Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je ne pense pas que ce soit vrai.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 50 lectures | ratingStar_280773_1ratingStar_280773_2ratingStar_280773_3ratingStar_280773_4
Salut ! J'ai l'impression que tu as été conditionnée, programmée comme un robot pour te négliger, en famille, par ta famille d'ailleurs, ou avec les mecs que tu as fréquenté, qui on poursuivi le travail de sape. Sauf que ma mère il y a quelques années a dit que les parents sont toujours déçus par leurs enfants. Je ne pense pas que ce soit vrai. Cela dit, il y a une interprétation possible à ces propos à laquelle tu n'as peut-être pas pensé : les parents souhaitent généralement que leurs enfants réussissent tout, accomplissent tout, soient "parfait", et c'est souvent proportionnel à l'imperfection des parents ! Ils espèrent que leur enfant fasse ce qu'ils n'ont jamais fait, eux, pour une raison ou une autre. Constatant "l'imperfection" de leur enfant (ben oui, c'est un humain, ni plus ni moins ! Comme eux, et comme tout le monde ! ) , ils s'estiment déçus. Je ne sais pas dans quelle mesure cela peut-être vrai dans ton cas, mais bon, c'est une piste… Ma grand-mère maternelle me disait de rester indépendante… mais nous a gardés à ses pieds, nous comme ses filles mariées et pour ma mère mère, jusqu'à la fin de ses jours. Elle parlait de l'indépendance financière. Sans chercher à lui trouver d'excuse, je comprend : mon père qui doit être né quelques années après elle a quand même grandi avant, pendant et après la 2de guerre mondiale. Tickets de rationnement, difficultés à se procurer… à peu près tout ! Il en a gardé jusqu'à récemment la crainte de manquer. Economiser, ne rien jeter… Aujourd'hui, tout ça semble bien loin dans l'histoire, pour toi et moi, mais pour ceux qui ont vécu ça, le pire drame pour eux ou leur famille serait de manquer de quoique ce soit, matériellement j'entends. J'ai nié toute ma vie que j'avais des besoins, des manques et que j'avais le droit à ma part d'amour moi aussi. Alors j'ai refusé l'amour qu'on a voulu me donner jusqu'à présent et j'ai longtemps choisi exprès des personnes qui ne pourraient pas m'aimer. Exprès j'ai choisi des hommes qui me sauteraient, me parleraient d'aimer mais toujours quelqu'un d'autre que moi, voudraient un bébé mais plus tard, pas avec moi et moi je restais là, j'accourais dès qu'on m'appelait, pour une pipe, pour n'importe quoi. Souvent des hommes qui m'attrapaient avec le coeur en me faisant croire qu'ils m'aimaient. Pour mieux me jeter, plus fort, plus loin, avec plus de dégâts qu'eux-mêmes pouvaient l'imaginer. Ainsi que je le disais plus haut, tu t'es négligée, tu t'es faite passer en second plan, parce que tu avais été conditionnée ainsi. Et que personne ne me parle d'adopter, s'il vous plaît. Il est beaucoup de personnes qui adoptent si elles peuvent faire le bébé naturellement ? L'ennui, c'est que les enfants adoptés ont un traumatisme, un lourd passé derrière eux, même tout jeunes. Et que pour y faire face, il faut déjà être fort soi-même. Pas sur une béquille, si je puis dire. Tu as été blessée par la vie, par ta famille entre autres, plusieurs fois, et avant de penser à l'adoption, il faut déjà guérir et être sûr que l'on est assez fort pour élever le gosse quelque soient les galères ! Enfin, c'est mon avis. Voila mes premières impressions, je ne sais pas si ça t'aura aidé. J'y reviendrai par la suite.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


280773
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages