Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

En danger !

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 17/01/11 | Mis en ligne le 19/04/12
Mail  
| 91 lectures | ratingStar_243655_1ratingStar_243655_2ratingStar_243655_3ratingStar_243655_4
Hellooooooooo. Ça a beaucoup changé, évolué, dans ma vie ! Pour le meilleur et sans doute le pire aussi (mais pour le moment, je savoure ! ) … La foudre a encore frappé. Tout d'abord et avant toute chose, ça fait un mois sans tabac, je tiens encore le choc, même si depuis deux jours, j'ai des envies monstres de clope… C'est le calme plat avec mon ex (enfin ! ) … Mon petit a du mal à repartir le soir maintenant ça ne remet rien en question, juste qu'il tire en longueur du genre à traîner la patte au point de nous faire manquer le train, ou demander de partir plus tard. En tout cas, je n'entends plus de contestation ni de sa part, ni de la part de son père (lequel est de toute façon, très occupé ailleurs ! Et c'est tant mieux ! ). La foudre m'est tombée dessus, ai-je dit… je devrais dire que comme d'habitude, les réponses étaient sous mon nez et que je les cherchais bien loin Je ne suis plus bloquée. J'ai pris conscience d'une chose importante en premier lieu : la passion que j'ai éprouvée pour mon ex-PN était en réalité ma dépendance affective à lui (ou induite par… mais est ce que ça fait vraiment une différence sur le résultat ? ). Ma relation à lui étant par nature faussée par ses manipulations et sa domination (qui ne m'apparaissait pas comme telle) , je savais déjà que c'était un amour illusoire, basé sur des illusions et donc quelque part "pas vrai"… Et puis, il y avait autre chose aussi, relativement anodin, mais qui résonnait malgré moi dans ma tête… il avait réussi à me faire croire que je ne pourrai jamais plus éprouver des sentiments aussi intenses que j'en éprouvais pour lui. Que notre relation, notre amour, étaient exceptionnels… D'ailleurs, la dernière fois que l'on s'est parlé/écrit (les deux en fait) , il m'avait redit que nous étions faits l'un pour l'autre et que ce qui était impossible aujourd'hui, le serait peut être -sûrement- demain. Induisant une demande vers moi d'attente… de l'attendre De même qu'ayant éveillé en moi un désir d'une nouvelle maternité, en me demandant un enfant, je me suis retrouvée avec ce désir sans savoir qu'en faire, mais je lui avais dit un jour que j'en aurai sûrement un autre… ce à quoi il avait répondu : "alors ça voudra dire que tu auras un enfant d'un homme que tu n'aimes même pas ! Comment peux tu faire une chose pareille ?! " Quelque part, il m'avait interdit de refaire ma vie, hors de lui. Il voulait aussi contrôler ça… ou se donner espoir ? Que sais-je ? Le résultat est le même… Je n'avais pas encore tout décortiqué de cette histoire, des implications inconscientes induites en moi, je n'avais pas encore tout détricoté. Il ne s'agit pas seulement de se sortir d'une relation toxique avec un pervers-narcissique, il faut encore sortir du schéma induit et qui est totalement inconscient. Mon blocage se situait surtout là : en quelque sorte, c'est une sorte de fidélité qui m'empêchait de vivre, de m'ouvrir, d'être, de faire et de ressentir… j'étais comme privée de liberté, la même qu'il m'avait retirée, il y a près de 2 ans de cela (purée ! Oui, ça date !!! ). Comment ne pas avoir peur de recommencer après une telle expérience ? En se faisant confiance… c'est logique… en prenant des risques, en prenant le risque d'aimer à nouveau et donc de souffrir. Il fallait que je dépasse cette peur irrationnelle et pour la dépasser, pas d'autre choix que de l'affronter… Tout ça ne s'est pas fait tout seul, évidemment… j'ai reçu l'aide providentielle et quasi inconsciente de quelqu'un que je connais depuis un petit bout de temps En fait… je parlais de peur, c'est là surtout que j'ai du l'affronter. J'ai connu cet homme via un site, le même et très peu de temps avant mon ex PN. Je l'ai toujours… aimé. Dès le début, il y avait quelque chose de fort et particulier, j'avais une tendresse immense pour lui et nous étions sur la même longueur d'ondes, c'est le moins qu'on puisse dire : à la fois artiste et écrivain tous les deux, libertins tous les deux, des bosses à "décabosser" à coup d'analyses, une communication fluide, mec plutôt droit dans ses bottes et direct… mais habite à Marseille !!! Si mon ex PN n'avait pas fait son apparition, ou si cet homme là était venu plus tôt, c'est lui que j'aurais choisi, sans hésiter ! Quand le PN qui a mis le grappin sur moi a fait son apparition aussi rapide et destructeur que l'éclair, la rencontre avait été rapide, surtout son installation chez moi (que je n'avais pas désirée ! Je n'ai pas vraiment eu le choix… Comment laisser quelqu'un à la rue, à quelques jours de Noël ? Il a profité de cela pour se rendre aussi indispensable que l'oxygène de mon air pour respirer ! ). Evidemment, le Marseillais, comme beaucoup, avait vu le vent venir, mais il n'a pas pu faire autrement que me voir à distance me détruire et j'avais perçu qu'il tombait amoureux de moi, aussi… face à cela, il a du coup lui aussi pris ses distances et je n'ai plus eu de contact pendant environ 3 mois. Nous avons repris contact 2 mois après la première rupture avec le PN… qui était revenu entre temps vers moi Second round ! Il est visiblement satisfait de mon sort, il l'exprime très bien et ça ne manque pas de m'étonner… et très rapidement, il m'avoue ses sentiments. Après un mois de discussion à bâton rompu, nous décidons de franchir la barrière virtuelle et je décide de laisser mon PN là où il est, c'est à dire nulle part… Et je pense que c'est fini pour de bon, je le crois sincèrement. Le Marseillais occupe toutes mes pensées et je sais d'ors et déjà, comme je l'ai su bien avant, que je vais tomber amoureuse, tout comme je suis consciente que là, je suis en train de fuir quelque chose et que je ne peux pas foncer tête baissée dans cette relation sans avoir fini la précédente correctement dans ma tête… Et ça ne loupe pas ! Mon PN ne peut pas supporter seulement l'idée que je lui échappe et me relance après un mois de silence. Il me faudra encore un mois pour prendre ma décision, mois durant lequel j'ai négligé le Marseillais et dont le processus s'est complètement interrompu. Je réalise que je ne peux pas aller vers lui sans s'en avoir terminé avec le PN et je sais que je vais faire la pire connerie de ma vie : lui dire non à lui, et dire oui, pour la troisième fois, à mon PN, en sachant pourtant dès le départ comment ça va finir. Mais j'ai le sentiment que c'est par ce chemin là que je dois passer… Je sais que je vais faire souffrir mon Marseillais et quand je lui dis que je ne peux pas continuer avec lui, il le fait sentir, c'est violent (son ressenti, via ses mots) et j'en souffre aussi. Je me sentais déchirée. Je savais aussi devoir en passer par là parce qu'il n'était pas juste qu'il vive avec l'ombre de mon ex-PN, ça aurait gâché notre relation aussi sûrement que le mensonge gangrène une relation de couple. Il méritait autre chose. Pourtant… déjà là, je n'arrivais pas à renoncer à lui, mais alors pas du tout !!!! Il n'avait pas le courage de couper le contact, il m'avait alors dit de le faire pour lui et je ne parvenais pas à m'y résoudre. Le contact s'est finalement distendu, mais nous nous contactions de temps à autre malgré tout, pour se donner des nouvelles. J'ai finalement eu la force de rompre complètement avec mon ex-PN, notamment en réalisant qu'il était PN et par un coup d'éclat dont lui seul avait le secret : comment faillir à ses promesses en manquant totalement de tact et d'empathie Je venais d'enterrer ma grand-mère depuis 2 jours seulement quand il m'a annoncé qu'au lieu de travailler à tenir ses engagements pris 3 mois plus tôt, il choisissait de me trahir pour la n-ième fois !!!! Donc exit le PN et d'une façon assez violente, au mois de février 2010, à mon initiative, cette fois (ça compte beaucoup, chez moi, pour tourner la page de façon définitive). N'empêche que ça me laisse sur le carreau… Je ne vais pas bien du tout et c'est la dépression qui s'annonce, longue et difficile. Comme par hasard, mon Marseillais ressurgit plus régulièrement. A croire qu'il sent les choses… et rien n'a changé. Cette constance dans les sentiments m'interpellent vraiment. Il est toujours amoureux, c'est moi qui n'arrive plus à ouvrir la porte. Même quand il viendra me voir et qu'on passera quasi 24h à faire l'amour, je sens et je sais que c'est bloqué et pourtant, déjà à ce moment là, j'avais dit et parce que je le ressentais : lui ou personne. Depuis lors, il ne cessait de me dire son amour et je n'y répondais pas… pas parce que je ne ressentais rien (tout le contraire, en fait) , mais parce que je doutais (de moi) et j'avais peur. Entre temps, j'avais appris qu'il était avec quelqu'un… c'est un gars qui s'exprime très bien, qui est franc et direct, qui communique à merveille… sauf quand il s'emballe où là, il peut se révéler excessivement maladroit ! De fait, d'ailleurs, j'ai failli lui claquer la porte au nez pour avoir oublié de mentionner qu'il était avec quelqu'un. Comme il l'expliquera plus tard, il ne l'a pas mentionné tout simplement parce qu'il n'éprouvait rien envers cette personne, il ne se sentait pas "avec" elle et était par contre tout à ses projets amoureux avec moi Mais pour le coup, j'ai voulu mettre un peu de distance entre lui et moi… pour me permettre à moi de faire le point, pour lui permettre à lui de faire des choix et éventuellement de prendre le risque de venir vers moi encore une fois. C'est ce qu'il a fait… Et pendant les mois qui ont suivi, il a travaillé à faire le ménage dans sa vie, ce qui fait que nous avons eu très peu de contact, au final… cela m'a agacé, je dois le dire, et j'allais finalement renoncer, jusqu'à ces derniers jours où il m'a expliqué ses silences et tout ce qu'il avait réalisé depuis… Bigre… il a fait plus de ménage dans sa vie que je n'en ai fait dans la mienne !!! Reste encore ses (énormes) soucis de santé à consolider et qui l'ont tenu loin de moi plus d'une fois… La semaine dernière, il n'en pouvait plus et moi, j'avais envie de le voir +++, il fallait que je sache, que je sois fixée sur ce que je ressentais, il s'est décidé comme ça, 24h avant et je ne me suis pas défilée cette fois. C'est contre lui que j'ai réalisé tout ce que j'ai écrit au début de mon message… Quand il m'a dit "je t'aime" façon "c'est pas grave si tu ne m'aimes pas", ça a fait "boum ! " dans mon ventre (vous voyez ce que je veux dire ? ) , je ressentais tout le contraire, je les ai prononcés ces 3 petits mots… d'ailleurs, il a été si surpris qu'il m'a fait répéter pour être sûr d'avoir bien entendu… Et ça va mieux en le disant. Ce qui m'avait trompé, c'était cette passion destructrice pour mon PN, passion commandée par les apparences et non ce qui était réellement. Ici, je ne ressens rien de tel, bien que de par ma nature, la passion s'exprime dans l'alcôve C'est un amour immense, que j'éprouve depuis déjà longtemps sans le reconnaître, doublé d'un attachement serein (c'est à dire, un fort attachement mais pas excessif). Quand je pense à lui, c'est à dire tout le temps, j'ai des papillons dans le ventre, par moment, j'ai un sourire béat, j'ai du mal à me concentrer sur quelque chose… par contre, ma créativité est revenue ! De même que le désir d'avancer (enfin ! ). Je ne ressens plus aucun blocage mais j'ai besoin de canaliser un peu tout ça car ça part dans tous les sens En une fraction de seconde, j'ai compris un tas de choses, trop pour les énumérer ou les relater, c'est comme une porte qui s'ouvre soudainement, ou même mieux… un shakra longtemps bloqué qui s'ouvre tout à coup. Les raisons d'aimer un tel homme sont nombreuses et il est le seul à qui j'ai fait une vraie déclaration d'amour… Bigre… je croyais ça impossible, il y a quelques jours seulement : je suis amoureuse et sereine Tout commence maintenant, il n'y a plus qu'à construire notre histoire, pas à pas… Et on va prendre notre temps, plus rien ne presse. Le plus étonnant, c'est que malgré ces péripéties, il n'ait pas lâché… patience et constance, je dirais même qu'il a été d'une rare patience et constance. Voili voilou… que du bonheur. J'vous bizzzzzz tous.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


243655
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages