Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ivg je vais bien merci - ivg

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 01/08/13 | Mis en ligne le 18/06/14
Mail  
| 1253 lectures | ratingStar_531601_1ratingStar_531601_2ratingStar_531601_3ratingStar_531601_4
Bonjour, Je souhaite partager mon expérience suite à une IVG médicamenteuse. Je suis tombée enceinte d'un homme que je connaissais et que j'aimais mais il était hors de question pour moi et pour nous de garder cet enfant. Vivant loin de lui, j'ai effectué les démarches seules dans ma ville mais il était informé de chaque étape et m'a largement soutenu dans tous les moments. Il était enceint quand j'étais enceinte et il avait des contractions quand j'en avais aussi… Les hommes sentent aussi ces choses là. Le médecin de l'hôpital a pu me recevoir en 7 jours. 7 jours insupportables de fatigue, de faim, mais pas de sautes d'humeur ou autres symptômes de grossesse. Pas de remarques désobligeantes ni culpabilisatrices de quiconque à l'hôpital. Le jour J je l'ai rejoins dans sa ville, nous avons fait cela ensemble. J'ai pris le premier médicament vendredi matin, j'ai expulsé l'oeuf le dimanche et le lundi j'étais au boulot. Bien sur quelques jours plus tard j'ai eu des contractions parfois très douloureuses et des petits calots de sang plutôt que des saignements. Mais je VAIS BIEN !!! Je vais bien et je sais que j'aurais des enfants plus tard avec l'homme que j'aurai choisi pour être père de mes enfants. Je trouve que l'on parle trop du choc psychologique que cela provoque. Le choc pour moi, ce fut qu'en 1 semaine entre le retard de mes règles et l'annonce de la grossesse, je suis devenue maman. J'ai pris conscience de choses importantes et mes choix ne seront plus désormais comme avant. Mais je ne regrette rien car j'offrirai une belle vie à une belle personne plus tard… ! Sachez donc qu'être accompagné par le corresponsable dans ce choix à deux est vraiment la meilleure chose que je souhaite à toutes. Personnellement j'en ai aussi parlé à deux hommes en qui j'ai confiance et cela m'a soulagé et ils m'apportent du soutien. Mais pas à mes amies, car c'est de leur jugement risquant d'être culpabilisateur que je veux me protéger. Bon courage à toutes et ayez confiance en votre instinct et en votre avenir. Nous avons quand même la chance de pouvoir avorter dans notre pays, même si je conviens que pour certaines ce fut un parcours du combattant. Amicalement, Leïla.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


531601
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par Maryanne | le 31/12/14 à 18:28

Oui, on peut se sentir bien, oui on peut avoir d'autres enfants plus tard...
mais cela ne retire rien au choc psychologique.
Je n'ai même pas vu en quoi ma vie avait changé après mon IVG (j'avais deux enfants en très bas age, j'en aurais un autre 3 ans plus tard), mais clairement j'ai pédalé dans la semoule. Bien sûr j'ai réussi ce que j'ai entrepris mais ça a été toujours compliqué, et jamais revenue au niveau antérieur. J'aime mla vie et j'aime ma vie.
mais 20 ans après mon IVG j'ai pu seuelemtn dire au père ma solitude dans ces moments où il était resté muet et ne 'mavais pas accompagnée. 21 ans après j'ai enfin vu la douleur que lui avait pu avoir et qui l'avait sidéré... Notre histoire familiale explique bcp de chose, mais... la réalité est là : manque de conscience qui laisse des traces psychiques importantes.
il n'y a pas à culpabiliser, mais à prendre la pleine mesure de l'acte. Notre société a banalisé l'avortement, le féminisme nous a laissé croire que c'est un droit.
la vérité est plus simple : c'est un acte contre et contraire à , la vie. ce n'est pas dans le sens des choses et notre etre le sent, le sait... et se rebiffe.
j'ai eu de la chance de grandir grâce à cette perte, mais je peux dire que pendant 21 ans je n'en ai pas pris la mesure. alors OUI je pouvais dire aussi "je vais bien"...
95 % inconsciente, çà laisse de la place pour planquer ce qui ne va pas en nous... mais un jour, il faut réouvrir les yeux.
Alors, ne banalisons pas cet acte.
parfois nous croyons ne pas avoir le choix, ou au contraire avoir ce choix là... ce n'est jamais anodin. Il est plus sain d'en prendre conscience. La date de l'IVG on ne l'oublie jamais...
Chaque année, qque chose devient différent dans la pèriode anniversaire, écoutez ce qui se dit alors... pour ne pas vous perdre
Remercions la vie d'avoir pu vivre aussi bien que faire se peut notre avortement. Et gardons une pensée pour cette vie que nous avons refusé, quelques en soient les raisons.
Ce n'est pas "RIEN" !

Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages
Les derniers appels à témoins