Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai eu une ivg en février 2010.

Témoignage d'internaute trouvé sur france5 - 16/06/10 | Mis en ligne le 15/07/12
Mail  
| 69 lectures | ratingStar_275665_1ratingStar_275665_2ratingStar_275665_3ratingStar_275665_4
Bonjour, Je viens aussi apporter mon témoignage. J'ai eu une IVG en février 2010. Lorsque j'ai appris ma grossesse, j'étais déjà à 2mois de grossesse et mon compagnon était loin de moi, nous avons du prendre la décision à distance. Si sur le moment j'ai eu envie de garder l'enfant, j'ai trés vite été ramenée à la réalité par mon compagnon, lui n'en voulait pas ne se sentait pas prêt (il aurait tout de même assumer si j'avais décider de le garder) , j'ai 24ans (un âge tout à fait normal pour devenir mère) , mais je suis étudiante, j'étais en passe de rentrer dans des études trés prenantes, je n'ai pas de revenus, mon conjoint est militaire et risque sa vie à tout moment, avec un seul salaire nous suffisons à peine à nos besoins, nous vivons à l'étranger et ne bénéficions donc d'aucune aide financière, alors comment subvenir à ceux d'un enfant ? Je me suis posée et reposée tout un tas de questions : serait-je en mesure d'élever décemment un enfant ? Comment je voyais ma futur vie de femme et de mère ? Etc… et rien de ma situation ne correspondait à ma vision des choses, et j'ai donc choisi avec mon conjoint d'interrompre la grossesse. Ça été la décision la plus difficile que j'ai eu à prendre, et elle a été semée d'embuche : J'ai d'abord eu à faire à un échographiste pro-vie, qui m'a fait écouté le coeur du foetus pendant ce qui a été les minutes les plus insoutenables de ma vie, mais a aussi pris l'initiative, à mon insu, de montré l'échographie à ma mère (qui était venue me soutenir) en lui disant que c'était un beau bébé, que c'était du gâchi, et que si j'avortai je deviendrai stérile… Je vous laisse imaginez les conséquences désastreuses. J'étais à ce moment là en région parisienne, j'ai donc chercher à joindre tous les centres ivg de la région, pour la moitié d'entre eux j'étais hors délai par rapport à leur planning d'intervention, la seconde moitié soit ne répondais pas, soit ne faisait plus les ivg aprés un certain terme (ne faisant que les médicamenteuses) , ou me proposait une ivg à la va vite sans consultation pré-opératoire (au secour ! ). Après une semaine de galère à appeller à droite et à gauche en vain, je suis rentrée en Allemagne (où nous vivons avec mon conjoint) , j'ai appellé le planning famillial du haut-rhin (le plus proche pour moi) qui m'a écouté, rassuré et conseillé l'hopital de colmar, je m'y suis rendue, j'ai vu tour à tour, une sage-femme, une gynécologue, une assistante sociale, et une conseillère conjugale, tous ont étés d'un grand respect, et à aucun moment je ne me suis sentie jugée, ou en danger. Une semaine aprés j'ai eu une ivg par aspiration, mon frère avait pris sur ses jours de congés pour venir m'assister (il a fait plus de 400km rien que pour moi). L'entrée dans la chambre d'hopital a été un vrai choc (j'ai une mauvaise expérience des hôpitaux) , c'est là que j'ai réalisée que c'était fini, on m'a donner des calmants, mon frère me reconfortait, et arrivait à m'arracher quelques sourrire, j'ai beaucoup pleuré aussi, j'avais besoin d'évacuer ma peine et ma colère. Je suis rentrée à 14h en salle d'opération, j'ai fait un gros dodo, et je me suis réveillé avec une légère douleurs au ventre, mais une telle sensation de soulagement, ma vie allait reprendre son cours normalement et c'est tout ce qui comptait pour moi. Je suis sortie de l'hopital vers 18h, des amis qui nous avait apporté leur soutien m'avait invité à manger le soir même avec mon frère, j'y suis allée malgré la fatigue, ça faisait tout simplement du bien de se changer les idées, et de se sentir soutenue aprés cette journée difficile. Bien qu'il ai l'air absent, mon conjoint malgré la distance et le décalage horaire énorme, à été trés présent à chaque instant, tout comme ses parents et en particulier sa maman qui a été d'un grand soutien, il n'a eu de cesse de me réconforter, et de se soucier de moi et de ma santé, avant, pendant et aprés l'intervention, mes parents eux ne m'ont pas demandé de nouvelles ni le jour, ni aprés l'intervention. L'ivg à transformer ma vie, elle a détruit des choses, et en a construit d'autres, elle a renforcer mon couple, m'a donné en quelque sorte un coup de pouce, et une réelle motivation pour réussir mes études et ma vie professionnelle afin de pouvoir un jour être en mesure de subvenir de façon indépendante aux besoins des enfants que j'aurai plus tard, être en mesure de leur assurer un avenir, sans pour autant sacrifier le mien. Fonder une famille reste toujours une envie, et un projet, ça n'était simplement pas le moment, je ne regrette pas ma décision, car je l'ai prise en écoutant ma raison, et en prenant la décision qui me semblait être la meilleur pour l'enfant qui aurait pu naitre, mon couple, et moi-même. Je me suis épanouie, et je m'affirme chaque jour un peu plus grâce à ça. Bien sûr il m'arrive encore de pleurer, et de m'imaginer au fur et à mesure que les mois passent avec mon ventre s'arrondissant, mais je sais que le temps pansera ma blessure. Voilà pour mon témoignage. Quoiqu'il en soit quelle que soit votre décision, ne laissez personne vous dicter ce que vous devez faire, posez vous les question qui vous semble être les bonnes pour vous. On a chacune nos expérience, la mienne en est une parmis d'autre, et si elle peut apporter quelque chose alors tant mieux.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


275665
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages