Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je divorce

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 17/03/10 | Mis en ligne le 03/05/12
Mail  
| 107 lectures | ratingStar_249919_1ratingStar_249919_2ratingStar_249919_3ratingStar_249919_4
Thiguy… ça veut dire quoi "réussir son divorce" pour toi ? Pour moi, ça a été d'obtenir ce que je voulais et j'ai mis 2 ans à négocier les conditions et à mettre beaucoup d'eau dans mon vin pour les enfants. Au final, même séparés, j'ai eu l'impression d'être encore mariée à lui tellement je l'ai porté à bout de bras tout ce temps à essayer d'arrondir les angles, à le tirer d'affaire ou lui donner un coup de pouce financier ou matériel pour qu'il puisse assumer les visites de notre fils (en GA) … Alors s'écraser pour les enfants, je l'ai fait… pour quel résultat ? Un épuisement récurrent à marcher sur des oeufs sans arrêt, pas faire de vague, surtout pas, parce que sinon ce sont les mômes qui trinquent. Au bout du compte, tout ce travail investi pour RIEN ! Il m'a sorti THE phrase qu'il ne fallait pas et tout ce que je gardais en moi depuis 4 ans et demi est sorti d'un seul coup ! Ras le bol d'être prise pour une conne, de l'écraser, de prendre sur moi sans arrêt. Si j'avais su… j'aurais foutu le bordel lors de mon divorce, les choses seraient plus claires aujourd'hui. Mon erreur a été d'assumer A SA PLACE ses responsabilités pour protéger notre petit… en faisant ça, c'est moi qui morfle aujourd'hui. On se demande bien pourquoi. Il n'assume toujours rien (sauf effectivement la présence et les jeux… mais aussi impliquer notre fils dans ses problèmes, lui promettre des grandeurs et finalement le faire vivre dans la misère la plus complète… après tout, "ta mère" est là pour ramasser les morceaux, hein ? ). J'aurais du être plus égoïste, assumer seulement ma part de responsabilité et pas plus. Il n'assume pas ? C'est son problème, pas le mien, je n'avais pas à faire sa part dans le but de protéger Nono. Si je n'avais pas agi comme ça, Nono n'aurait pas mis son père sur un piédestal, il ne serait pas déçu de plus en plus, il saurait à quoi s'attendre. Il y a quelque chose de vraiment malsain dans cette situation que j'ai contribué à aggraver en pensant bien faire, vois tu… Il y a des jours comme ça, je voudrais que ma vie soit une ardoise, pouvoir effacer mes erreurs et les corriger. Maintenant, je suis coincée, inquiète et je marche sur des oeufs cette fois avec mon fils. Le moindre faux pas peut me conduire dans un conflit sans fin avec lui, peut me conduire à vraiment le perdre. J'aurais du anticiper tout ça : les gens ne changent pas ! Quelque soit l'énergie que l'on mette en leur évitant les peaux de banane, en assumant à leur place au nom de la protection des enfants… Purée… j'ai vraiment été loin dans cette absurdité ! Je me revois encore récupérer mon fils à l'école primaire, très tard, parce que son père n'était pas à l'heure, lequel m'appelle à 13h passées (au lieu d'être là à 11h30 sortie de classe le samedi) , mon fils en larmes… parce qu'il croyait que son père avait eu un accident ! Complètement paniqué à cette idée insupportable… et moi qui le console et lui dit qu'il y a du monde sur la route, qu'il va bien et ne va pas tarder à arriver, alors qu'en réalité, le père m'avouait ne pas s'être réveillé à l'heure ! Et quand son père est arrivé, son cri de joie et le voir courrir heureux à la rencontre de ce père irresponsable… Ah ! Ça ! Sur le moment, tu es fière de toi… avec le recul, nettement moins. Tu l'as protégé cette fois là et après aussi, et la fois d'après… jusqu'au jour où ça clashe. Dans ce cas là, pour mon aîné, il s'est rendu compte tout seul. La déception est à la hauteur de la trahison quand il m'a déclaré : "même un gamin qui n'a pas de père, même pas il en veut d'un comme le mien"… il ne l'a pas dit avec colère, juste une immense déception, l'impression d'être catapulté d'un monde factice dans un monde tout à coup adulte. Puis plus tard, il m'a dit : "je n'aurais jamais d'enfants, maman, les adultes les font trop souffrir"… même s'il a ajouté "je ne parle pas pour toi", je sais au fond de moi qu'à 12 ans il en avait déjà trop pris dans la gueule. Il n'y a pas moyen de leur éviter la souffrance, cette souffrance là d'avoir un père pas à la hauteur. Ce n'est que reculer pour mieux sauter. On ne peut pas les protéger. Comme dit mon grand, un jour ou l'autre, on ouvre les yeux et ça fait mal. Ils grandissent comme tu dis, trop vite, crois moi… Pas facile de trouver la juste mesure dans tout ça… entre trop et trop peu… Quelle est la meilleure attitude ? J'ai été dans l'excès, même si des amis me disent que j'ai bien fait, qu'il vaut mieux qu'un enfant découvre par lui-même, que j'ai eu l'attitude juste en ne médisant pas sur ces hommes irresponsables, je n'aurais pourtant pas médis si c'était la vérité. Je l'ai camouflée, cette vérité, c'est mentir au final, pas arrondir les angles… ils pourraient aussi bien l'un que l'autre m'en vouloir d'en avoir trop fait, d'avoir voulu trop les protéger. En conclusion : pour ton divorce, soit égoïste, demande ce qui est *juste*, assume ta part de responsabilité et pas plus, surtout pas celle de ton ex (laisse le se dépatouiller tout seul avec ça ! ) et si tes enfants posent des questions, réponds avec honnêteté mais sans colère et avec empathie. Si le père ne veut pas les prendre un WE parce qu'il a prévu de sortir, dis le leur, ne leur épargne pas une peine qui sera bien pire plus tard. Ils ne peuvent pas compter sur leur père, autant qu'il sache à quoi s'attendre aussi tôt que possible : "papa a appelé, il ne vient pas parce qu'il a prévu une sortie, j'en suis désolée pour vous". J'ai trop vu mon aîné guetter à la fenêtre son père qui n'arrivait pas ou pire un vendredi soir qu'il a oublié que c'était son WE et quand je l'appelle à 21h pour savoir ce qu'il fait "merde, j'ai oublié ! J'arrive"… il est arrivé à près de minuit imbibé d'alcool… Et mon loulou était hyper content. Je ne sais pas ce que j'ai protégé L'enfant ? Le père ? L'image paternelle ? Moi-même parce que je refusais l'idée même d'entrer en conflit ? Au bout du compte, j'y suis dans le conflit, je ne peux plus reculer, je dois m'en aller à la bataille que je redoutais. Que d'énergie dépensée pour rien ! Excuse moi, c'est un peu décousue mon discours… La question n'est pas facile du tout. J'ai voulu faire différent de ce que je voyais autour de moi, je voulais faire bien et je me suis plantée. Les frontières étaient trop floues, rien n'était clair. A vouloir dissoudre un couple tout en gardant le trio père/mère/enfant, tout s'est mélangé. J'ai continué à assumer pour deux et je n'aurais pas du. Quant à la question de la PA… tu connais ses revenus, 10% de ses revenus et par enfant, basta ! Si tu demandes trop, le juge abaissera ta demande. Mais il est hors de question qu'il s'en tire ainsi ce mufle ! Les enfants n'ont pas à payer les pots cassés et à renoncer à des activités parce que Môsieur veut une belle vie sans enfant. C'est dingue… choquant. Si tu dois faire une bataille, fais la maintenant au risque de la faire plus tard et qu'elle soit bien plus difficile à mener. Les juges n'aiment pas les pères qui se débinent. Ce que tu acceptes aujourd'hui sera considéré comme normal plus tard et tu vas morfler, tout comme moi aujourd'hui. Alors jalonne et pose les bases acceptables dès maintenant… plus tard, tu ne pourras faire machine arrière. S'il y a un moment où il faut anticiper, c'est dès maintenant. Allez… courage ! M'en vais reposer mes yeux et mon cerveau en ébullition.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


249919
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages