Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Desir d'enfant apres greffe moelle osseuse

Témoignage d'internaute trouvé sur sante-az.aufeminin - 07/10/11 | Mis en ligne le 03/05/12
Mail  
| 492 lectures | ratingStar_249969_1ratingStar_249969_2ratingStar_249969_3ratingStar_249969_4
A toutes celles qui comme moi ont connu la leucémie, les chimios, les medocs et la greffe de moelle, je voudrai faire partager mon expérience : J'ai eu droit à ma premiere leucemie en 1998, j'avais 20 ans. Donc, chimio et tout bref on me soigne bien et rémission complète rapide, bref donc c'est passé tellement vite que je n'ai pas retenu grand chose, suis rentrée chez moi en courant sans me retourner lol. La vie passant, je profite de tout, je sors, voyage, bref je rencontre mon homme, je décide de me marier en 2000, et bébé en 2003 un petit garçon, donc hyper heureuse . Je profite de mon amour, je retravaille, bref je continue ma vie et là 9 mois après l'accouchement prise de sang de controle, classique pour moi et toubib m'appelle le jour même, urgent direction ST LOUIS à paris, ou mon lit m'attend bref. COMMENCE le branle bas de combat, défilé de médecins, ponctions, radios, scanners… pour voir l'ampleur. Ensuite, on discute avec le prof de l'établissement qui me lance rechute, 6 ans et demi après, et certainement provoquée par ma grossesse. Bien sûr je ne la regrette pas, et si c'était à refaire je le referai aujourd'hui en voyant le magnifique garçon que Dieu m'a donné, doc dit on commence de suite un nouveau protocole à base d'arsenic, quand je dis nouveau c'est que je suis la souris testeuse du laboratoire, on m'inscrit sur un programme avec mon consentement sur le suivi de ma maladie et ses traitements directement avec les states, et on écoute, mon mari et moi, lui concentré et moi blasée, et d'un coup je tourne la tête et plus de bonhomme, à terre, terrassé par une syncope mdr. Tout le monde accourt autour de lui en croyant que c'est lui le malade et moi je dis eh oh c'est moi la malade lui il m'accompagne, enfin… Retour à la chambre et lendemain pose cathé, le poison est dans mon sang pour un mois, je fais 3 cures comme ça, et là doc me dit de demander à mes frères et soeurs s'ils seraient d'accord pour eventuellement une greffe. Je demande et tous sont d'accord donc pds pour tous, après dernière chimio doc me dit de rentrer pour 15 jours et qu'il m'appellera, je lui demande s'il a des résultats il dit aucun n'est compatible, je n'oublierai jamais, je rentre chez moi en pleurant. Une semaine après mon téléphone sonne, et c'est doc qui m'annonce : en fait sur les 5 échantillons, on en avait oublié un et celui là est complètement compatible pour être donneur, et rendez-vous est fixé pour hospitalisation, encore, je lache le télephone en pleurs et mon maris reprend, Retour hosto, cette fois avec mon frangin, je m'inquiete plus pour lui que pour moi, ah au fait mon gamin je l'ai laissé à mes parents car mon mari avait des horaires de fous et entre boulot et hosto tous les jours, le pauvre était hs. La greffe a lieu le 26 aout 2004, par simple transfusion de sang, mais aplasie donc chimio violent qui a tué mon organisme pour lui donner du sang neuf si je puis dire. En 1h30 l'affaire était dans le sac, mon frère était déjà rentré, moi tranfusée, bref le qutidien reprend, à l'hosto bien sur dans une chambre hyper stérile ou je n'ai que mon lit pour espace, bref début de dépression car je ne vois pas mon fils, je ne peux toucher à rien ni personne, mes vetement stérilisés ont une odeur qui me dégoute, je ne mange pas, plus un poil sur le caillou, et les corticoide me transforme en shrek tout pale. On m'envoie une psy mais je suis tellement mal que je l'envoie bouler, je veux juste sortir, donc je peux dire aujourd'hui que je n'étais pas une patiente modèle. Je sors au bout d'1mois et demi, depressive, bourée de médoc et perfusée à domicile. Je m'en prends à mon homme que je refuse de me voir dans cet état, mais rien à faire, je le chasse par la porte il rentre par la fenetre, je ne peux toujours pas avoir mon fils car trop de radiations dans le corps, mon coeur en a pris un coup, mes poumons, mon foie, phlebites tromboses, donc pikouz tous les jours moi même pas d'infirmiere la pauvre elle m'énnervait aussi à venir à 5h du mat. Et je m'en sors, on arrête progressivement le néoral, les corticoides et tous les médocs sauf antibios. Bref je reste quand même immunitairement fragile mais je revis, je récupère mon fils, réadore mon chéri, j'ai 2 papas, mon père qui a toujours été là pour moi et que j'adore, et mon frère qui m'a ramenée à la vie, bref je remecie tous mes proches pour m'avoir supportée dans ce périple. On m'envoie voir une gynéco, soit disant pour controler mon état, vérifier par un frottis qu'il n'y a pas de cellules malignes, et elle me dit quoi ? Que pour moi les enfants c'est fini qu'il faut que je me fasse une raison que je suis préménopausée que bref je profite de mon fils que j'ai de la chance que d'autres n'en ont pas du tout et que je devrai m'estimer heureuse d'être en vie . Je rentre chez moi, mon mari me dit c'est pas grave, lui qui en voulait plusieurs, et moi je laisse tomber. En 2006, je décide d'aller à Thenon à Paris parait-t-il super en la matière et connaisseurs de ce type de cas pour éventuellement suivre un protocole de fiv et tout. J'y vais une fois, on papotte avec le medecin qui me dit sans don d'ovocyte aucune chance donc trouvez une donneuse car 5 ans d'attente chez nous. Naturellement je demande à ma soeur qui est déja mama de 2 fillettes elle accepte au début et se rétracte, en plus je dois préciser qu'il ne ma donner aucun examen à faire aucun traitement aucun encouragement bref je ressors tout aussi penaude qu'à mon entrée. Je relaisse tomber, je me dis que foutu pour foutu c'est un autre combat que je dois mener mais là j'ai pas envie, on oublie. Au fait plus de règle depuis ma greffe. Je vis donc ma vie sans me soucier, reprend mon travail et un quotidien normal, avec pleins de séquelles physiques (transformation taille vergetures partout…) mais normal quand même. Lors d'un voyage, je sens un liquide couler, je cours au toilettes et ça saigne, des règles, hyperabondantes, limites hémoragiques, j'avais l'air bien sans protections, je savais plus ce que c'était, alors je revis je medis que je redeviens une femme. 6 mois après rien, jme dis tant pis, et en allant faire une radio, on me demande si je suis enceinte je dis je crois pas alors pds et le médecin revient comme ça félicitations Madame, vous allez avoir un bébé, retenez moi je vais tomber je dis ah bon ? Je suis sceptique, excitée mais sceptique, je n'ose rien dire à mon homme et vais voir mon médecin qui me fait des yeux ronds, et me prescrit une pds la semaine suivant alors j'en parle à mon mari, nous sommes fous de joie, et pds négative, je comprends pas médecin m'a dit que peut être mes hormones essaient de retravailler mais qu'elles n'y arrive pas. Bref je ne perds pas espoir, je file sur internet me renseigner sur les PMA je veux un spécialiste en bébé, je tombe sur une clinique près de chez moi à CORMEILLES EN PARISIS spécialisée en PMA ou les gens sont géniaux et à l'écoute, de la secrétaire aux médecins bref, je rencontre nouveau gygy qui fait un bilan et me prescrit duphaston pour faire revenir mes règles. En me parlant bien sur plus clairement du fonctionnement de mon corps, et il prescrit un protocole de clomid gonal ovitrelle pour voir ce que ça donne. Premiere prise duphaston RIEN, je téléphone à gygy et rendez-vous et il me dit si il y a rien c'est mort mais don ovcytes possible avec délais moins longs qu'à thenon, bref je réflechis, il me fait un echo et il vois un endomètre à 11 même donc il y a qqchose à chercher, il reprecrit dudu pour retour de REDS et bingo ça marche, alors je continue sur le protocole qu'il m'a donné, et j'appaelle gygy comme convenu mais lui en vacances, donc j'en vois deux autres qui surveillent mon traitement, et qui sont bien optimistes, mais ça a pas marché, mes reds déboulent 14j pile apres ovitrelle. Je retourne voir gygy qui apres echo voit que j'ai toute seule un follicule à 13 même sans stim. Dans le doute il me prescrit gonal et ovitrelle, et je suis en plein dedans, et hier je retourne voir mon gygy qui revenait de vacances, et il a regardé ce qui sétait passé et était très surpris par l'évolution, endo à 12 même, fofo à 20 même dosages hormonaux idéaux brefs très content. Donc déclenchement ovitrelle. Le parcours sera encore long, mais pitié pour ceux qui sont malades de cette saleté de maladie ne perdez pas espoir, ne restez pas sur un seul avis, et surtout ne vous résignez pas, j'ai aujourd'hui 33 ans, et pour une femme ayant eu ce que j'ai eu, c'est la phase la plusexcitante de toute ma vie car je me suis battue contre ma maladie et je repars en croisade pour un . J'espère que mon expérience vous aidera vous et vos proches à mieux apréhender ce passage, et si je peux aider qui que ce soit, ne serait-ce que moralement, je le ferai avec un grand plaisir. TOI SUR TON LIT D'HOPITAL, COURAGE, C'est dur j'en sais quelque chose, mais tu vas y arriver, et je suis disposée à discuter aussi longtemps que tu le souhaitera. GROS BAISERS d'encouragement.
  Lire la suite de la discussion sur sante-az


249969
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages
Les derniers appels à témoins