Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je ne supporte pas mon avortement

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1389 lectures | ratingStar_53439_1ratingStar_53439_2ratingStar_53439_3ratingStar_53439_4

Ma vie a basculée quand j'ai sue que j'étais enceinte. J'étais heureuse de porter la vie en moi car c'était mon bébé et celui de l'homme de ma vie. J'avais l'impression d'avoir fait quelque chose de… pour une fois, même si ce bébé était un accident. Mais le bonheur n'a été que de courte durée, je devais avorter. Avant quand j'entendais parler d'avortement, je pensais que cela ne pouvais pas m'arriver et que cela n'arrivais qu'aux autres, mais cela m'arrivais et je devais faire un choix pour le bien de tous. Je ne me sentais pas capable de faire ça, j'en souffrais, j'aurai aimée ne jamais à le faire mais je n'avais pas le choix. Cette décision, on l'a prise à deux, en ayant pesé le pour et le contre. J'ai donc avortée il y a 2 ans (12 Juillet 2007) et il n'y a pas un seul jour où je ne pense pas à lui ou elle. Je n'avais pas d'autre solution, trop jeune, pas de situation, ce n'était pas le bon moment, je ne connaissais mon ami que depuis quelques mois… Je n'arrivais pas à m'occuper de moi-même, alors avec un enfant. Il ou elle n'était pas né (e) que je l'aimais tellement ! Je n'avais jamais ressenti un tel bonheur et tant d'amour en moi. C'était et c'est si difficile à décrire ! C'était magique et merveilleux ! Je m'endormais avec la main sur mon ventre, je lui parlais, je m'imaginais avec, je l'imaginais m'appeler ''maman'', choisir son prénom, je m'imaginais déjà avec le ventre tout rond avec mon ami l'embrassant, je m'imaginais décorer sa chambre, le voir grandir, le serrer dans mes bras… , j'étais heureuse mais je savais que je ne pouvais pas le garder. Je n'avais rien à lui offrir, seulement mon amour mais parfois ce n'est pas suffisant même si c'est quand même le plus important. J'aurais tellement voulue le garder ! Il m'aurai apportée tant de bonheurs et de joies ! Il ou elle était l'enfant de l'amour. Le jour de mon avortement, j'étais si stressée et triste que je n'ai pas arrêtée de vomir. J'étais seule et abandonnée dans cette chambre d'hôpital où j'allais tuer mon bébé, une petite partie de moi-même en moi. Lors de l'opération, j'ai eue l'impression qu'on m'arrachait à la vie, je l'ai ressentie avec tant de douleurs dans mon cur. Avant l'opération, je ne sentais pas l'âme d'une mère, je ne réalisais pas je pense mais quand j'ai réalisée sur cette table d'opération ce que je faisais, mon cur de mère s'est réveillé et a explosé de peine mais ma décision était prise et c'était la seule possible et bonne pour nous. À ma sortie, j'ai fait comme si de rien n'était, il ne s'était rien passé. Ce jour là, je me suis renfermée totalement sur moi-même, refusant de parler de l'opération, même à mon ami. Il était présent pour moi, il voulait m'aider et m'écouter mais je l'ai exclue pensant qu'il ne pouvait pas comprendre par quoi j'étais passée. J'avais tort car on était deux à souffrir mais c'était moi qui avait subi et je voulais me protéger. Je me croyais forte et quand est venu le moment d'en parler, je n'ai pas pue. Pour moi c'était fini, il fallait tourner la page. J'ai fait de ce jour, un jour banal de ma vie où rien ne s'est passé de spécial et de cet acte quelque chose d'anodin. Je voulais oublier et que tout s'efface. C'est si simple et facile de jouer à l'amnésique ! Tout allait bien en surface, je vivais, mais je me voilais la face sans le savoir moi-même. Je ne laissais rien transparaitre, j'y pensais mais je refusais de pleurer. J'ai fait l'autruche plutôt qu'admettre que je souffrais et maintenant, 2 ans après, alors que je croyais m'en être remise, toute cette tristesse explose. Je ressens et ressentirai toujours un vide en moi, un manque. Je me demanderai toute ma vie ce qu'aurai été ma vie avec lui, à qui il aurai ressemblé. On n'arrive pas à oublier, on vit avec ça sur la conscience toute sa vie. Je ne supporte pas la vue de femmes enceintes ou de bébés qui auraient le même âge que le mien si je l'avais gardée. En chaque bébé, j'espère y trouver le mien et en chaque femme enceinte je m'y voit. On m'a dit d'oublier, de passer à autre chose et que j'aurai le temps d'en avoir d'autres mais comment faire pour tout effacer ? Je ne pourrais jamais remplacer mon bébé par un autre ! Personne ne comprend par quoi je suis passée, ce que je ressens à moins de l'avoir vécu. Si je pouvais retourner dans le passé et avec le recul, je pense que je l'aurai gardée même si j'en connais les conséquences. Mon cur me disait de le garder mais ma tête me disait le contraire. Si j'avais écoutée mon cur il ou elle serai là. Je pleure presque tous les jours et c'est pire en ce moment car j'ai beaucoup d'ami (e) s qui attendent un heureux événement et je me dis que j'avais moi aussi un bébé et il n'est pas là. Peu de gens savent ce que j'ai fait, même pas mes parents. Tous les jours je me bat pour profiter de la vie et aller bien, mais c'est dur de lutter contre toute cette souffrance en moi. C'est dur de vivre avec ce secret et cela toute sa vie. Avant de faire ce choix, il faut bien réfléchir car on porte cet acte toute sa vie sur les épaules. Je n'arrive pas à me pardonner ce que j'ai fait, je ne le mérite peut-être pas d'ailleurs. Comment se pardonner après avoir fait… est tellement dur d'avorter. Ce n'est pas le jour de l'opération qu'on regrette son acte mais toute sa vie. Je ne sais pas comment certaines femmes avortent plusieurs fois car moi je n'ai avortée qu'une fois et je n'arrive pas à oublier et à me pardonner ! Certaines voient en l'avortement une situation de facilitée et de recours et en profitent mais comment font-elles pour ne pas y penser et regretter toute leur vie ? Je n'arrive toujours pas à faire le deuil de mon bébé 2 ans après et je crois que je n'y arriverai jamais. Pour réussir à faire mon deuil, il faudrait que j'arrive à me pardonner et ça j'en suis incapable ! Cette souffrance intérieure et cette douleur sont ancrées en moi profondément et pour toujours. C'est peut-être une façon de me punir également. On dit que le temps atténue la douleur et la peine mais elle ne fait que grandir de jour en jour. J'ai peur de retomber enceinte plus tard car depuis que j'ai avortée, je me dis que je ne mérite peut-être pas d'être mère vu ce que j'ai fait. Il y a tant de femmes qui rêvent d'être mères, qui auraient tout donné pour être à ma place, porter la vie en elles et moi je l'ai tué. Cet enfant n'avait rien demandé, seulement à vivre et je l'ai privé de cette joie, de ce droit et de cette chance. Cela a été la décision la plus dure de toute ma vie. J'ai choisie la facilitée à la place de me battre pour lui et j'en paierai toute ma vie les conséquences. C'est un poids que je porterai pour toujours. J'ai tant de remords ! J'aurai tellement voulue assumer ! Cet enfant sera toujours dans mon cur. Je ne pourrais jamais oublier mais il faut néanmoins que j'avance même si c'est dur. Je voudrai tellement redevenir comme avant, souriante et heureuse de vivre mais je crois que je ne le pourrais plus jamais. Je ne comprend pas pourquoi j'y pense maintenant tellement !
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


53439
b
Moi aussi !
17 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages