Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'avortement au Portugal

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 421 lectures | ratingStar_53787_1ratingStar_53787_2ratingStar_53787_3ratingStar_53787_4

A usé beaucoup de claviers, je suis personnellement heureux que les femmes françaises n'aient pas à subir ce que vous allez lire.

Au Portugal, un procès relance le débat sur l'avortement.

LEMONDE.FR | 18.02.04.

Cette affaire, dont les débuts remontent à 1997, a ravivé le débat sur un assouplissement de la législation portugaise sur l'interruption volontaire de grossesse, l'une des plus restrictives d'Europe avec celles de l'Irlande et de la Pologne. L'opposition de gauche a réclamé l'organisation d'un référendum sur la question.

La justice portugaise a acquitté, mardi 17 février, à Aveiro, dans le nord du pays, 17 personnes accusées d'avortements clandestins. "C'est une décision historique", a déclaré la députée communiste Odete Santos, qui a annoncé à la presse et aux manifestants rassemblés devant le tribunal le verdict des juges. "C'est une décision exemplaire, je suis très satisfaite", a-t-elle lancé. Le ministère public a toutefois annoncé qu'il ferait appel de la sentence.

Un médecin accusé de pratiquer des avortements clandestins contre rémunération, sept femmes et neuf complices présumés, pour la plupart les compagnons ou les maris des accusées, étaient poursuivis depuis 1997. Le juge qui présidait le jury, Paulo Brandao, a expliqué qu'il n'existait pas de preuves que les sept femmes avaient avorté, mais qu'en revanche des charges pesaient contre le médecin, dont des biens ont été confisqués.

Des cris de joie et des slogans en faveur d'une libéralisation de l'avortement ont accueilli le verdict. Plusieurs dizaines de personnes s'étaient rassemblées à l'extérieur du tribunal pour soutenir les accusés, à l'appel de partis de gauche et d'associations favorables à la dépénalisation de l'avortement. "Référendum tout de suite, l'avortement n'est pas un crime, c'est la loi qui est criminelle", pouvait-on lire sur des banderoles.

UN NOUVEAU RÉFÉRENDUM RÉCLAMÉ.

Le procès d'Aveiro a ravivé le débat sur un assouplissement de la législation sur l'interruption volontaire de grossesse, l'une des plus restrictives d'Europe avec celles de l'Irlande et de la Pologne. L'avortement clandestin est passible de trois ans de prison pour les femmes ayant avorté ou de huit ans pour leurs auteurs.

L'avortement n'est autorisé qu'en cas de danger pour la vie de la mère ou, dans certaines limites, de risque pour sa santé physique ou psychique, de malformation congénitale des nouveau-nés ou de violences sexuelles. Seuls 675 avortements ont été pratiqués légalement en 2002, les avortements clandestins étant estimés entre 20 000 et 40 000.

Une pétition réclamant l'organisation d'un nouveau référendum sur une dépénalisation partielle des avortements jusqu'à la dixième semaine de grossesse a recueilli plus de 120 000 signatures. Elle devrait être débattue au Parlement le 3 mars.

L'issue du débat dépendra toutefois de la discipline de vote qu'observeront les députés du Parti social-démocrate (PSD, centre droit) , principale formation de la majorité gouvernementale, très divisée sur la question. Le président du groupe parlementaire PSD, Guilherme Silva, a accueilli mardi "avec satisfaction" la décision d'acquittement, en se réjouissant que "justice ait été faite".

"RESPECTER LES ENGAGEMENTS ÉLECTORAUX"

Les responsables du PSD ont jusqu'à présent refusé l'organisation d'une consultation populaire avant la fin de la législature en 2006, afin d'honorer le pacte gouvernemental avec le Parti populaire (CDS/PP, droite) , qui a fait du statu quo son cheval de bataille.

La ministre de la justice, Celeste Cardona, membre du CDS/PP, a d'ailleurs rappelé mardi qu'il existait "un engagement ferme vis-à-vis des électeurs" : "J'ai l'intention de respecter les engagements électoraux." En 1998, les Portugais avaient rejeté par 50,9 % des voix une dépénalisation de l'avortement jusqu'à la dixième semaine de grossesse, lors d'un référendum marqué par une très faible participation.

Selon un sondage publié récemment par l'hebdomadaire Expresso, 67 % des Portugais souhaitent un nouveau référendum et 79 % voteraient en faveur d'une légalisation de l'avortement.

Avec AFP.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


53787
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages