Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

J ai besoin d aide !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 69 lectures | ratingStar_271193_1ratingStar_271193_2ratingStar_271193_3ratingStar_271193_4
Bonjour, à toutes et tous, Jamais je n'aurais cru avoir besoin autant d'aide d'autrui ! C'EST UN PEU LONG MAIS S'IL VOUS PLAIS LISEZ MOI. Je sollicite vos opinions pour une grave décision que je dois prendre mais avant je vais tenter de résumer mon histoire, ce sera un peu long mais c'est nécessaire pour que vous soyez au plus juste. J'ai rencontré mon ami voilà il y a une 15ènne d'année, nous sommes tombés follement amoureux l'un de l'autre, il était à l'apoque marié et avait donc des enfants. , J'ai cru que se serait juste un feu brûlant qui s'éteindrais de lui même, lui de son coté à priorie son couple battait de l'aile, après mille et une réfléxon de sa part et la mienne - moi qui ne voulait pas briser une famille, lui qui réfléchissait si il fallait continuer à vivre juste pour les enfants - nous nous sommes séparés pour prendre du recul, Il c'est donc avéré que nous nous aimions et que l'on voulait être ensemble. Il a donc divorcé et tout c'est plutôt bien passé en bonne intelligence. J'ai préférée attendre un moment avant de nous que nous vivions ensemble au cas où des regrets se pointerais. Nous nous sommes donc mis ensemble mais avant cela dés le départ j'ai bien précisé sur le fait que je n'envisage absolument pas ma VIE sans enfants voir au moins un, et ceci dés que nous avions éffleuré l'éventualité de vivre ensemble, le sujet je l'ai tréité de façon très séreiuse car comme il avait déjà des enfants et de grand ado le dernier encore en fin d'enfance, je comprenais qu'il n'en veuille pas éventuelement. Lui m'a bien assurré qu'il comprenait parfaitement mon désir et qu'il ne serait pas contre sachant l'importance que la maternité pour les femmes. Les choses donc me parraissaient hônnetes et sainnes. Par contre il n'était pas pour le moment prêt. Soit ! D'ailleurs moi non plus, car je suis d'origine étrangère il fallait donc que je prépare mes parents à ce qu'il accepte ce métissage (je suis magrébine lui français). Ce fût très dure pour affronter mon père, et tout le carcan des traditions… Une fois résolu, mon problème il nous restait donc enfin de filer l'amour parfait et tout les cadeaux tel que la maternité. Moi à l'époque j'avais 36 ans, et comme une intuition, assez souvent je lui rappelait la maternité, lui toujours d'accord mais pas toujours prêt car ces enfants n'acceptait pas notre relation bon bin ok je patiente qu'il grandissent un peu… et en toute confiance vu le chemin digne d'une construction aux fondations solides je n'avais pas de raisons d'être impatiente. Notre couple fonctionne bien, de la tendresse de lamour de l' attenttion etc… des engueulades aussi. Les mois passe 2 année passent et toujours pas prêt, pourtant trois grand fils qui prenne leur envols, l'un se mari même et a des projet de paternité, le troisième ado, je décide donc d'en discuter et de lui rappeler nos discutions et lui faire remarquer que mon horloge biologique se fait me rappel à l'ordre. Tjs des excuses… ma patience explosait en grande crise où là il me rassurait en me disant que pour rien au monde il ne pourrait me laisser sans enfants etc… bizarement le même blabla… Je persevère quand accidentelement je tombe enciente. Grande surprise, Il a très mal pris la nouvelle mais j'ai mis cela sur le fait qu'il ne l'avais pas décidé lui même, car il est du genre décideur et qu'il pensait que je l'avais fait sournoisement… peu importe c'est tout de même pas des suceptibilités que vont gâcher une forteresse d'amour ? Et c'est évident l'enfant une fois là il se méthamorphosera… Je passe LA grosserre merveilleuse malgré ce que je prenais comme de la rancune tenace de sa part, en effet, il était très mauvais avec moi, méchant même. Ces grand enfants le lui on repproché évidemment mais cela me paraissait complétement normal. Je faisais tout pour qu'il s'interresse au bébé et parfois il arrivait à ce lâcher et montrait un peu d'intêret… J'ai passé noel seule car il voulait se re-trouver "pour la derniere fois avec ces grands enfants". JE ne comprenais pas, et j'ai tenté de lui expliquer que c'était ridicule, que " cette dernière fois" n'avait pas de sens, car notre bébé était la continuété de notre histoire et la leur enfin bref… je prenais cela comme un caprice, lui pourtant ne l'était pas. Je prend sur moi sachant que le meilleurs du meilleurs est à venir, je passe noel donc seule… j'apprend tout de même que mon homme est très égoîste, réflexion que je balai d'une moue… Mais la vie que vous aimez à plus d'un tour, à la 3ème écho, mon gynéco découvre une malformation osseusse gravissime, et comme par hazard la première qu'il voulu assister..il a toujours refuser d'y être pour les deux première sous prétexte qu'il n'y a jamais assisté à celle de ces autre enfants. Nous faisons les exam etc etc et c'est sans appel mon bébé serait handicapé sévérement, l'hopital R. D. Nous propose l'éventuatlité d'une IMG. Mon ami à été exemplaire, très prés de moi aussi atteint que moi, aussi meurtri que moi, mais tentant de me convaincre que nous ne pouvions le mettre au monde, je pensais la même chose de toute les facons, je me sais incapable de faire face à cette handicap… enfin bref je dis oui pour l'img. Il est à mes côtés comme jamais, je passe les mois qui suivi dans une tristesse inconsolable, "heureusement" lui toujours là et les mots qu'il faut voire un peu trop du genre "nous lui fairons un petit frère ou une seour"… etc. Pendant 2/3 mois il m'était impossible d'envisager ce que je ressentais comme remplacer mon bébé Erwan feu. Et lui partait dans des "délires" du genre "je ne te comprend pas avant tu voulais des enfants maintenant t'en veux plus" que ce passe t'il etc etc… tu sais que cela t'aidera énormément et c'est un frère en aucun un remplacement etcetc"… Enfin de quoi vous redonner confience en la vie, de quoi poursuivre cette aventure… Le temps donc fait son oeurvre la douleur se fait moindre et je me sens enfin prête pour poursuivre l'aventure, je me décide vite car mon gygé me sermone lorsque je lui rétorque à sa question "enviasger vous de faire un enfant ? " -- Moi : mais docteur, c'es trop tôt et mal placé vis à vis d'ERWAN ? Il remet les pendules à l 'heure en me disant que le problème est que vous n'avez plus le temps vous aller vers 40 ans, vous avez pas le temps !!! Pensez y donc vite et très vite. J'annonce donc à mon amie avec le plus grand des sourire qu'enfin j'étais prête… … et là le monde s'écroule, je tombe de très très très haut lorsque il me rétorque que lui ne l'était plus qu'il fallait de nouveau qu'il réfléchisse (alors qu'il à assister à tout mes entretiens avec le gyné, et sachant que le temps je pouvais plus en gaspiller). J'ai la sensation de revivre de nouveau la tragédie d'Erwan. Je me ressaisi je me dis donc que j'ai mal compris, que je vais en repparler plus tard … Plus tard le couperet est le même… il se fache même, fuit impossible d'aborder le sujet. Et quand il croit être loin du sujet il redeviens affectueus etc… J'ai tenté une dernière tentative de raisonnement mais il c'est si fâcher que nous nous sommes pas parlé pendant 3 semaines et que c'est moi qui suit allez vers lui… IL EST DONC CLAIR QU'IL ME VEUT CERTES MAIS SANS ENFANTS !!!!! Puis, Je suis arrivée à un stade ou je n'ai plus la force des explications, de convaincre, de demander l'autorisation, ce que j'ai toujours fais jusqu'à présent. J'ai pris conscience qu'en fait j'étais en réalité seule pour la gestion de ma VIE, que chacun en fait ne fait que pour lui même ce qui enfin j'acceptais, je réfléchi donc à la situation : SUIS JE CAPABLE DE VIVRE SANS AVOIR TENTER UNE MATERNITE ? EST IL PLUS IMPORTANT QUE CELLE CI ? NON IL EST CLAIR QUE POUR MOI C'EST MATERNITE + LUI L'UN NE PEUT ALLEZ CONTRE OU PRENDRE LE DESSUS SUR L'AUTRE. - soit je le quitte mais il me faudra rencontrer une autre personne et le temps ne m'y aide pas vraiment, sachant qu'il m'est impossible d'avoir une relation légère ; - soit je me résous à vivre sans enfant, ce qui me sera impossible. - soit faire un enfant dans le dos, tout en sachant que je suis parfaitement capable de l'éduquer, de lui apporter tout ce qui lui est nécessaire, si cela nous même à une rupture. Vous me direz je n'avais pas qu'a le croire, je vous dirais oui me acculpa j'en suis la grande responsable… mais hélas je les sus trop tard. Ne dois t'il donc pas assumer sa part de responsablité dans tout cette histoire ? L'avenir éventuel : Si j'y arrive soit il accepte et je suis tout à fait prête à tout lui pardonner car je suis du genre constructive (d'où peu être ma très grande patience, le souci des autres avant la mien). Soit il n'accepte pas et se sera selon comme il veut il reconnai ou ne le reconnai pas..je n'attendrai rien de lui. L'avenir de l'enfant ? Je fairais tout pour le meiux, il saura qui est son père évidemment… et je répondrais au mieux à ces interrogations, ils aura de de l'amour famillialle de ma part et de toute ma famille, seour frère cousin cousine grands parent qui désespère de me voire mère… Je vous remercie d'avoir pris le temps de me lire et de me répondre. Qu'en pensez vous ? Au plaisir de VOUS lire et à bientôt. N. B. Je me sens si perdu et dans le désaroi total que j'ai commencer un psycothérapie pour l'instant elle est en vacances, j'ai revu mon gyné, une magnétiseuse, je lis des bouquins sur le méthodes de gestion de soi, de stress etc… qui m'aide à ne pas tombé dans la hainne etc… et je poste un peu partout pour vous solliciter… j'ai l'impression d'être enfin active. Mais je ne sais pas si je fais bien les choses…
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


271193
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages