Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai avorté et j'assume complètement les conséquences

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 397 lectures | ratingStar_219778_1ratingStar_219778_2ratingStar_219778_3ratingStar_219778_4

J'ai subi une IVG médicamenteuse il y a quelque jours. Et elle s'est assez mal passée... Je suis avec mon amis depuis 3 mois. Et nous nous sommes protégés mais le préservatif a du céder. Malheureusement nous ne nous en sommes pas rendu compte. Je commence à me sentir bizarre, grosses douleurs au bas ventre. Très mal à la poitrine mais je ne me suis pas inquiétée plus que ça puisque ça m'arrivait d'avoir des SPM très douloureux. 1 semaine de retard des règles, là je commence vraiment à paniquer. Je vais direct chez mon pharmacien pour acheter 2 test de grosses. Le pharmacien me dit qu'il est plus fiable fait au petit matin. Mais je n'ai pas le courage d'attendre et j'en ai 2 alors j'en fait un tout de suite..... ! Un " " bleu s'affiche !

 

C'est la fin du monde ! J'ai 22 ans, je travaille et je m'assume oui... mais je suis étudiante en parallèle en économie et surtout aucun désir d'enfant ! Et surtout, pas maintenant !!!! J'appelle mon ami en urgence.. il ne répond pas. Il était à ce moment là en voyage à Paris pour affaire et en RDV.... je me sens seule au monde et désespérée !... il fini par me rappeler et là je fond en larme. Heureusement qu'il était là. Je ne sais pas comment j'aurais fais sans lui, et surtout j'ai une grosse pensée pour ces femmes qui doivent vivre ces moments seules. J'ai pris ma décision quasiment de suite. Dans ma tête c'était et ça l'est toujours que je ne veux en aucun cas d'enfants... et là c'est vraiment pas le moment. Là tout va très vite dans ma tête... j'ai horreur des gynéco, des médecins et du personnel hospitalier. Ok ils font un travail "super" mais pour ma part je les ai toujours trouvé très froid.... et là si je dois aller les voir pour une IVG, ça va être l'horreur.

 

Je les imaginent déjà me juger..... Lendemain matin je téléphone en urgence à l'hôpital car je n'ai pas de gynéco en ce moment et surtout que je les évite le plus possible. La dame au téléphone semblait très gentille... je me suis sentie rassurée. Mais malheureusement pour moi ça a été de courte durée. Elle me donne rdv dans quelques jours. Je me rends à l'hôpital avec mon amis qui voulait absolument être présent et encore une fois je le remercie de me soutenir. Une fois dans la salle d'attente on m'appelle, j'y vais seule, normal. Je rentre dans la salle.. le médecin ne me regarde même pas. Il était déjà en train de remplir un formulaire de consentement d'interruption de grossesse. J'ai trouvé très déplacé de sa part. J'aurais voulu en parler avant un peu avec lui. Bref... .... je m'assieds... - alors je vais vous poser quelques questions ... complètement bâteaux. qu'il est obligé de me poser. je réponds. pas de problème. Le médecin horriblement froid. ne me regarde presque pas.. et me parle d'une façon ... que je me suis sentie demeurée pendant quelques minutes.. Là on passe à l'examen. Je me déshabille.... il me fait un frottis puis une écho.

 

Là il commence à "s'alarmer". (l y avait une stagiaire avec lui...) Il parle avec elle avec des termes très scientifiques... je ne comprends rien. Et je me suis quand même permise de poser la question : il y a quelque chose qui ne va pas... ? Sa réponse fût froide : écoutez là je me concentre je vous explique après. Non seulement vous vous trouvez dans une position peu avantageuse, il tâte VOTRE partie la plus intime... et il se permet de parler comme ça ?! Sur le moment on est tellement vulnérable qu'on ne réagis pas. c'est après qu'on se regrette de n'avoir rien dit, pas réagis ! L'examen terminé, je me rhabille et m'assieds devant lui... là il téléphone à un collègue pendant 5 minutes... toujours en parlant avec des termes très techniques. Moi je ne sais toujours pas de quoi il s'agit !!!!

 

Dans ma tête plein de chose me passe par la tête; est-ce que j'ai dépassé les délais ? Est-ce une grossesse extra-utérine...? un cancer ? .... Il m'a laissé le doute pendant au moins 15 minutes !!!!!!!!! Il raccroche et m'explique enfin. En fait il y a effectivement eu un début de grossesse mais à ce stade il ne voit pas d'activité (j'étais alors à 6 semaine d'aménorrhée, càd 4 semaines env. de grosses) et pense très fortement que c'est une grossesse non évolutive.

 

En gros j'ai déjà fais une fausse couche. Là il me propose deux solution. Soit j'attends la semaine prochaine pour être sûr qu'il n'y a vraiment plus d'activité ou soit il me fait prendre les médicaments cette semaine. Et là je lui dit ? Mais ça ne change rien. ma décision était prise !!! Puis il me sort... c'est surtout pour vous déculpabiliser! C'est là que je me suis demandée si je n'étais pas dans un monde parallèle ou en train de rêver. Ma décision était prise. que l'embryon soit sans activité ou pas la décision était prise dans ma tête... et que j'allais de toute façon devoir en assumer les conséquences ! Et surtout que ma décision JE L'ASSUME sans culpabilité. A aucun moment il ne m'a demandé comment je me sentais ! Alors que j'étais quand même enceinte. J'avais des nausées... et vertiges, j'étais incapable de conduire. Ca faisait 1 semaine que je ne dormais quasiment plus!

 

Tout ce qu'il voyait en face de lui C'était un criminelle qui voulait interrompre sa grossesse ! Je sors de l'entretien.. dégoûtée... mon ami avait les larmes aux yeux en voyant à quel point j'était détruite en sortant de cette salle. Je n'ai pas pu lui adresser la parole pendant 1 heure tellement que je me sentais mal. Je n'avait aucun sentiment de culpabilité quant à la décision que j'avais prise car c'était ce qu'il y avait de mieux à faire dans notre situation (mon ami et moi) jusqu'à que je me retrouve confrontée à ce personnel hospitalier si incompréhensif et jugeant !!!! Non seulement j'ai eu l'impression qu'ils se sont permis de me sermonner parce que j'ai 22 ans.. mais il m'ont traitée comme une adolescente irresponsable et inconsciente. Et c'est vraiment dur d'être mal jugée.. surtout qu'à la base vous avez fait attention. Le lendemain j'ai pris mes 3 cachets.. l'infirmière mes les as données... et là elle me dit qu'une dame du planning familiale passera pour me parler de contraception. Et même pas pour me parler.. me conseiller sur mon état mais pour être sur que je ne sois plus féconde en sortant de leur hôpital. c'est vraiment comme ça que je l'ai senti ! Là à nouveau je n'ai presque pas réagis. Mais je lui ai quand même dis que je savais ce que c'était la contraception. j'ai des relations sexuels depuis longtemps et que j'ai déjà utilisé des pilules contraceptives. Mais qu'actuellement je n'en prenais pas car que j'avais pas eux de copain fixe donc je ne vois pas pourquoi prendre des pilules inutilement. Et que jusqu'à maintenant le préservatif avait très bien marché. J'ai pas eu de chance c'est tout ! ... et là elle me dit : oui mais vous savez en tant que femme on se DOIT de...... !!! non mais attendez... dans quel monde on vit. Même avec la pilule ça aurait pu m'arriver... ! De quelle droit elle se permet de me dire ce que je DOIT faire ?! Je suis désolée d'être un peu agressive dans mes propos mais je suis très en colère. contre eux. contre moi, de me laisser faire à ce point! j'écris aussi à chaud. Mais je n'arrive pas à comprendre qu'en 2008 on puisse se faire maltraiter à ce point alors que je pense prendre mes responsabilités Oui je dis bien, prendre mes responsabilités... Ne pas vouloir une grossesse qu'on sait très bien qu'elle sera chaotique.

 

Je n'ai ni l'envie ni les moyens d'assumer un enfant maintenant... ! Je finirai par une conclusion simple et brève. Je ne culpabilise pas parce que je n'ai pas voulu de cet enfant...mais à cause du comportement inhumain du personnel hospitalier à mon égard qui a réussi à me faire culpabiliser. Le RDV avec le contrôle à prix 20 minutes au maximum... alors que j'ai l'impression qu'ils ont fait tout un rituel pour 3 médicament que j'ai ingéré. Pour me culpabilisé. Je n'étais pas sûr de vouloir d'enfant avant. Maintenant j'en suis persuadée ! Ca m'a vraiment traumatisé. J'ai l'impression qu'on vous oblige à tout !

 

Et surtout que j'ai l'impression qu'il se permette bien plus de chose avec une fille de 22 ans qu'ils ne se permettraient avec des dames plus âgées ! J'ai vraiment du me "battre" pour me faire entendre dans cet hôpital. Et qu'on respecte mes choix. Bien sûr que je ne juge pas tous les médecins... je parle simplement de mon cas. Et je ne souhaite à personne de vivre ça de la façon dont je suis en train de le vivre. Avorter est un DROIT ! et non une autorisation ou au bon vouloir du médecin. Moi je me porte bien ... je ne vous cache pas que c'est tout de même traumatisant. J'ai eu de grosses douleurs... mais apparemment c'est rare. Et le comportement du médecin et des infirmières n'a pas aidé. Mais Soyez sur de vos choix et assumez-les. Ne laisser personne vous faire culpabiliser, dans un cas ou dans l'autre !
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


219778
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages