Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je ne prends pas de somnifère à cause du risque de dépendance.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 11/06/10 | Mis en ligne le 15/07/12
Mail  
| 84 lectures | ratingStar_275989_1ratingStar_275989_2ratingStar_275989_3ratingStar_275989_4
Bonjour Sérenité. Je ne prends pas de somnifère à cause du risque de dépendance. C'est vrai que je traverse des périodes de perturbation du sommeil, mais elles ne durent pas Et puis, je me suis levée à midi aujourd'hui^^ Citation : Il est vrai que le monde du spectacle est spécial, c'est un peu chacun pour soi, tout le monde veut la meilleur place, il y a énormément d'hypocrisie dans ce milieu. Je comprend que tu es pu en être écoeuré. J'aime pourtant ce milieu, qui est un peu en dehors des normes !! Moi aussi ! Mais j'étais mieux, à l'abri derrière mes platines ! J'ai toujours trouvé l'ombre + confortable que la lumière. Je mets les autres en lumière et même dans les cas où c'est moi qui tire les ficelles, je préfère que ce soit d'autres qui prennent la lumière. D'ailleurs, je n'ai jamais été à l'aise avec les micros ! J'étais si bien en DJ… j'animais les soirées, je dégottais les titres qui allaient mettre le feu en salle et je ne les lâchais plus jusqu'à leur épuisement Il est arrivé rarement que je sois applaudie en fin de soirée ou bien qu'on vienne me serrer la main avant de partir pour me remercier d'avoir fait une si bonne animation. Bizarrement, ça me gênait… de voir les autres s'amuser et prendre plaisir était ma récompense, ma RECONNAISSANCE. Je n'avais pas besoin de plus. Un public différent chaque semaine, c'était autant de défis ! Citation : Je comprend que tu puisses le redouter, moi pareil, de plus pour avoir travailler dans ce milieu, je ne suis pas du tout pressé d'aller dans une maison de retraite !! Entre le manque de personnel, le non respect des personnes, la maltraitance, qui peut-être physique comme verbale, je jure qu'il faut mieux mourir avant. J'ai effectivement vu des choses pas très jolies dans ce milieu… j'ai travaillé dans un foyer pour adultes polyhandicapés (mentaux et mentaux/physiques) , j'avais été horrifiée. J'adorais mon travail, mais par contre, j'ouvrais ma bouche sans avoir de contrat solide entre les pattes. Du coup, contrat non renouvelé Il ne fait pas bon dans notre société d'être faible… Citation : Bien sur, il n'y a pas que ça, certaines personne agé y vienne de leur plein gré, d'autre non, elle y sont jeté par la famille, d'ou les déprimes et même quelque fois les suicides chez ses personnes. C'est une fin de vie horrible pour certain quand il ne l'on pas choisie. Nous, aide soignante somme là pour leur apporter un maximun de bien être, préserver leur autonomie, leur confort… Après mon accident de travail, j'ai eu du mal à faire le deuil de ce métier, d'ailleurs il n'est pas complétement fait !! Cela fait presque 2 ans que je n'ai pas retravaillais, mais avec mes problèmes de dos, moi c'est les lombaires, je n'ai plus le droit d'y travailler. J'ai une reconnaissance travailleur handicapé !! Super !! J'avais rien demander, c'est le fameux pole emploi qui me la impossé, et bien sur, ma demande à était acceptée ! J'ai tellement donné de ma personne pour que "mes mamy, papy" soient bien, que jme suis habimé le dos ! Mais il ce peut qu'un jour je refasse une demande en tant que travailleur handicapé !! Jme ferais peut-être rire au nez, mais bon !! Qui ne tente rien n'a rien Ceci dit, il y a d'autres moyens d'atteindre ce que l'on souhaite. Moi, par exemple, j'aurais adoré faire la lecture aux personnes âgées J'ai déjà réfléchi à une assoc' dans ce genre là… Mais je pense qu'il faut être bien accrochée aussi : quand on s'attache et que l'un d'eux disparait, ça doit être très dur. Citation : En fait je me trompes, c'est plutot une peur, celle d'échouer, car je n'ai pas confiance en moi. Oui, mais justement… est-ce la peur d'échouer, ou est-ce la peur de réussir ?!!! Pas si évident de faire la distinction et pourtant les problématique autant que les chemins pour s'en dépêtrer sont très différents. Citation : C'est marrant quand tu dis que c'est comme si tu t'arranger pour échouer, combien de fois on m'as fait ce reproche !! Et au fond c'est pas faux, en fait, pour ma part, j'ai l'impression que j'ai peur de perdre ma liberté !! C'est bizarre, je me l'explique pas. Tiens encore cette semaine par rapport à mon projet qui échoue, ma mère me dit, de toute façon ça t'arrange, et je sourie bétement en me disant tout bas, elle a peut-être raison !!? Perdre ta liberté ? Intéressant… cela aurait avoir avec les contraintes ? Refuser les contraintes ? Ou bien encore ne pas savoir négocier/se faire respecter etc… ? Citation : C'est étrange, parce que si tu y es arrivé, tu devrais sentir ta réussite, et être boosté ? C'est plutot un abandon du projet ? Jss pareil !! C'est trés énervant parce qu'en plus on nous prend parfois pour des fainéants !! Alors que pas du tout. Je devrais, mais ce n'est pas le cas ! Être satisfaite de son boulot mais que les autres ne le soient pas… quand tu te donnes à fond et que finalement ça ne plait pas, tu te demandes pourquoi ces efforts ? Tout ça pour rien ? Car ce n'est pas l'effort qui est reconnu, mais la valeur de ta production et si elle ne correspond pas aux attentes des autres, c'est comme si tu n'avais rien fait… alors j'anticipe ça en manageant pour échouer. C'est comme de dire "à quoi bon ces efforts si c'est pour ne rien obtenir" ? Ou pire encore… "pour obtenir une volée de bois vert" ? J'anticipe toujours ce que les autres vont penser. Pour peu que je sois en test/apprentissage de quelque chose, je vois, MOI, les défauts de mon travail = je ne suis pas satisfaite de mon travail = si je ne suis pas satisfaite, les autres ne le seront pas non plus ! = j'ai échoué = je ne propose pas mon travail = retour à la case départ Et si je dois malgré tout rendre la production de mon travail, par obligation, c'est la peur au ventre… qui me donne envie de me terrer, de me cacher loin, très loin… Je me rends compte en l'écrivant que je suis sensible aux critiques, mais pas dans le bon sens… les critiques me détruisent au lieu de me construire. La faute à mes parents, pour le coup ! La valeur de mes efforts vs la valeur de la production de mes efforts… pas à la hauteur, jamais pour rien, qui ont bridé toutes mes tentatives d'entreprise. Je viens de réaliser un truc… à propos du tricot, ayant réalisé très vite des ouvrages compliqués, classés expert, j'avais fait le tour de ce que j'avais à apprendre dans ce domaine. Je m'en suis désintéressée et n'ai jamais plus fini un ouvrage lorsque ma mère m'a dit un jour : "tu es vraiment douée pour le tricot"… Pour le dessin, j'ai fait de trèèèès longue pause, sans toucher un crayon, parfois une année voire des années entières. C'était un autre cas de figure : j'avais vu le travail d'autres qui me paraissait meilleur que le mien. Et ça, c'est une remarque de mon père, quand j'avais 15 ans et désireuse d'intégrer une école d'art réputé : "il y aura toujours meilleur que toi, tu ne t'en sortiras jamais dans ces métiers, tu crèveras la dalle"… et de fait, il m'a contrainte à poursuivre mes études dans le para-médical (qui ne m'ont servi à rien sinon personnellement : je n'ai jamais travaillé dans ce milieu et le fuit, même ! ). Pourtant, mon style ayant évolué avec les années, et pourtant sans jamais avoir pris de cours, un jour, en venant chez moi, il a surpris une de mes productions encadrées qui attendaient d'être accrochée, dans mon salon. Il a été très très surpris d'apprendre que ça venait de moi et il voulait me faire exposer ! J'ai eu l'impression d'un déchirement à l'intérieur de moi. Bien-sûr, je me suis gardée de revenir sur cette discussion et je n'ai pas exposé. Aujourd'hui encore, je suis assez jalouse de mes dessins et ne les partage que très peu (plus qu'avant, mais pas à un grand nombre non plus ! ). Citation : Cette impression d'avoir régressé, n'est qu'une impression, je suis passé par là, mais ce n'est qu'un passage pour mieux rebondir, même si quelquefois il semble impossible de remonter. Je suis un peu moi-même aussi dans cette période, peut-être la saison, je ne sais pas, mais il faut résister notamment à l'envie de se faire mal. Il faut comprendre ses pulsions, moi jamais je n'en avait eu, et pourtant après mon PN j'en ai eu, ça m'a fait très peur, et ça revient de temps en temps, un peu cette semaine. Je trouve que l'on se ressemble pas mal dans nos comportements ? En effet, mais j'ai déjà travaillé sur ce point et si je ne cède pas à ces pulsions, c'est précisément parce que je sais d'où elles proviennent et comment elles se manifestent. J'en connais le fonctionnement. Mais tout comme toi, avant mon PN, j'en avais eu fini avec la violence contre moi et quand il est passé par là, elle était puissance 10 à tout ce que j'avais ressenti jusqu'alors… Incapable de violence envers les autres, tout en la ressentant tellement, qu'il fallait un exutoire malgré tout pour la laisser s'échapper… et j'ai donc choisi ma propre personne pour ça, je ne pouvais pas faire autrement que l'exprimer à travers moi. Mélange de violence et de souffrances indicibles… Citation : C'est sur que c'est difficile d'analyser quand on a juste envie de se faire du mal, et qu'on ne pense à rien d'autre qu'a ça, que ça semble être le seul moyen pour se soulager. Sur le moment, effectivement, ça soulage !!!! Mais ce n'est que de courte durée. J'avais fini par me mutiler toutes les semaines et l'écart entre deux crises s'amenuisait dangereusement au point de rouvrir d'autres blessures en cours de cicatrisation. De plus, c'était toujours aux ciseaux, chez moi, que je me tailladais… et j'ai appris depuis que la signification symbolique des ciseaux étaient au choix : rupture, communication rompue ! J'étais en plein dedans ! Et l'autre jour en faisant ma couture, les ciseaux m'ont à nouveau attirée sans que je comprenne pourquoi… Aucun événement, a priori, ne provoquerait cette pulsion, si ce n'est que je me sens mal en moi, limite à me détester… je ne "m'habite" plus parce que je ne reconnais toujours pas celle que j'étais avant LUI. D'une certaine façon, je me déteste de ne plus être celle que j'aimais être avant. Il m'est même arrivée, avant LUI, d'avoir un comportement téméraire… rien ne me faisait peur, je pêchais par excès de confiance en moi (ce qui me faisait prendre des murs monumentaux, mais je m'en foutais ! Je les prenais et je repartais de plus belle ! ). Citation : Tu m'étonnes !! Tu ne peux pas faire en sorte de ne plus l'avoir dans tes contacts ? C'est fait ! Citation : Et cette amie, elle va quand même pas lui donner des infos sur toi ? Si c'est ton amie, elle peut pas faire ça ! Sachant le mal qu'il ta fait !! Elle est manipulée… comme tout le monde Mon autre amie lui a donné les infos qu'il désirait (savoir si j'avais quelqu'un dans ma vie, d'où ma crainte qu'il me recontacte). Citation : Pour mon adresse je ne sais pas comment te la donner ? Si je la met sur se site tout le monde va la voir ? Toi qui est plus douer que moi !! Je réclame tes lumières ! Tu cliques sur l'enveloppe dans la barre de mon message et tu entreras dans la partie privée du forum. Bonne après-midi à toi. PS : Suis pas spécialement bien en ce moment, mais pas désespérée.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


275989
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages