Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'oublie mes émotions

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 90 lectures | ratingStar_269001_1ratingStar_269001_2ratingStar_269001_3ratingStar_269001_4
Où peut-être que je les refoule. Je peux ressentir de la colère, de la peur, de la joie, aujourd'hui pour une raison ou une autre, je vais y repenser, réfléchir à ce que je ressens quand ça remue des choses en moi. Mais le lendemain, j'ai l'impression que tout disparait. Comme si chaque jour, je recommence la même chose. Avec "moi même", je me sens bien, quand je reviens en arrière, je me rend compte, que c'est peut-être ma façon de me construire, en traversant une période difficile, de remise en question. Cela me fait penser à quelqu'un qui a fermé la porte de sa maison, le temps d'y mettre de l'ordre. Maintenant j'ai l'impression que j'en ai fait trop, je ne laisse plus rien s'accumuler, je prend les choses avec philosophie ! Mais du coup, c comme si rien ne m'atteint ou plutot ce qui se passe dans ma vie m'atteint sur le moment, ça peut durer une journée, deux au maximum et après je trouve "un arrangement" pour que ça ne me perturbe pas, si c'est une chose que je peux changer je le fais, sinon, je ne me casse pas la tête. Mais je crois que je lutte de moins en moins ça vire chez moi à de la résignation surtout lorsque l'obstacle que je rencontre est lié aux autres ou à ma relation à eux. Et c'est là ou ça devient un problème. Parce que mon attitude ne crée pas des liens, enfin, je cotoie des gens, j'aime, je "partage" ou plutot je suis plus dans le don, finalement je cotoie est bien le mot, car il veut dire aussi "vivre à coté". Je ne sais pas être dans une relation, je peux l'entretenir, l'initier, être à coté de quelque, à ses cotés, lui donner, et par moment demander, mais je sens que ce n'est pas ça. Il y a dans mon attitude quelque chose de mécanique et de saccadé. Je parle de relations en général, en famille, en amour et en amitié. Il se peut qu'au fond, je sais donner, mais je ne sais pas partager. En donnant autant, je prend toute la place, peut-être que ce que je donne c pas ce qu'il y a de plus précieux, ce qui favorise vraiment la relation, c'est à dire, mes émotions, une part de moi qui est vraie. Je me suis dispersée dans ma réflexion, mais tout cela est lié. En cherchant à trouver mon propre bonheur, je crois que j'ai confondu autonomie et "autosuffisance". Cela fait que dans ma "relation" avec les autres, c comme si je suis effacée, mais c pas dans le sens que j'ai pas de caractère. Mais je crois que c dans le sens ou on ne voit pas vraiment "qui je suis". Ou encore que tout me convient, mais c pas parce que j'ai pas d'opinions, mais parce que ma première réaction c de prendre du recul. Si quelque me parle d'un avis avec qui je ne suis pas d'accord ou je ne comprend pas, je ne vais pas l'attaquer, mais plutôt essayer de comprendre. Et je crois qu'en même temps, les gens sentent avec moi qu'ils sont transparents. Qu'ils ne me touchent pas tant que ça, qu'ils n'existent pas vraiment pour moi. Je sais que la mémoire et les émotions sont liées. Cela fait quelque temps que ma mémoire devient de plus en plus "sélective" j'ai mis cela sur le compte de la fatigue, j'ai essayé de trouver un autre rythme de vie. Mais je pense que ce n'est pas juste cela. C'est lié à la façon avec laquelle je vis ce que je ressens et les émotions qui naissent en moi. Je cherche à comprendre ce qui m'arrive, ou plutôt à garder vivantes mes émotions, mes sentiments, parce que sans elles, je stagne. Je me sens bien dans ma vie d'une façon générale, je vis "au jour le jour" mais avec cela, je suis tranquille, oui mais je n'avance pas. Je m'assume et j'assume la responsabilité de ma vie. Je n'ai pas peur d'être seule, je me sens bien avec moi même, mais je ne veux pas que ce "Je n'ai pas peur d'être seule" se transforme en "j'ai peur de ne plus être seule"! J'aimerai que je puisse garder souvenir de ce que je ressens, car c le fil conducteur de la vie. C'est ce qui donne le sentiment de continuité, et non pas d'être dans un éternel recommencement. Je ne m'attendais pas à écrire un message aussi long. Si quelqu'un a une piste de reflexion ou une idée , ça m'aiderai beaucoup. Merci d'avance pour votre lecture.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


269001
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages