Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je ne sais plus quoi penser...help!

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 19/12/10 | Mis en ligne le 28/04/12
Mail  
| 73 lectures | ratingStar_247913_1ratingStar_247913_2ratingStar_247913_3ratingStar_247913_4
Bonjour Pineapple … , Voilà, chose promise, chose due, je suis de retour. Désolé, je n'ai pas eu le temps de passer par ici hier mais là, au saut du lit… (pas tout à fait ) je viens te faire part de mon parcours. Tout d'abord, ceci : Tu as absolument raison, il ne le voit pas ! Cela n'excuse pas son comportement mais donne au moins une tentative d'explication… ce qui sans doute n'est déjà pas si mal et est tout à ton honneur de t'en rendre compte. Bien, voici le chemin que j'ai suivi concernant ma propre agressivité et violence (verbale) par lesquelles je regrette amèrement aujourd'hui d'être passé durant quelques temps après l'éclatement du couple que je formais avec la Femme de ma Vie. Il ne s'agit que de mon vécu et donc absolument pas de la Vérité. Par contre, je me dis que cela pourra peut-être nourrir ta réflexion que d'apprendre comment a fonctionné un autre couple éclaté. C'est clair, notre couple n'allait pas bien les deux dernières années et ceci pour des raisons qui ne sont ni vraiment différentes ni vraiment les mêmes que tous les autres couples du monde. La séparation avait été abordées à quelques reprises mais cette possibilité avait toujours été pour moi comme l'argument mit en avant pour… faire peur, pour essayer de faire comprendre à l'autre le péril en la demeure, le risque ultime si nous ne trouvions pas une solution. Dans mon innocence, jamais je n'ai cru une seule seconde au fait que cette mise en garde pouvait réellement se concrétiser et si autant Elle que moi avons usés de ce levier de chantage affectif, j'ai sincèrement cru que de le dire nous éviterait de le faire… Ce que l'on peut être candide parfois… Bref, ce petit préambule pour te situer le contexte dans lequel j'étais, c'est à dire mal dans mon couple mais absolument pas avec la moindre envie réelle de se séparer. Je m'accrochais et nourrissais la conviction que nous allions, à un moment donné, (re) trouvé une paix dans notre histoire. Et puis, un jour, elle s'en est partie… et là, tout s'est écroulé ! Je te passe la déchirure, les larmes et les regrets parce que ce n'est pas le sujet ici. Mais il est certain que lorsque je l'ai vue avec ses valises sous le bras et sa détermination dans les yeux, je me suis effondré. Nous, les hommes, sommes très couillons parfois… si si, faut bien le reconnaître. A l'époque, j'avais cru qu'en disant les bons mots, qu'elle allait faire marche arrière, qu'elle allait se rendre compte de l'erreur qu'elle faisait. Le pire, c'est qu'elle a laissé planer le doute longtemps ce qui avait pour effet d'entretenir mes espoirs de son rapide retour à la maison. En fait, ce que je ne parvenais pas à comprendre à l'époque, c'est qu'elle en aurait été bien incapable. Non pas parce que plus aucune forme d'amour entre nous mais bien parce que usée par notre histoire (les 2 dernières années) , perdue dans ses nouvelles envies et autres besoins sur lesquels elle ne parvenait pas encore à mettre des mots et enfin, un besoin vital pour elle de se retrouver puisque que comme bon nombre de femmes, s'étant perdue, abandonnée au nom de sa famille (ses enfants et moi (le papa) ) pour lesquels elle avait dépensé tellement d'énergie. Bref, j'étais donc à la fois dans un souci d'exprimer au plus juste mes ressentis et émotions et en même temps, naissait une colère en moi à constater que cela ne faisait pas évoluer notre situation vers un retour à notre couple… … grrrrr… … et elle, dans ma perception des choses, semblait douter, exprimait de vraies hésitations, ce qui avait pour effet de nourrir d'avantage encore mes espoirs. Et voilà que s'est installé un cercle très vicieux, un scénario dans lequel nous nous sommes engouffré tout les deux : je fais un pas vers elle, elle reculait d'un pas. Puisqu'elle reculait d'un pas, alors c'est moi qui reculait… elle, voyant cela, faisait alors un pas vers moi… moi, bouffi d'espoir, je refaisait un pas vers elle, elle inquiète et apeurée refaisait un pas en arrière… et ainsi de suite… Et ce petit jeu-là, nous l'avons consommé jusqu'à la lie !! Je me rends compte que je déborde, pardon ! Donc, tout cela pour en venir à ceci : Ces aller/retour, cet abandon (puisqu'elle c'est elle qui est partie ) , nos incompréhensions mutuelles, nos nombreuses discussions, nos doutes, cette distance qui s'installait de + en +, son refus hésitant à revenir, etc… tout cela a fini par faire grandir ma colère. Au bout d'un temps, je me suis rendu compte qu'en plus de la colère lié aux deux dernières années + celle encore plus grosse depuis son départ et enfin, cette sensation d'avoir été trahi (c'est en tout les cas comme cela que je vivais son départ) , tout cela donc est venu à bout de ma faculté de réflexion, de ma capacité à dire les choses et/ou à gérer la violence qui est en moi - comme je cois qu'elle est en tout à chacun, ni plus ni moins. L'addition de mes frustrations intenses ont fait qu'à un moment donné, je ne parvenais plus à la voir comme étant la Femme que j'Aimais mais bien comme LE bourreau, un monstre d'égoïsme, une psychopathe machiavélique. Chacun de ses gestes et autres mots à mon égard, je les interprétais comme une nouvelle torture, comme des injures à mon intelligence, comme des insultes à mes sentiments pour elle. Pourtant, comme toi, elle essayait juste de me faire comprendre qu'elle avait encore une certaine forme d'affection pour moi et qu'elle appelait "amour". Cela me rendait dingue parce que j'estimais qu'elle mentait (à moi comme à elle) , qu'elle savait très bien que ce n'était pas ça de l'Amour… et plus elle me disait que : "oui, elle avait encore des sentiments pour moi", plus cela nourrissait ma rage parce que convaincu que c'était des mots vides de sens. Mon raisonnement était stupidement simpliste : si tu dis que tu m'aimes pourquoi sommes-nous séparés ? Et elle, elle tentait juste de ne pas couper les derniers fins liens qui nous maintenaient dans une relation de respect et d'estime de l'autre. Moi, pendant toute cette période, j'en avais rien à caler de son respect, de son amitié, de cette espèce de soupe du pauvre qu'était son amour de complaisance… enfin, c'est ce que je vivais ! Je vais rajouter un truc, un trait de caractère qui lui correspond et dans lequel tu te retrouveras peut être… ou pas. Pour Elle, il est un truc qui lui est absolument insupportable, invivable voire quasi insurmontable : ne pas plaire ! Entendons-nous, je ne parle pas de vouloir plaire sexuellement à tout le monde, ce qui en ferait une sacré allumeuse. Non, pas du tout. Par contre, une fois en relation avec qui que ce soit, elle est prête à beaucoup pour ne pas déplaire. Elle peut faire vraiment pas mal de truc qui vont parfois à contre sens de ce qu'elle est, pense ou crois et cela, juste pour plaire. En fait, ce besoin fait certainement partie des ingrédients qui ont menés à la séparation. Si je te parle de cela, c'est parce que dans notre séparation, j'ai cru longtemps qu'il y avait une part de ce besoin de ne pas me déplaire qui induisait son comportement de "gentille" à mon égard. J'ai vraiment cru que malgré qu'elle ne m'Aimait plus, il lui était fondamental que je continue de l'apprécier… que je ne ternisse pas son image d'amie parfaite, de belle personne, etc. Au près de nos familles, amis, etc. Et ça, ça me rendait dingue parce que je trouvais moi que justement, son image en prenait un sacré coup dans la figure tant elle me semblait fait preuve d'égoïsme, de caprices, etc. … ce qui, tu t'en doutes, n'a fait fait qu'en rajouter une couche sur ma colère ! Et donc, Ananas , tout cela pour en venir enfin à ceci. Il est possible que l'agressivité dont fait preuve ton ex, n'est jamais que l'expression de son énorme tristesse intérieur. Un truc du genre : "tu me fais mal en m'abandonnant, je vais te faire du mal aussi" ou "tes attentions ce n'est que de la pitié, tu sais où tu peux te la mettre ? " ou enfin "t'assumes pas de ne pas être quelqu'un de bien parce que tu sais que c'est toi qui est partie et qui a explosé notre couple, notre famille ? Et bien, tiens, je vais t'en rajouter une couche, histoire que tu te sentes aussi mal que ce que je ne le suis moi ! "… Je viens de là… je sais, ce n'est pas très noble… Je n'oserais te donner de conseils parce que je trouve que cela serait inopportun, inapproprié et qu'enfin, qui je suis pour t'en donner ? Par contre, je voudrais te faire partager ce qui suit parce que cela ma semble être le témoignage d'un possible : Aujourd'hui, ma colère s'est apaisée et je suis incontestablement dans autre chose par rapport à Elle. Là, depuis seulement quelques temps (deux mois) , nous avons tout deux abandonnés la possibilité de reformer un couple… euh pour info, nous sommes séparés depuis un an (anniversaire dans quelques jours, aïe aïe aïe… gloups ! ). Par contre, nous pouvons nous parlés sans être dans le reproche ni l'agressivité parce que aujourd'hui, j'ai accepté ! Aaaaah voilà, le mot est lâché, l'acceptation. Lorsqu'on me parlait de cet état de grâce, je pensais que cela voulait dire qu'un jour, j'accepterais que la maman de mes enfants ne soit plus ma femme. Je pensais dans ma naïveté que cela sous entendait qu'un jour, je ne serais plus en colère sur elle et sur ce qu'elle m'avait fait vivre : son abandon, sa trahison, son non-amour, son désir d'un autre, etc. Etc. Je pensais que l'acceptation, c'était le pardon de tout cela ! Mais il y avait un truc que je n'avais jamais soupçonné, pas même une mini seconde. C'est qu'il fallait aussi que je ME pardonne ! Que je me pardonne de n'avoir pas su être à la hauteur, de n'avoir pas su préserver NOTRE amour, de n'avoir pas su entretenir son amour pour moi… Cette espèce de révélation est toute fraîche en moi. Elle m'est apparue parce qu'un jour, j'ai dis à cette Femme merveilleuse qu'est la maman de mes enfants : "tu sais, je ne pourrai jamais te pardonner ! "… ce à quoi Elle m'a très généreusement répondu : "et à toi, tu crois que tu y arriveras ? "… Au moment même, je n'ai pas compris ce qu'elle voulait dire mais cette petite phrase est resté accrochée dans mes pensées, jusqu'au jour où elle a pris toute sa dimension ! Je suis infiniment reconnaissant à cette très belle personne de me l'avoir dite… parce que je crois sincèrement qu'elle m'a fait-là un très joli cadeau… Et donc, encore une fois, oui, elle a dépensé beaucoup d'énergie pour que nous gardions une bonne relation. Aujourd'hui, malgré toute la douleur, la souffrance, malgré toute la déchirure intérieure et l'intime conviction que nous aurions pu trouver un nouvel élan à notre couple, malgré toute cette conviction qu'il ne nous aura pas manqué grand chose pour réussir notre histoire, malgré l'amer goût d'échec qu'il me reste en bouche… et bien, je suis très honoré qu'Elle se soit comporté comme Elle l'a fait… parce que je dois être honnête, si nous nous entendons correctement aujourd'hui, c'est certainement en grande partie grâce à Elle et à sa volonté à l'époque de ne pas me lâcher tout à fait… et rien que pour cela, je lui suis infiniment reconnaissant,… Tu sais, c'est grâce à cela que je sais, à l'heure ou je t'écris ces lignes, pourquoi je suis encore très en Amour pour cette Femme… Que cet Amour, il est là, en moi et qu'il ne me fait presque plus mal… au contraire, il me garde en vie… parce que je sais qu'il est justifié… puisqu'il y a de vraiment de quoi Aimer cette très Belle Personne… Aussi, je crois que tu as raison de vouloir préserver cet homme. Si si ! Il faut peut-être juste que s'éclaircissent les tourments dans lesquels il est sans doute encore aujourd'hui. Tu l'as aimé à une époque et il t'aime sans doute encore. Il y a là quelque chose qu'il serait dommage de perdre… le terreau d'une autre histoire, d'une autre relation, d'un autre futur. Enfin, c'est ce que je crois et vis… Bien à toi, Alex.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


247913
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages