Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'en saurai certainement plus ce soir, avec ma thérapeute.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 27/10/10 | Mis en ligne le 16/07/12
Mail  
| 81 lectures | ratingStar_276355_1ratingStar_276355_2ratingStar_276355_3ratingStar_276355_4
Hello Nisse, je crois que c'est exactement ce que tu exprimes. J'en saurai certainement plus ce soir, avec ma thérapeute. Alleluïa, le mercredi est arrivé mais chaque jour jusqu'ici m'a permis de faire un petit chemin, grâce à votre aide précieuse pour moi car sans jugement. Et comme tu disais, Nisse, j'ai tant entendu (quand j'ai eu craché mon histoire comme pour m'en délester tellement c'était lourd) tant de fois ou alors c'était sous entendu, que c'était mon choix et je ne veux pas me déresponsabiliser mais c'est dur pour moi de porter un choix pareil quand j'ai tellement le sentiment que ça n'était pas mon choix, mon choix aurait été de le garder si mon corps ne m'avait pas dit l'urgence de ne pas le garder en moi. J'ai même entendu une femme, une fois, me dire que moi je m'y connaissais plus pour ne pas avoir d'enfant que pour en avoir. Cela venait d'une collègue/proche à l'époque qui n'a pas pu en avoir alors j'ai compris depuis mais ça a été dur. Ma chef actuelle, qui n'est pas au courant, m'avait dit, ce sont ses termes "si tu avais dû pondre, tu l'aurais fait depuis longtemps" ou encore, ces jours-ci, à relancer devant moi, celle qui va être grand-mère alors qu'elle sait que pour moi, avec mon hysterectomie, c'est fini. Je sais qu'on ne peut pas toujours penser à moi mais l'autre jour, un collègue qui a eu une petite fille, racontait cette merveille devant moi, il l'a même amenée au boulot y a peu, j'ai dit à un moment "et bien moi aussi, avec mon chat, on fait ça" et je suis sortie du bureau. Elle aurait pu entendre, sachant un peu de mon parcours, que si possible, il ne fallait pas insister devant moi. La partisane de s'asseoir sur ses ressentis, c'est bien elle, la sans émotions, elle qui a vécu l'avortement de l'enfant de l'homme qu'elle aime encore aujourd'hui, presque vingt ans après et qui n'a pas voulu de l'enfant qu'elle portait parce qu'il en avait déjà. Pourquoi mes parents ne montraient pas leur émotions. Je ne sais pas. Sans doute que c'était passé de génération en génération car mes grands-parents, pour les trois que j'ai pu connaître, ne montraient pas grand-chose. Sauf que les maternels montraient les choses, je les sentais dans la communication non verbale, comme flotter dans l'air. Je n'ai jamais douté de leur coeur à eux. Mon père buvait pour aplatir ses émotions. Sa douleur d'avoir perdu son père très tôt (suicide). Ma mère, quant à elle, je ne la connais pour ainsi dire pas. Partisane du "on ne peut être compris par personne" alors elle ne parle pas, du moins ne parlait pas. Je ne me souviens que de choses physiques mais pas d'émotionnel. De cris, d'énervements mais pas de joie de vivre. La joie de vivre, c'était chez les grands-parents maternels, les rescapés du génocide arménien, des petites merveilles, des caractères forts et des grands coeurs, c'est eux qui font qu'au fond de moi j'ai une incroyable patate et envie de bouffer la vie. Cette envie je l'ai fait remonter en thérapie mais depuis quelques jours elle est comme couvée sous ma propre vie. Je crois que je n'envisageais pas d'être autre chose que ce qu'on m'avait demandé d'être. Puisque c'est ainsi que j'ai fonctionné jusqu'à mes 35 ans, je dirai. Et l'émotion, je ne savais pas comment ça marchait. Y avais-je droit ? Et comment faire avec ça, avec l'émotion ? Est-ce qu'on pouvait vivre en ayant des émotions ? Si on m'avait appris à vivre sans (au moins les montrer) , c'est qu'on n'était pas sensé vivre par le coeur, nan ? J'ai hâte et pourtant je ne suis pas pour que la vie passe vite, mais je suis curieuse (dans le sens de "en attente" de voir ce que mon corps va me dire ce soir en séance. Je vous embrasse, les filles et encore merci de votre présence.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


276355
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages