il est différent de dire "Je rigolais car la situation m'amusait" et de dire "je rigolais car je trouvais mignon de le voir avoir du mal à émerger, et cela m'amusait, d'autant que ça le faisait rire aussi"… et je m'en rends bien compte. Citation : Lui passer un petit coup de fil, l'inviter quelque part, parler avec lui… Et pourquoi pas… Toi le serrer dans tes bras, et toi… l'embrasser !!!! Serait-ce quelque chose d'infaisable pour toi ? Infaisable ? Je ne crois pas, non. Mais cela reste néanmoins difficile… enfin, l'inviter, pas tellement, lui parler non plus, mais l'embrasser moi-même, un peu plus. Si je m'en fichais de lui, alors ça serait simple, mais comme je ne m'en fiche pas, j'ai peur de me planter. Littlemiss > Bon, je viens déjà de dire ce que j'en pensais. Malayka > Je pense également qu'il y a un peu de timidité de son côté, même si moins que du mien. Enfin oui, je vais bientôt reprendre des nouvelles, et la semaine prochaine suggérer une sortie Sinon, perplexe… peut-être qu'il l'est un peu aussi, je ne sais pas. Quant à joueur, je pense que non, mais je peux me tromper. Isa > Merci pour cet avis, c'est rassurant de lire que tu ne le penses pas joueur et de pouvoir petit à petit écarter cette option.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


258816
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages