Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je me suis donc lancé dans ce boulot et j'espère qu'il vous plaira.

Témoignage d'internaute trouvé sur jeux_video_com - 02/10/11 | Mis en ligne le 28/07/12
Mail  
| 123 lectures | ratingStar_281856_1ratingStar_281856_2ratingStar_281856_3ratingStar_281856_4
Bonjour et bienvenue sur la page d'une fic que j'ai en tête depuis un moment Je me disais que je ne trouvais pas réellement ce que je cherchais en terme de littérature sur le genre mélant fantasy et space opera. Et pourquoi pas écrire moi-même mon histoire ? Je me suis donc lancé dans ce boulot et j'espère qu'il vous plaira. J'aimerais publier régulièrement des chapitres afin que l'histoire avance lentement mais sûrement. J'espère que cela vous plaira. L'espace, de la chevalerie, de la magie, de la technologie, des peuples légendaires, bienvenue dans le monde de Krystellia. Prologue : L'immensité. L'époque au cours de laquelle prend place notre histoire n'est ni proche, ni éloignée. C'était une époque où tout était possible, une époque où les mythes et les légendes poussaient les braves sur la route de l'aventure. La technologie n'avait jamais été aussi avancée et la science-fiction n'existait plus que comme un souvenir lointain. Les armes à feu firent place à des objets d'un nouveau genre, les armes à impulsion. Mais bientôt, ces jouets hors de prix n'eurent plus aucune utilité face aux boucliers énergétiques peu onéreux et simples à concevoir. Paradoxalement donc, si la technologie ne semblait pouvoir aller plus loin, la société entama un retour aux fondamentaux de la chevalerie. L'épée fut de mise et le combat redevint âpre et rude comme aux temps des guerres jadis. Les gouvernements avaient suivi l'étrange régression de l'armement, la royauté refaisait surface, les pays peu riches devenaient les vassaux d'un autre. Le monde avait dévoilé tous ses secrets, on avait creusé, prospecté, mis à jour, décelé, exploré, découvert. Puis, lassé que le monde ne présenta plus d'attrait à ses yeux, l'homme se lança dans un projet d'une envergure colossal. Il entama un autre type de périple, découvrit d'autres races et d'autres mystères. Car si le monde est vaste, l'espace, lui, est immense. Chapitre I : Vivre dans l'obscurité. La chaleur du feu emplissait la pièce et les derniers clients de l'auberge somnolaient, un verre à la main. Certains fredonnaient des chansons qu'eux seuls connaissaient, d'autres tintaient l'atmosphère d'un léger brouhaha. Le tavernier parcourut la salle du regard et il ne put s'empêcher de sourire face à cette ambiance, chaque premier Lundi du mois, c'était toujours la même routine. Les fabriques fermaient et payaient leur dû à leurs ouvriers, les laissant festoyer et fêter ça comme il se devait. Ce n'est pas par générosité que ces usines leur donnaient du temps libre car tout le monde savait que si les ouvriers n'avaient pas leur repos hebdomadaire, la qualité des produits serait mise à mal. Après tout, qui avait besoin d'un vaisseau défaillant au beau milieu de l'espace ? Ce n'était pas au moment de passer en hyperespace que l'un des boulons maintenant les hublots devait sauter, livrant ainsi la cabine au vide intersidérale, aspirant tout à l'extérieur y compris les passagers surtout si c'est un petit hublot. Néanmoins, les yeux du tavernier s'arrêtèrent sur l'un des clients, une silhouette bien différente de celles qui chantaient à tue-tête en buvant de l'hydromel. Cette silhouette couverte des pieds à la tête par une tunique noire restait immobile, imperturbable et levait de temps à autre le verre qui trônait face à elle jusqu'à un endroit dissimulé par les replis de la capuche. Ce manège se répétait sans cesse, sans autre mouvement que ce va-et-vient de la table jusqu'à la capuche. L'aubergiste commença à se demandait qui était cet homme, silencieux et retiré dans un coin de la salle, près de la cheminée. Perplexe et curieux, il décida de s'approcher de l'homme et de tenter d'entamer la conversation. Après tout, si cette personne était un rôdeur, autant la chasser, si ce n'était qu'un voyageur, ce serait l'occasion d'entendre quelque chose de neuf. Alors qu'il approchait doucement mais avec assurance, la silhouette arrêta son geste et son autre main, qui restait jusqu'à présent sur la table, disparut imperceptiblement sous la table. L'aubergiste ne le vit pas et vint se camper face à l'étranger. " Pardonnez mon indiscrétion mais je n'ai pu empêcher de vous remarquer et je me demandais ce que vous étiez étranger : dangereux ou simplement perdu. Voudriez vous satisfaire à ma curiosité et me dire d'où vous venez et ce que vous faites ici ? " L'étranger tourna sa tête toujours dissimulée vers son interlocuteur. La main cachée sous la table revint comme par magie pour enlever la capuche. Lorsque le tissu glissa de la tête pour se poser derrière, une cascade de cheveux blonds apparut comme par magie encadrant le visage d'une jeune fille. Une mèche de cheveux tombait sur ses yeux et les dissimulait presqu'à moitié mais on pouvait clairement distinguer que ses pupilles n'étaient pas de la même couleur : l'une était bleue, l'autre verte. Le tavernier hésita un instant et reprit contenance assez vite. " Je viens d'un endroit assez éloigné disons. Vous nommer cet endroit ne sera pas utile, vous ne pouvez le connaître ! Et ce que je fais ici, eh bien, cela me semble évident, je prends un peu de repos en buvant cet excellent hydromel. La jeune fille sourit alors avec amusement au tavernier qui ne savait trop quoi penser. - Oui bon… Veuillez m'excusez Damoiselle, je n'avais pas pensé que vous puissiez être une femme sous cette capuche, fit-il un peu hésitant. Le sourire de la jeune fille disparut aussitôt. - Ce que je suis à peu d'importance dans ce cas. La jeune fille avait un air sombre. - J'espère que vous n'allez pas me poser de problèmes. Une jeune fille, au beau milieu de la nuit et avec ces hommes imbibés d'alcool, il fit un geste vers les autres clients, vous ne devriez pas traîner ici. Le sourire de l'intéressée revint à la charge. - Je pense savoir me défendre. Elle eut un petit rire. Quel est votre nom, aubergiste ? - Gresto, mon nom est sur l'enseigne. Pourquoi ? - Parce que, Sire Gresto, j'aimerais vous louer une chambre. Et j'ai pour règle de ne dormir que chez les gens que je connais. J'ai votre nom, cela suffira. En toute logique je devrais vous donner le mien… - Et quel est-il ? Le tavernier demeurait méfiant. - Hum… Elenna Tristevent." C'est ici la fin de cette partie mais pas du chapitre A bientôt pour la suite !
  Lire la suite de la discussion sur jeuxvideo.com


281856
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages